Entretien - À la recherche d'un club, Jean II Makoun a toujours "l'oeil du tigre"

Commentaires()
Gettyimages
L'ancien milieu de Lille et de Lyon a accepté d'évoquer, pour Goal, sa situation actuelle, alors qu'il cherche à rebondir à 35 ans.

Nous avons retrouvé Jean II Makoun . L'ancien puissant milieu tout terrain de Lille et de Lyon notamment bosse dur avec un entraîneur personnel et attend que le tépéhone sonne pour montrer qu'il en a encore dans le ventre et dans les jambes. C'est l'histoire d'un come-back en cours, d'un combattant qui n'a pas encore jeté l'éponge, d'un lion indomptable qui dit encore avoir "l'oeil du tigre".

Goal : Comment allez-vous ? Quelle est votre actualité ?

Jean II Makoun : Je vais très bien. Je suis actuellement sans club. Et j'attends d'éventuelles offres. Car je pense que je peux encore beaucoup offrir au football avec mes qualités.

Vous avez des offres concrètes ? Des contacts ? Des destinations de prédilection ?

J'ai des contacts un peu partout, mais rien de vraiment concret pour le moment. Sinon je n'ai pas de destination de prédilection. Même si je privilégie surtout le chalenge sportif à l'aspect financier.

Est-ce que vous considérez que vous avez encore les jambes pour le très haut niveau en Ligue 1 par exemple à vôtre âge?

Vous avez vu les joueurs trentenaires à la Coupe du monde. Il y en avait beaucoup. Je suis tout a fait confiant sur mes capacités, ma volonté et ce que je peux apporter. J'ai juste besoin de m'exprimer. Je m'entraîne très sérieusement avec un préparateur physique et ça se passe super bien. Même si rien ne remplace le terrain que je pratique aussi avec des amis. Je veux retrouver l'ivresse des terrains. J'ai encore l'œil du tigre.

Est-ce qu'un joueur comme Zlatan vous inspire justement, lui qui à 36 ans s'est imposé dans un nouveau championnat et démontre ses capacités chaque semaine ?

Oui, lui et d'autres. Beaucoup de joueurs arrivent à se sublimer à leur âge et à démontrer leurs qualités.

Vous avez joué avec de grands joueurs comme Lacazette, Pjanic, Benzema, Eto'o, Lloris, Abidal, ou même Hazard… Quel est le joueur qui vous a le plus impressionné durant votre carrière ?

Je dirai Benzema, Pjanic et Eto'o, qui sont vraiment des joueurs très, très forts.

Qu'est-ce qui s'est passé à Antyalyaspor selon vous ? Le club a semblé exploser en plein vol après avoir signé de gros joueurs alors qu'on le surnommait le "PSG turc" avec toutes les recrues ?

D'emblée, la mayonnaise des résultats n'a pas pris. Le président a craqué en premier et Leonardo aussi, lui qui n'est resté que trois mois. Quand vous mettez en place une grosse équipe avec de gros investissements comme ça et que les résultats ne suivent pas, la pression devient trop forte au bout d'un moment.

Comment ça s'est passé pour vous là-bas ? À un moment vous aviez des problèmes avec la direction selon les rumeurs… Vous pensez que le problème entre Samuel Eto'o et la direction d'Antalyaspor (à l'époque, Eto'o s'était plaint d'avoir fait l'objet de racisme après avoir été critiqué sur ses performances, ndlr) vous a affecté négativement ?

Eto'o a son caractère et a réagi comme ça. Ensuite, c'est parti dans tous les sens.  Du coup, je n'ai pas beaucoup joué. J'ai payé les pots cassés par rapport aux propos de mon compatriote et cela m'a pénalisé.  Mon erreur c'est de ne pas être parti en janvier 2017, alors que j'aurais pu. J'avais vraiment une possibilité pour rebondir à cette époque. Si j'ai un regret aujourd'hui, c'est celui-là.

eto'o makoun antalyaspor galatasaray 04162016

Les médias ont parlé de vous au Shakhtar Donetsk. Vous aviez des contacts avec ce club ? Si oui, pourquoi ça n'est pas allé au bout ?

Actuellement, il n'y a rien avec ce club. Mais il existait des contacts avec le Shakhtar avant la Turquie en effet.

Quel regard portez-vous sur les problèmes du LOSC, votre club formateur et aussi votre club de cœur…

Oui, je suis toujours le LOSC avec attention. Il y a eu beaucoup de changements récemment sur et en dehors du terrain. Et on peut noter un manque d'expérience qui pénalise cette équipe. Ils ont commis beaucoup d'erreurs qui j'espère ne seront pas rééditées la saison prochaine à cause justement de ce manque d'expérience présent dans le groupe. Et c'est frustrant, car le potentiel existe. Ils ont fait de très bons matches à Monaco ou à Bordeaux où ils finissent par prendre des buts. Et en même temps, ils ont gagné beaucoup de matches où on ne les attendaient pas.

Est-ce que vous pensez que vous avez fait des mauvais choix dans votre carrière alors que vous sembliez très prometteur à Lyon ?

Non, franchement, je n'ai aucun regret par rapport à tout ça. Mon seul regret c'est peut-être d'avoir vu mon élan freiné lors de mon départ en Angleterre, à Aston Villa, par une blessure. J'adore ce championnat et j'étais très content d'y aller, mais je n'y suis resté qu'une saison. Cette blessure est vraiment intervenue au mauvais moment dans ma carrière.

En parlant de regrets, est-ce que vous en avez par rapport au fait d'avoir arrêté trop tôt avec le Cameroun qui a été champion d'Afrique par la suite ?

Non, pas de regrets d'avoir arrêté. C'était pour moi la fin d'une aventure et il fallait tourner la page. J'ai des regrets de voir le foot camerounais reculer par contre. On a l'impression que les autres nations avancent et que le Cameroun recule. Oui je suis content du titre, mais je pense que c'était aussi un cache-misère qui dissimulait pas mal de problèmes latents et assez graves.

Jean II Makoun Fabien Lemoine Saint-Etienne Rennes Ligue 1 04182014

Vous pensez à des soucis d'organisation qui ont souvent été le fléau des sélections africaines ?

C'est clair, mais aussi de l'absence de relève. On voit de moins en moins de joueurs camerounais s'imposer en Europe alors que c'était monnaie courante il y a encore quelques années.  Mais c'est sûr que c'est très mal géré. Imaginez qu'on organise la CAN dans moins d'un an et qu'on a toujours pas de sélectionneur ni de président ? Comment le prochain coach pourra construire un projet dans ces conditions, sachant qu'il aura une grosse pression d'emblée sur les épaules.

En parlant d'équipes africaines, un mot sur la performance décevante des sélections africaines au Mondial ?

C'est vraiment dommage à bien y regarder. Une équipe comme le Maroc a montré de très belles choses contre le Portugal, l'Iran et l'Espagne. Idem pour le Nigéria qui a souffert de certaines décisions arbitrales discutables. On peut toujours invoquer la candeur et l'innocence pour ces équipes là, mais ça ne suffit pas. Moi j'en attendais plusieurs en 8es au vu du potentiel présent.

L'article continue ci-dessous

Quel a été pour vous le moment le plus mémorable de votre carrière ?

Il y en a eu beaucoup, même si rien ne remplace le premier match en professionnel, signer son contrat, jouer son premier match… Cela restera toujours magique à mes yeux.

Propos recueillis par Hocine Harzoune.

Fermer