News Résultats en direct
PSG

PSG, Tuchel : "Non, je ne suis pas en colère"

14:55 UTC+2 16/04/2019
Thomas Tuchel PSG Nimes Ligue 1 23022019
Après la défaite à Lille (1-5), Thomas Tuchel était en conférence de presse avant le déplacement à Nantes. Il est revenu sur ses propos tenus à chaud.

Sur le groupe 

On va jouer sans Marquinhos, Neymar, Cavani, Bernat, Verratti, Thiago Silva, Thomas Meunier et Di Maria. Ce n’est pas notre effectif pour les 1/4 de finale de Ligue des Champions, ce sont bien nos blessés.

Neymar se sent bien, il n’a pas de douleurs en ce moment. Il travaille dur, il joue avec nous. Il est confiant et veut rentrer sur le terrain plus vite.

La raison de cette longue liste de blessés

Les joueurs sont fatigués parce que la situation ne change pas, au contraire, on a encore des blessés après le match. Mais j’aime toujours jouer, je préfère jouer plutôt que des entrainements, les joueurs aussi c’est pour ça que nous allons trouver une solution pour demain. Ce ne sera pas facile car Nantes est une bonne équipe, avec des bons supporters. C’est notre job de trouver des solutions.

Après la trêve, les joueurs sont revenus, et le vendredi et samedi il y a eu 14 joueurs... Cela était prévisible. Dans une saison avec beaucoup de records, de points, de buts, de résultats positifs, il y a des semaines qui sont compliquées. On l’accepte.

Vers qui la colère est dirigée ? 

Je ne suis pas en colère, nous travaillons dur, tous ensemble, le staff, les médecins, les kinés. On doit réfléchir à chaque blessure individuellement. C‘est une situation difficile mais je ne suis pas en colère. Ni envers les médias, ni envers qui que ce soit. Mais il fallait dire la vérité, on manque de joueurs. C’est notre faute car on n’a fait que de gagner mais cette situation perdure depuis le mois de janvier. Si des joueurs manquent, les autres joueurs doivent prendre plus de responsabilités et donc ils sont fatigués mentalement et physiquement.

C’est notre objectif de confirmer notre titre. On a eu la possibilité contre Strasbourg, malheureusement ce n’est pas arrivé, comme à Lille. Je ne sais pas si c’est la situation la plus difficile à laquelle je suis confronté depuis mon arrivée. Il y a toujours des situations difficiles, on doit toujours régler des détails. On doit rester sur le bon chemin. On a perdu un match mais je suis calme.

Changer la manière de jouer

Avant le match contre Lille, on a discuté de cela. Le LOSC est porté sur les contre-attaques. Le plus difficile c’est de contrôler le match très haut sur le terrain et pousser les Lillois très bas. On manque de joueurs-clés alors on a discuté sur le fait de changer notre manière de jouer ? Mais pourquoi ? On a 17 points d’avance, donc on doit continuer de jouer dans notre style sinon cela voudrait dire que je n’ai pas confiance en mes joueurs. Il manque encore plus de joueurs contre Nantes alors que faire ? Jouer défensif ? Ce n’est pas nous. On n’aura pas le temps de mettre ça en place, les joueurs ont l’habitude d’avoir le ballon.

Le prochain mercato

Je sais exactement les postes et les profils dont nous avons besoin pour nous renforcer.

La gestion de la crise 

Si c’est une crise alors je prends la même pour les prochaines saisons, avec 17 points d’avance. Pour moi, c’est absolument normal après la défaite. Personne n’a eu la possibilité d’écrire de mauvaises choses sur nous car on ne faisait que gagner. Mais la défaite contre Lille a permis cela, de pointer les choses négatives. C’est normal mais il faut rester calme. Ce n’est pas une crise mais une situation difficile. 

Sabrina Belalmi, au Camp des Loges.