News Résultats en direct
Liverpool

Liverpool, Klopp et ses hommes ont vécu une nuit de rêve et ce n'est certainement pas leur dernière

17:53 UTC+2 02/06/2019
Liverpool Champions League 2019
C'était une soirée inoubliable pour les Reds à Madrid et tout porte à croire que cette conquête n'est que la première d'une longue série.

"Désolé les gars, pas d'interviews. Je dois protéger ça. " Alisson Becker ne s’est arrêté pour personne en zone mixte, et avec raison. Il tenait la Coupe d’Europe en mains et devait se rendre à une fête. Avec le sourire qu'il affichait, il était possible d'éclarer tout le Mathew Street.

À lire aussi : Le sacre de Liverpool en cinq chiffres

Plus de deux heures s'étaient écoulées depuis le coup de sifflet final de Damir Skomina et les joueurs de Liverpool étaient enfin prêts à faire leurs adieux à la Wanda Metropolitano. Ils n'oublieront jamais leur première visite dans cette magnifique arène. La plupart étaient restés sur le terrain, absorbant la sensation parmi les paillettes et la litière. Une minute de plus, cinq minutes de plus, une photo de plus. Toute excuse était bonne à prendre pour prolonger ce moment de bonheur.

Mohamed Salah fut le premier à émerger du vestiaire et dans le chaos de la zone mixte. L’Égyptien avait promis à un journaliste local d’accorder une interview après la finale. "Si nous gagnons?" avait-il dit. "Quand nous gagnerons!" Salah a tenu sa promesse, sa première conversation avec les médias britanniques de toute la saison. Il avait chassé les démons d'il y a un an. De désespoir à Kiev à la joie ultim à Madrid. Pourquoi ne voudrait-il pas parler? "J'ai beaucoup sacrifié pour ma carrière", avait-il déclaré aux journalistes à la télévision. "Et en tant qu'Egyptien, être à ce niveau est incroyable."

Quelques instants plus tard, Alisson faisait un zoom avant. Il avait capturé les scènes dans le vestiaire sur sa page Instagram et en a fait de même depuis le confortable bus de l'équipe. Le trophée aux grandes oreilles était entre de bonnes mains avec le Brésilien. Son compatriote, Roberto Firmino, arrivait peu après. Une bouteille de bière à la main, une médaille d'or brillante autour du cou - la première de sa carrière professionnelle.

C'est un nouveau terrain pour tant de membres de cette équipe de Liverpool, de nouveaux sentiments et de nouvelles expériences. Qui pourrait leur en vouloir, cette équipe de héros improbables, recrutée à Newcastle et à Sunderland, à Roma et à Hull. Les Glasgow et les Wearsider, les Brésiliens et les Hollandais. Le garçon local et le Yorkshireman grincheux, le belge au piano. Le prince sénégalais et le roi égyptien.

A lire aussi : Klopp, la victoire après les échecs

Ils ont tous souffert pour arriver ici. Ils sont tombés, ils ont été critiqués, voire raillés. Ils ont eu affaire à des critiques et à des sceptiques. Les "Haters" comme on dit dans le hargon. On leur a dit qu’ils ne sont pas assez bons, ni aptes à lacer les bottes de ceux qui les ont précédés. Et les voilà bombant leur torste, les épaules en avant. Au sommet de la montagne. Et en tant que rois de l'Europe.

Comment vous sentez-vous? "C'est l'heure de la fête!" répond joyeusement Alex Oxlade-Chamberlain, un personnage contagieux et implacablement positif. "Où est mon capitaine?", s'écria Adam Lallana. Sa saison a été gâchée par une blessure mais son sourire est plus large que celui du tunnel Mersey. "J'ai perdu la voix", a déclaré Xherdan Shaqiri, vainqueur de la Ligue des champions pour la deuxième fois en six ans.

Il existe de véritables liens au sein de cette équipe et les nuits comme celle-ci ne feront que les renforcer. Liverpool avait besoin d'un trophée, nous a-t-on dit. Ils avaient besoin de quelque chose de tangible pour souligner leurs progrès sous Jurgen Klopp. Ils devaient prouver qu'ils pouvaient être des gagnants et des artistes.

Le travail est accompli. Et l’espoir, pour Klopp, pour ses joueurs et pour ses supporters. Et si ce n'était qu'un début. Ils seront déçus s’ils doivent attendre sept ans avant de recevoir leur prochain trophée. C'est une équipe, une équipe à son apogée. La majorité - l'exception de James Milner - ne dépasse pas les 25 ans et est liée à des contrats à long terme. Milner va bénéficier d'une rallonge d'un an, Joel Matip et Divock Origi se verront proposer des prolongations cet été. Salah, Alisson, Firmino, Virgil van Dijk, Fabinho, Sadio Mane, Andy Robertson, Trent Alexander-Arnold, ils sont tous partis pour rester un bon moment. Et ils sont tous parmi les meilleurs au monde à leur poste et ils s’amélioreront sous Klopp.

A lire aussi : Le fabuleux destin de Divock Origi

Il n'est pas étonnant vu ce dénouement que le manager lui-même avait une mine des plus radieuses alors qu'il se frayait un chemin à travers la foule et dans le bus. "Tous, ils ont encore le meilleur de leur carrière devant eux, ce qui est énorme", avait-il déclaré à la conférence de presse d'après-match. Il sait qu'il y aura plus d'accomplissements à venir pour cette équipe.

Il avait parlé avec un calme surprenant compte tenu des circonstances (ses interviews à la télévision étaient un peu plus animées), mais il se sentait «soulagé avant tout». Klopp rejette l'idée de pression, mais il connaissait l'importance de ce premier trophée. "Je suis heureux pour les garçons", a-t-il déclaré. "Écoutez, vous savez ce que les gens ont dit à propos de quelques joueurs de cette équipe et ce genre de choses. Mais je peux dire ça. Jordan Henderson est le capitaine des vainqueurs de la Ligue des champions en 2019. C’est assez satisfaisant. "

Tout à fait. Ceux qui étaient à Madrid n’oublieront pas cela si vite. Les histoires dureront toute une vie.

Une nuit. Une équipe.