Thomas Tuchel, nouvel artificier du PSG

Commentaires()
Tuchel est officiellement le nouvel entraineur du Paris Saint-Germain. Qu'est ce que l'Allemand peut apporter au club de la capitale ?

L'heure de l'officialisation a enfin sonné ! Longuement évoqué dans la presse nationale et internationale, l'Allemand a été annoncé par le PSG ce lundi via un communiqué de presse : "Le Paris Saint-Germain est heureux d’annoncer l’arrivée de Thomas Tuchel au poste d’entraîneur de l’équipe professionnelle. Le technicien allemand a signé un contrat de deux ans avec le club champion de France". Depuis l'annonce du départ d'Unai Emery le 27 avril dernier, le nom de son successeur était attendu par tous, même si c'était un secret de polichinelle. Ceci étant fait, les joueurs du club de la capitale devront donc désormais composer avec un nouveau caractère, de nouvelles méthodes, une nouvelle philosophie. 


Une exigence absolue 


Les nombreux portraits consacrés au technicien ont été unanimes : il ne laisse rien au hasard. Pour continuer dans la lignée du staff d'Unai Emery qui était très rigoureux, les joueurs du Paris Saint-Germain auront affaire à un niveau supérieur d'exigence quant à la préparation des matches. C'est en tout cas ce que Malik Fathi, qui a été dirigé par le Bavarois à Mayence retient : "C'est un gars qui voit grand. Il travaille également avec un préparateur mental et il est toujours en train de réfléchir à la façon dont il peut motiver ses joueurs le mieux possible. Tuchel a une très forte personnalité et il est unique à certains égards. C'est ce qui sépare les entraineurs ordinaires des entraîneurs de classe mondiale. En outre, il est très perfectionniste et fait des plans spéciaux avant chaque match. Il aime le football et y réfléchit très méticuleusement. En raison de ces compétences, il mérite d'être reconnu comme un entraîneur de haut niveau". 

Cette exigence, il l'applique autant à son staff, à ses joueurs, qu'à lui-même. Bourreau de travail et véritable passionné, il est cependant dépeint comme un narcissique, qui ne laisse rien passer. Surtout pas son autorité. Le défenseur allemand, lui, nuance : "Si vous travaillez avec Tuchel en tant que joueur, vous devez vous familiariser avec ses méthodes. Il est important d'être intelligent parce que ses méthodes peuvent être très complexes parfois. Il exige beaucoup de ses joueurs - mais toujours d'une manière juste. Ce qu'il exige de lui-même, il l'exige également de ses joueurs. Si vous essayez de travailler comme il veut, vous pouvez vous améliorer tous les jours. Mais si vous n'acceptez pas la façon dont il fait son entraînement, ce sera très difficile sous sa houlette". 


Guardiola, son modèle


Il ressemble en tous points à Pep Guardiola, son idole dans le football moderne. Comme le Catalan, sa philosophie de jeu est basée sur une large possession avec un ballon qui circule beaucoup, un placement sur le terrain millimétré. Il demande également à ses joueurs de presser de manière agressive. Tous deux sont des mordus du ballon rond, comme le prouve un épisode relaté par la presse allemande. Les deux protagonistes se sont rencontrés une fois, au "Schumann's Bar", à Munique. Le but étant d'apprend à mieux se connaitre. Mais de fil en aiguille, la conversation est devenue de plus en vive, et a terminé en apothéose avec Guardiola et Tuchel utilisant la salière et le poivrier pour imager les différentes formations et systèmes tactiques possibles. Le serveur du bar a rapporté que la discussion était tellement intense qu'il n'a pas osé s'aventurer à retourner à leur table. Le natif de Krumbach a confirmé l'entrevue avant la finale de la Mannschaft en 2016, confirmant qu'il avait "été son invité et que c'était un privilège". L'Espagnol lui, a précisé : "Nous avons bien mangé". 

 Comme l'ancien entraineur du Barça, il a aussi eu par le passé des rapports compliqués avec sa hiérachie et/ou avec les joueurs. La plus connue reste sa relation avec Mats Hummels à Dortmund. Mais la direction n'est pas épargné par le fort caractère du technicien. Pour exemple, devant l'incompréhension des fans lors de l'annonce officielle de la séparation entre le club et son entraineur, le Président Hans-Joachim Watzke a cru nécessaire de préciser, dans une lettre ouverte : "Le BVB a connu deux années de succès avec Thomas Tuchel pendant lesquelles les objectifs ont été atteints. Mais nous, le directeur sportif Michael Zorc et moi-même, nous avons connu des moments de tensions avec le staff. Il s'agit toujours de valeurs basiques comme la confiance, le respect, l'équipe, la communication, l'authenticité and l'identification. Il s'agit de relation de confiance et de loyauté". Un message qui ne laisse pas beaucoup de doutes quant au tempérament de l'entraineur. 


Une gestion humaine qui peut s'avérer houleuse


La question est de savoir comment une personne aussi autoritaire, avec un fort besoin de tout contrôler, peut cohabiter avec des joueurs qui n'en ont pas l'habitude. Il est de notoriété publique qu'il va même jusqu'à établir un programme nutritionnel aux joueurs, surveillant de près leur alimentation. Quid de l'hygiène de vie de certains joueurs du PSG ? L'avenir (très proche) nous le dira. En attendant, la cohabitation entre le tacticien et certains cadres à fort tempérament est une des plus grosses interrogations de cette nouvel ère. Et le cas Neymar est d'autant plus mis en avant : "C'est un entraineur spécial et porté sur l'individuel - différent de tout le monde et essayant toujours de faire ses propres méthodes. Si l'on accepte ses méthodes, Tuchel peut faire grandir un club et lui offrir plein de succès de manière durable. Personnellement, je ne connais pas Neymar, mais je suis convaincu qu'il peut gérer de grands joueurs comme l'est le Brésil. Mais Tuchel n'est pas le genre d'entraîneur qui lui donnera un statut particulier. Il va le traiter comme tout le monde dans l'équipe. Neymar va rencontrer un entraîneur auquel il doit accepter de se soumettre", analysait Malik Fathi pour Goal. Une condition qui va sûrement être rejeté par certains. La star brésilienne, elle, aurait rencontré le successeur d'Emery ce dimanche, selon le quotidien allemand "Süddeutsche Zeitung" afin de poser les bases de la nouvelle collaboration.

Ceci dit, si certains joueurs ont pu ouvertement critiquer le coach, la plupart ont quand même été satisfaits et ont même trouvé qu'ils avaient fortement progressé sous sa direction. Christian Pulisic, le n°22 du Borussia Dortmund avait déclaré à Goal lors du départ du club de la ruhr : "Il m'a toujours fait confiance, il m'a toujours donné ma chance. And la manière dont il m'a encouragé en tant que joueur et comment il m'a aidé à commencé ma carrière veut tout dire. Il me manquera". 

L'article continue ci-dessous

Une philosophie de jeu séduisante


L'une des plus grandes satisfactions de la nomination du Bavarois vient du côté des supporters du PSG. La méthode Tuchel c'est la promesse du beau jeu, offensif. Un "replica" de ce qu'a pu faire le Manchester City de son idole, cette saison. Sa particularité est d'adapter son équipe à l'adversaire, qu'il aura longuement analysé.  C'est la raison pour laquelle il a été adepte de plusieurs systèmes de jeu différents lors de son passage à Dortmund. Mais en général il aime plutôt le 4-1-4-1 et le 4-3-3, système le plus utilisé actuellement par les Rouge et Bleu. La différence que l'on pourra peut-être être amenée à voir réside dans cette défense à trois qu'il aime particulièrement. Mais même s'il ne compte pas faire de traitement de faveur aux stars de l'équipe, il devra tout de même composer avec son meilleur élément, la MCN, et construire sa tactique pour mettre les trois éléments dans les meilleures conditions possibles. Si en championnat le 4-3-3 d'Unai Emery a fait ses preuves, le challenge sera bien sûr de trouver une efficacité offensive en Ligue des Champions. 

Car le voici le baromètre : la capacité du Paris Saint-Germain à aller au-delà des quarts de finale de Coupe d'Europe. Le challenge est immense. Le maigre palmarès de Thomas Tuchel (seulement une Coupe d'Allemagne en 2017) peut être un frein, comme l'expliquait Unai Emery dans une interview accordée à SFR Sport. Selon lui, son discours n'avait pas assez de résonnance parfois car son effectif savait qu'il n'avait jamais atteint le dernier carré de Ligue des Champions. Il sentait que sa crédibilité était limitée. L'avenir nous dira si le fort caractère de Tuchel suffira à les convaincre. 

 

Prochain article:
Ligue des champions - Thierry Henry privé de Radamel Falcao pour le déplacement de Monaco à Bruges
Prochain article:
Inter Milan - Mauro Icardi à propos d'un intérêt du Real Madrid : "Quand les offres arriveront nous les évaluerons mais je suis heureux ici"
Prochain article:
Livre - 15 années de Ligue des champions racontées par Opta : l'élite européenne en stastistiques
Prochain article:
Les Central Coast Mariners confirment leur offre pour Usain Bolt
Prochain article:
LDC - Old Trafford, théâtre d'un retour de rêve pour Cristiano Ronaldo
Fermer