France-Albanie (4-1) : Coman avait des jambes de feu

Dernière mise à jour
Getty

Il avait une chance à saisir. Kingsley Coman ne l'a pas ratée. Titulaire pour la première fois en Bleu depuis le 10 novembre 2017 et une victoire contre le Pays de Galles (2-0), l'ailier du Bayern Munich a rempli son contrat en se montrant plus que convaincant en l'absence de Kylian Mbappé, blessé.

Déroutant par ses dribbles et percutant, Coman a été récompensé d'entrée, marquant son deuxième but avec l'équipe de France du gauche sur une offrande de Raphaël Varane (1-0, 8e). Une action conclue sans trembler après avoir semé la défense adverse, qui a mis fin à une longue disette, sachant qu'il n'avait plus trouvé le chemin des filets en sélection depuis le 29 mars 2016, soit 1257 jours d'attente.

Premier doublé en Bleu

Mais Kingsley Coman, qui avait des jambes de feu contre l'Albanie (4-1), ne s'est pas arrêté là. Tout proche d'offrir son 36e but en équipe de France à Olivier Giroud sur une belle remise en extension (12e), il s'est surtout signalé en marquant son premier doublé en sélection. Un but de renard des surfaces, en pivot, sur un service d'Antoine Griezmann (3-0, 69e). Le tout sur son deuxième tir du match seulement.

Kingsley Coman France

100% d'efficacité pour un joueur dont Didier Deschamps avait loué les progrès vendredi. "Il faut le gérer, avait rappelé le sélectionneur. Mais lorsqu'il est en pleine possession de ses moyens, c'est un joueur très intéressant et je trouve que depuis un moment il a gagné en efficacité. Il marque des buts et il fait marquer." 

L'article continue ci-dessous

Resté sur le terrain jusqu'à la 77e minute et son remplacement par le néo-international A Jonathan Ikoné, déjà buteur, Kingsley Coman a prouvé samedi que malgré ses blessures récurrentes, il restait un joueur spécial. "Quand il y a un Kingsley Coman qui est dans cette forme-là c'est difficile de l'attraper", a encore noté le sélectionneur sur M6. "C'était bien pour ma part mais on a fait un très bon match collectif, on gagne 4-1 et je suis très content pour l'équipe avant tout. On a fait beaucoup d'effort, ça arrive de prendre un but mais le résultat reflète la physionomie du match", expliquait pour sa part l'homme du match, faisant la part belle au collectif.

Privé de Coupe du monde un an plus tôt, Kingsley Coman a justifié la confiance du sélectionneur, s'imposant naturellement comme l'un des gagnants de ce match en l'absence de plusieurs cadres. Un rendez-vous qu'il n'a pas manqué.

Benjamin Quarez, au Stade de France.