FC Nantes - Kita renonce à vendre le club au fonds d’investissement représenté par Benjamin Leigh Hunt

Commentaires()
Getty
Le président du FC Nantes, Waldemar Kita, a annoncé qu’il ne poursuivrait pas les négociations avec le fonds d’investissement britannique.

Au FC Nantes, le changement, ce n’est pas pour maintenant. En discussions avancées avec LFE Football Group, un fonds d’investissement britannique, depuis le mois de février, le président Waldemar Kita a annoncé ce mardi qu’il ne poursuivrait pas les négociations, lesquelles devaient mener à la vente du club.

"Des candidats qui n’assument pas leurs responsabilités"

"Waldemar Kita constate que le fonds d'investissement anglais qui s'était spontanément présenté comme candidat au rachat du club ne présente pas le minimum de garanties bancaires exigées par les instances du football professionnel pour poursuivre une discussion", a expliqué le club dans un communiqué publié ce mardi.

L'article continue ci-dessous

"Waldemar Kita ne laissera jamais l'avenir du club dans les mains de candidats qui n'assument par leurs responsabilités et dont le sérieux et la crédibilité ne sont pas garantis. (…) En conséquence, Waldemar Kita, conscient des enjeux, ne peut pas poursuivre des discussions avec ce fonds qui est dans l'incapacité de produire un dossier complet à la DNCG", a ajouté le club canari.

Une offre de 100 millions d’euros était évoquée

La veille, la DNCG lançait un premier pavé dans la mare en repoussant la date d’examen du processus de vente. Alors que le FC Nantes, propriété de Waldemar Kita depuis 2007, devait se présenter devant le gendarme financier du football français ce mardi, ce dernier repoussait l’audience à une date ultérieure en raison du manque d’éléments requis pour analyser la situation.

Des éléments que le fonds d’investissement britannique, représenté par Benjamin Leigh Hunt, n’a finalement jamais apporté, d’où l’arrêt des négociations décrété par la formation nantaise ce jour. Une situation que regrette très certainement le président Kita, lequel a dans l’idée de vendre son club, d’autant plus qu’une offre de 100 millions d’euros aurait été formulée au préalable par LFE Football Group. Reste désormais à savoir si le boss nantais parviendra à trouver un autre repreneur.

Fermer