Bleus, l'UNFP défend Karim Benzema

Commentaires()
Getty Images
Le syndicat des footballeurs professionnels, l'UNFP, a pris la défense de Karim Benzema après la sortie médiatique de Patrick Kanner, le Ministre des Sports, sur RTL.

Ce lundi, Patrick Kanner, le Ministre des Sports, a fait part de sa position quant à l'affaire Benzema. Le secrétaire d'Etat s'est ainsi opposé à un retour de l'attaquant du Real Madrid en équipe de France pour l'Euro.

Une posture qui n'a pas du tout plu à l'UNFP, le syndicat des footballeurs professionnels ayant pris la défense du buteur dans un communiqué.

"On se croirait presque revenu quelque six ans en arrière, quand la secrétaire d’Etat aux Sports condamnait les 'révoltés' de Knysna à la radiation à vie… Même s’il a bien pris garde de déclarer qu’il 'respecterai (t) la position des sportifs et du président de la FFF', le ministre des Sports, Patrick Kanner, continue donc de penser, que 'les conditions ne sont pas réunies' pour un retour de Karim Benzema en équipe de France.
C’est sa position. Ce n’est pas la nôtre.
Dans l’affaire dite de 'la sextape', la justice a parlé en levant, vendredi dernier, le contrôle judiciaire de l’attaquant du Real Madrid, préalable, Noël Le Graët l’a dit et répété, à changer l’actuel statut de 'non sélectionnable' de Karim Benzema.
Il nous semble donc, au contraire, que les conditions d’un retour sont bien réunies. Et il n’est utile que des pressions extérieures au monde du football s’exercent ainsi sur le président de la FFF et sur le sélectionneur des Bleus, Didier Deschamps.
Que diraient les politiques si, pour telle ou telle raison, le monde sportif venait à dire, à tout bout de champ, qu’untel ou untel ne devrait pas ou plus être ministre ?
C’est en élu responsable que Noël Le Graët, en pensant à l’intérêt supérieur du football français dont il a la charge, prendra sa décision. C’est en sélectionneur, désireux de préserver les intérêts sportifs de l’équipe de France, que Didier Deschamps, le moment venu, prendra la sienne.
Et c’est très bien comme cela…".

Fermer