Lille-Monaco 0-1 - Monaco douche le LOSC

Commentaires()
Lille, dauphin du PSG, s'est fait surprendre en fin de match par une équipe monégasque parfaitement organisée (0-1).

Il aurait été difficile, il y a deux mois, d'imaginer autre chose qu'un carnage entre la jeunesse fringante du LOSC et des Monégasques moribonds. Mais en football plus qu'ailleurs, tout va tellement vite. Monaco a repris des couleurs, vraiment, et ce déplacement dans le Nord en est la preuve la plus criante depuis le retour aux commandes de Jardim.

Ce match a été assez équilibré en termes d'opportunités franches. Chaque camp a eu ses cartouches. Après une frappe de Rony Lopes (7e), qui affrontait d'ailleurs son ancien club, Jonathan Bamba a vu sa tentative s'écraser sur la barre (13e). Monaco a encore répondu sous l'impulsion de son excellente recrue hivernale Gelson Martins, mais la tentative du Portugais après un enchaînement de haut niveau a été repoussée par Maignan (15e).

Malgré cela, c'est bien le LOSC qui aurait pu virer en tête à la pause si Thiago Mendes, tout seul face au but, n'avait pas manqué l'immanquable (25e), et si Subasic, auteur d'une prestation solide, n'avait pas repoussé la frappe de Nicolas Pépé juste avant la mi-temps (45e).

L'article continue ci-dessous

Au retour des vestiaires, les Monégasques ont mis le pied sur l'accélérateur et le LOSC, si habile en attaques rapides, s'est fait prendre à son propre jeu par un adversaire aussi vertical que lui. L'affaire aurait pu être pliée assez tôt si Mike Maignan n'avait pas brillé devant Golovine (48e), puis Gelson Martins à deux reprises, dans la foulée (49e, 54e). Dans ce désert, l'éclaircie aurait pu venir de Rafael Leao, mais le jeune Portugais a buté sur Subasic à l'heure de jeu (60e).

Ce rapport de force aurait pu se conclure sur un score de parité mais Lille a finalement craqué en toute fin de rencontre. Carlos Vinicius, esseulé, s'est joué de Fonte avant de placer un tir victorieux pour délivrer l'ASM (0-1, 90e). Malgré 8 minutes d'arrêts de jeu, Monaco a conservé cet avantage précieux jusqu'au bout. C'est un coup d'arrêt pour le LOSC, qui concède son premier revers en 2019. En revanche, pour Monaco, seizième, le maintien ne fait presque plus de doute. Leonardo Jardim réussit son pari pour le moment. Son équipe n'avance pas au rythme de ses concurrents, mais des meilleurs.

 

Fermer