EXCLU GOAL - Thierno Baldé (PSG) : "Jouer en L2, c’est une opportunité"

Thierno Baldé (PSG/Le Havre)Goal France

Thierno Baldé n’est pas encore en vacances. La Ligue 2 a beau être terminée pour les non-barragistes, le jeune latéral droit formé au Paris Saint-Germain et prêté au Havre cette saison, attend de savoir s’il participera au Tournoi de Toulon avec l’équipe de France U20.

En attendant, il s’est confié à Goal pour faire le point sur sa saison et son futur alors qu’il dispose de quelques intérêts à l’étranger et en Ligue 1

Après 30 matches de Ligue 2, que retenez-vous de votre saison ?

J’ai appris beaucoup de choses. C’était une saison ultra enrichissante pour moi. D’abord c’était ma première chez les professionnels. Cela m’a permis de gagner en maturité en tant qu’homme et en tant que footballeur.

Quels moments retiendrez-vous de cette saison ?

Avec Le Havre, on a pendant un moment été en haut du classement, autour de la 3e et 4e places. On jouait nos matchs à domicile avec nos supporters qui nous poussaient à fond. Ces moments-là, je les vivais comme un gosse et sur le terrain je me donnais à fond. En seconde partie de saison, on a perdu beaucoup de matchs et on a vu notre objectif s’envoler. Il y a aussi eu les matchs contre Toulouse et Ajaccio à domicile où j’ai vraiment fait un bon match.

Dix mois après, qu'est-ce qui a changé pour vous sur le plan du football ?

Désormais, j’aborde les matchs différemment. Avant chez les jeunes, on était moins concentré que dans le monde pro. Là tu es focalisé sur le match, il y a une mise au vert avant et la préparation des matchs est complètement différente. Il faut faire attention à ce que l’on mange, bien dormir, bien s’hydrater. Tout ça est important pour être performant sur le terrain.

Et sur le terrain ?

La Ligue 2 c’est un championnat très dur, très physique donc ça m’a permis de m’améliorer sur ce plan-là parce que c’est vrai que j’avais des déficits dans ce domaine quand je jouais avec les U19. Ça m’a permis de côtoyer le monde pro et de voir la difficulté d’un championnat. Des joueurs comme Alexandre Bonnet ou Jean-Pascal Fontaine qui sont là depuis un moment m’ont servi d’exemple. Je regardais comment il faisait sur le terrain et en dehors. Avant que je vienne au Havre, j’ai aussi pris exemple sur Junior Dina Ebimbe qui est venu ici et a fait une bonne saison. En arrivant le coach m’en a parlé et on voit que cela a été bénéfique pour lui.

En quoi êtes-vous plus mature ?

Déjà j’ai énormément pris confiance en moi. C’est ce qui a le plus changé parce que le coach (Paul Le Guen) m’a fait confiance et m’a beaucoup appris. Enchaîner les matchs, accumuler les minutes m’a permis de grandir. Avant j’étais un peu timide, je ne prenais pas beaucoup de responsabilités mais maintenant j’ai enchainé les matchs et j’ai pris de la confiance donc je peux parler un peu plus avec mes coéquipiers et m’affirmer plus sur le terrain.

En quoi est-ce nécessaire de communiquer et de s'exprimer quand on est joueur de football ?

Déjà cela permet d’être plus complémentaire avec ses coéquipiers, de mieux les connaître aussi. Et puis pour soi, pour être bon sur le terrain, il faut savoir tout faire.

Quand on est formé au PSG, le fait de vivre une expérience en dehors de la région est-il une bonne chose ? En quoi ?

Oui c’est une bonne chose. Je suis né et j’ai grandi en région parisienne. On est un peu dans un cocon avec ses amis et sa famille. Partir ailleurs nous permet de vivre une nouvelle expérience. C’est un renouveau. En région parisienne, j’avais un peu cette routine où tu es dans le confort. Déjà la ville du Havre est complètement différente, tu as la mer. Et même à l’entraînement c’est différent. Moi je suis quelqu’un de très réservé et pour approcher les gens c’était un peu compliqué. Mais au Havre, il y a un groupe très jeune qui m’a mis à l’aise rapidement. Dès que tout ça s’est mis en place, tout a marché.

On dit souvent que certains jeunes formés au PSG refusent d’être prêtés en L2. Que leur diriez-vous après votre passage au Havre ?

C’est vrai que c’est dur d’être prêté en Ligue 2 parce qu’on a grandi dans l’un des plus grands clubs français et européens et on rêve tous de faire notre première en pro avec l’équipe une du PSG. Mais il ne faut pas brûler les étapes et jouer en L2, c’est une opportunité qui nous permet d’avoir du temps de jeu et de montrer nos qualités sur le terrain. Même si on est prêté en Ligue 2 ou National, tant qu’on a du temps de jeu c’est le plus important et on pourra revenir plus fort.

Le championnat est terminé, comment envisagez-vous la suite pour la saison prochaine ?

Le championnat est terminé et je suis présélectionné en équipe de France U20 pour le tournoi de Toulon. J’espère être sélectionné et pour l’instant je me focalise sur ça. On verra ce qu’il se passera pour la saison prochaine.

L'article continue ci-dessous

Revenir au PSG qui cherche une doublure à Achraf Hakimi, est-une option ?

Je suis encore sous contrat avec le PSG jusqu’en 2023 pour l’instant le plus important pour moi c’est de jouer et c’est quelque chose que j’ai compris cette année. Cette saison a été bénéfique pour moi. Si je pouvais avoir une saison similaire voire meilleure, en qualité et en quantité, ça serait parfait.