News Résultats en direct
Vidéos

Bakayoko : "Je ne recule pas en revenant"

23:52 UTC+2 03/09/2019
Tiemoue Bakayoko Monaco
Tiémoué Bakayoko estime que son come-back à l’AS Monaco n’est en aucun cas un pas en arrière dans sa carrière.

Deux ans après l’avoir quitté avec l’objectif de poursuivre sa progression et se tester dans les plus grands championnats européens, Tiémoué Bakayoko est déjà de retour à l’AS Monaco. N’ayant pu s’imposer ni à Chelsea ni à l’AC Milan, l’international tricolore a accepté de retrouver son ancien club pour se refaire une santé.

Petrov : "Présenter un autre visage"

Bakayoko revient donc à la case départ, mais pour lui ce n’est en un « recul ». Et il l’a clamé haut et fort à ceux qui veulent l’entendre lors de sa conférence de presse de présentation : « C'était une bonne opportunité de revenir ici autour d'un très bon projet. Beaucoup diront peut-être que je recule en revenant à Monaco, mais je vois ça différemment, a-t-il lâché mardi. Mes deux expériences à l'étranger m'ont permis de beaucoup jouer, contrairement à ce que beaucoup disent. Ma saison à Milan m'a beaucoup apporté dans de nombreux domaines liés au football et au professionnalisme. Je retiens beaucoup de positif. »

« Les Bleus, ça viendra au fur et à mesure »

C’est à la faveur de ses belles prestations avec l’ASM que Bakayoko avait découvert l’Equipe de France il y a deux ans. Aujourd’hui, son ambition est de pouvoir refaire la même chose, même s’il reconnait qu’il part de loin. « C'est le club qui est important aujourd'hui. Je ne pense pas à des objectifs personnels. Je veux essayer d'être performant sur le terrain pour aider le club à atteindre ses objectifs. Les Bleus, j'y pense mais ça viendra au fur et à mesure, a-t-il confié. Je reviens avec un autre statut, je veux vraiment apporter au groupe tout ce que j'ai appris et essayer de transmettre le plus de confiance. »

Lors de son premier séjour sur le Rocher, entre 2014 et 2017, Bakayoko avait disputé 63 matches et marqué 3 buts. En 2016/17, il avait contribué de manière patente à la conquête du titre de champion de France de l’équipe de Jardim.