News Résultats en direct
Algérie

CAN 2022 - Algérie : La colère cinglante de Djamel Belmadi

09:21 UTC+1 21/01/2022
CAN 2022 Algérie Djamel Belmadi
Le sélectionneur des Fennecs n'a pas cherché d'excuse après l'élimination de son équipe mais a refusé d'accabler Riyad Mahrez.

L'Algérie a quitté la Coupe d'Afrique des Nations par la petite porte ce jeudi soir après une défaite face à la Côte d'Ivoire lors du dernier match de la phase de poules. Les Fennecs avaient leur destin en main, mais à l'image de l'ensemble de la compétition, ils n'ont pas été en mesure de jouer à leur meilleur niveau et de faire douter les Elephants. Tenant du titre, l'Algérie quitte la compétition sans la moindre victoire en trois matches et forcément, l'heure est déjà au bilan. En conférence de presse, Djamel Belmadi est revenu sur les raisons de l'échec de son équipe.

"Nous n'avons pas été à la hauteur de la compétition"

"C’est difficile de faire une analyse rationnelle après une telle désillusion. On avait à coeur sur ce match de rattraper au moins d'un point de vue comptable, mais aussi via la manière, que nous sommes présents dans la compétition et qu'elle commence aujourd'hui, mais nous n'avons pas pu le faire. Dès le début du tournoi, on a jamais été en mesure de concrétiser nos occasions, le doute s'est peut-être installé. Les situations ont toujours été là, un peu moins contre la Côte d'Ivoire, mais on n'a jamais été en mesure de marquer, même nos penaltys, on arrive pas à les marquer... Nous n’avons pas été à la hauteur de la compétition", a indiqué Djamel Belmadi.

L’Algérie s’effondre et quitte la CAN

"On s’était préparés à 100 % pour cette compétition. On voulait défendre notre titre. Nous n’avons pas obtenu ce que l’on voulait chercher. C’est un échec total. La Côte d’Ivoire s’est montrée meilleure que nous. Ils ont été chirurgicaux dans la surface. C’est ce qui nous a manqué sur cette Coupe d'Afrique des Nations. Rien ne s’est juxtaposé comme on l’aurait voulu. Je ne vais pas évoquer des polémiques dès à présent", a ajouté le sélectionneur de l'Algérie.

Belmadi vole au secours de Mahrez

Djamel Belmadi a pris la défense de Riyad Mahrez que la presse locale aurait aimé voir sur le banc pour ce dernier match : "On aurait pu régler ça en famille mais vous voulez faire ça ici… Vous n'avez pas les tenants et les aboutissants. Quand vous dîtes vous lui avez donné des vacances, c'est faux. Vous ne savez pas ce qu'il en est. On réglera ça en temps et en heure. Il ne faut pas dénigrer un joueur qui a donné tant de bonheur (ndlr Mahrez). Aujourd'hui, là où ça va mal vous commencez à pointer du doigt ou lui ou moi. Vous auriez vouu quoi ? Que je mette Riyad Mahrez sur le banc de touche ? Non je n'ai pas changé, j'ai laissé Riyad jouer et j'’assume ce choix là. Quand vous parlez de donnez des vacances, vous n’êtes pas bien informés, voire malhonnêtes. Donc on ne s'est pas qualifié parce que Riyad Mahrez était en vacances..."

CAN 2022, l'Egypte n'a pas tremblé, carton plein pour le Nigeria

Le sélectionneur de l'Algérie a refusé d'utiliser une préparation tronquée comme excuse : "C'est peut-être un manque de fraîcheur lié à beaucoup de choses. La préparation a été chaotique pour toutes les équipes, quand on voit le décalage de la date de la mise à disposition des joueurs. Nous ne voulions pas non plus trop parler des joueurs atteints par la Covid sans forcément basculer dans la rétention d’informations. C’est compliqué d’évoquer cela. Après, quand un joueur est covidé ça rentre dans une machine infernale. La préparation a été très compliquée mais bon on ne va pas se cacher derrière ça. Si on avait marqué rapidement, on aurait aussi pu être un peu plus tranquille, en 2019, on avait réussi ça et on avait pu gérer les temps de jeu lors du dernier match. Quand on ne marque pas de but, on perd beaucoup d'énergie, et on aborde ce troisième match avec les meilleures forces en présence, avec ceux qui sont censés nous faire gagner ce match là. Rien ne s’est passé comme on l’aurait voulu. Tous les éléments ont été en notre défaveur".

"Nous analyserons tout ça à froid. Il faudra se consacrer aux barrages. C’est trop tôt pour expliquer comment utiliser cet échec pour se relever. J’ai bien sûr une idée sur ce qui n’a pas marché. Beaucoup de choses mais trop tôt pour en parler. Parler de crise n’est peut-être pas opportun. On a échoué, oui. On a fait sur trois matchs ce qu’on n’avait pas eu sur trois ans. Ce sentiment de la défaite est amer. Détestable même. On est dans le doute. Il va falloir se remettre dans les barrages. Une Coupe du monde, ce n’est pas rien. Il va falloir travailler désormais", a conclu le sélectionneur de l'Algérie.