Bordeaux - Laurent Koscielny enterre la hache de guerre avec Hatem Ben Arfa

Laurent Koscielny Bordeaux 2020-21
Getty Images
Le capitaine de Bordeaux a tenu un discours sous le signe de l'apaisement après la nouvelle défaite des Girondins face au FC Metz (1-2), ce samedi.

En incapacité de gagner depuis des semaines, Bordeaux sombre un peu plus dans la crise. Défaits à domicile dans les derniers instants de la rencontre face au FC Metz (1-2), les Girondins, pourtant remaniés ce samedi, n'y sont plus. Les Marine et Blanc tentent tant bien que mal de rester concernés, à l'image de leur capitaine.

Bordeaux-Metz (1-2) - Metz renverse les Girondins

En fin de rencontre, Laurent Koscielny a en effet livré un discours plus nuancé, lui qui était apparu particulièrement remonté en conférence de presse cette semaine. L'ancien international français avait pesté contre certains de ses partenaires, et avait même eu un différent avec Hatem Ben Arfa. Une situation réglée depuis.

"C'est réglé maintenant et il faut savoir tourner la page"

"Il peut y avoir beaucoup d'engueulades dans un vestiaire. Il y en a eu une entre Hatem et moi. Je suis là pour aider l'équipe et le collectif à aller le plus haut possible. C'est aussi le rôle d'un capitaine de remobiliser tout le monde. C'est réglé maintenant et il faut savoir tourner la page, passer à autre chose et aller dans le même sens pour aider l'équipe", a expliqué l'ancien joueur d'Arsenal au micro de Canal +. Un discours mature de la part du joueur de 35 ans, qui n'y était pas allé avec le dos de la cuillère.

"Le message du coach passe pour moi mais peut-être que certains ne le comprennent plus, a-t-il déploré. Il faut aller au combat avec des personnes en qui tu as confiance. J'essaie d'apporter le maximum pour ceux qui ont envie d'aider le club à avoir les meilleurs résultats possibles. Il faut vite prendre des points et changer tout ça. L'ambiance est moyenne, très moyenne, il faut être réaliste. Vous êtes dans un groupe où il y a énormément de joueurs en fin de contrat, qui veulent partir. Il faut rester avec ceux qui ont envie de se battre, de donner, de partager, de progresser", avait-il pesté en conférence de presse, remettant même en cause l'éducation de ses partenaires.

"Quand il y a autant de joueurs qui ne te donnent pas envie de travailler, ni de progresser, c'est difficile d'avoir des résultats. C'est pour ça que je peux être méchant dans mes paroles. Ce sont des bons mecs mais si tu ne travailles pas, t'auras rien et au bout d'un moment, on t'oubliera. J'ai du mal avec certains parce que ça passe par le travail. On m'a inculqué des valeurs très importantes dans la vie. On n'a pas eu la même éducation et là-dessus, j'ai un peu de mal", avait-il ajouté. 

Fermer