PSG : Brillant, décevant puis décisif, les trois visages de Neymar face à Metz

Getty Images

Depuis début août, Paris n'a d'yeux que pour Messi. Et aussi pour Mbappé. Dans le trio d'attaque qui fait tant saliver l'Europe où est donc passé Neymar ? Dans les média peu d'articles sur lui, hormis pour souligner son retour à l'entraînement avec quelques kilos en trop le 6 août. Et dans les conférences de presse quasiment aucune question concernant le numéro 10 brésilien.

La rentrée du « Ney » a donc été plutôt discrète en dehors de terrain, tout comme sur le rectangle vert. Avant la trêve internationale, son match à Reims n'avait duré qu'une petite heure et avait souligné son manque d'explosivité et donc de condition physique.

Deux semaines plus tard à Bruges puis face à Lyon, Neymar avait montré un tout autre visage et une silhouette bien plus affûtée, ce qu'il n'a pas manqué de montrer à ses millions de suiveurs. Pas toujours juste sur le plan technique ou dans ses choix de jeu en Belgique ou contre l'OL, Neymar avait surtout montré de l'envie et un volume de jeu qu'on lui a rarement vu.

En l'absence de Lionel Messi, mercredi soir à Metz, Mauricio Pochettino lui a donc redonné les clés du jeu en le positionnant en meneur dans un 4-4-2 en losange, derrière Mbappé et Icardi. Dans cette position, ses vingt premières minutes ont été de très bonne facture. Du mouvement sans le ballon, du jeu simple et des passes tranchantes qui auraient pu être décisives avec plus de réussite ou d'adresse. C'est selon.

L'article continue ci-dessous

Au cœur des embrouilles, mais finalement passeur décisif

Son délice de passe dans la profondeur pour Icardi est à l'origine de l'ouverture du score de Hakimi (5e). Cinq minutes plus tard, c'est après une récupération qu'il lançait parfaitement Kylian Mbappé dans la profondeur, lequel manquait son duel face à Oukidja. On retrouvait le Brésilien quelques minutes plus tard sur une nouvelle ouverture, de l'extérieur du droit pour Nuno Mendes et une nouvelle occasion de but qui ne terminait pas au fond.

Avec ce Neymar, Paris maîtrisait et aurait pu mener largement après vingt minutes. C'était avant que le Brésilien retombe dans ce qu'on lui connaît de moins bon. Du jeu arrêté, des touches de balles en trop et des contestations multiples auprès de l'arbitre après quelques contacts avec des joueurs messins. Le numéro 10 parisien a perdu en simplicité et son équipe aussi.

Il s'est notamment retrouvé au cœur de l'embrouille qui a amené l'expulsion de Dylan Bronn, avant de recevoir un carton jaune pour avoir poussé Oukidja, quelques secondes après le but de la victoire inscrit par Hakimi (90+5e). Malgré cette baisse de régime et son irrégularité, dans un match où Paris n'a finalement trouvé que peu de solutions, sa dernière passe aura été la bonne. Puisque c'est lui qui offrait le but de la victoire au Marocain.