Allemagne, un record au gout amer pour Low

Germany Netherlands
Getty
Joachim Low est devenu le coach avec le plus de présences sur le banc de l'Allemagne. Une soirée symbolique mais gâchée par une lourde défaite.

Joachim Low a honoré samedi soir lors du match de Ligue des Nations contre les Pays-Bas sa 168e présence sur le banc de l'Allemagne. Un chiffre important car il lui permet de dépasser Sepp Herberger et devenir ainsi le technicien le plus capé de cette sélection. Un accomplissement qu'il aurait logiquement aimé célébrer par un résultat positif, mais ça n'a pas été pas le cas. Malheureusement pour lui, c'est plutôt le scénario catastrophe qui s'est produit à Amsterdam, à savoir une grosse défaite. Sa plus lourde déconvenue même depuis qu'il est à ce poste (à égalité avec le 0-3 contre la Tchéquie en 2007).

Sans être catastrophiques, les Allemands ont donc chuté brutalement face à leurs voisins. Et pour Low, l'affront est d'autant plus important que jamais dans son histoire la Mannschaft n'avait concédé un faux-pas avec un tel écart face aux Pays-Bas (en 41 matches). Ceux qui ont vu le match relèveront que le résultat final ne reflète pas nécessairement la physionomie du match, mais il n'empêche que la claque fait terriblement mal et certaines grandes personnalités du foot allemand ont déjà commencé à réclamer le limogeage de "Jogi" Low.

L'article continue ci-dessous

Oliver Kahn, qui n'a pas la langue de sa poche lorsqu'il s'agit de montrer du doigt les carences de sa sélection, a été le premier à sortir la mitraillette et tirer sur l'ambulance. L'ex-gardien du Bayern Munich l'a même fait dès la mi-temps du match quand le score était encore de 0-1 pour les Hollandais. Une sortie médiatique incendiaire qui sera certainement suivie par d'autres dans les prochaines heures. Le célèbre média Bild a été, pour sa part, moins provocateur mais tout aussi fatalaiste avec le titre suivant à sa Une "le fiasco de trop pour Low".

Très attendu juste après le match pour livrer sa réaction à chaud, le coach champion du monde 2014 a mis la déroute du soir uniquement sur le compte de l'inefficacité. "Nos opportunités manquées sont la seule raison de notre défaite d’aujourd’hui. Après le premier but nous manquions de confiance, mais auparavant, nous contrôlions le match. Mais nous n'avons tout simplement pas marqué. Et ça aurait été bon pour notre mental", a-t-il lâché sur un ton calme, presque désinvolte au micro de ZDF. 

Après le Mondial raté, Low s'était donné quelques jours de réflexion pour décider s'il va continuer ou pas sa mission. Au final, il a choisi de rester et c'est une décision qu'il pourrait bien regretter. Car s'il reste l'entraineur qui a ramené l'Allemagne au sommet après de longues années de disette, il pourrait aussi très bien être celui qui provoquera son retour aux affres. Les cinq défaites concédées en 2018, un record sur une année civile pour cette prestigieuse sélection, plaident en ce sens.

Fermer