Entretien Euro U19 - Yéhvann Diouf : "L'équipe a les ressources mentales pour rebondir"

Commentaires()
Vainqueur de la Gambardella avec Troyes cette saison, Yéhvann Diouf gardera encore les buts de l'équipe de France U19 ce vendredi contre la Turquie.

L'aventure a mal débuté pour les Bleuets. Battus par l'Ukraine (1-2) mardi dès leur entrée en lice à l'Euro U19, les hommes de Bernard Diomède sont maintenant dans l'obligation de faire un résultat lors des deux prochains matches. Contre la Turquie ce vendredi (19h30), et l'Angleterre lundi (17h30). "Il va falloir gagner ces deux matches", confirme pour Goal le gardien Yéhvann Diouf qui s'est confié à quelques heures d'affronter l'équipe turque.

Vous n'étiez pas forcément n°1 au départ. L'absence d'Alban Lafont a-t-elle changé votre approche de cet Euro U19 ?

Yéhvann Diouf : Pas du tout. Je savais que j'étais là pour pallier une éventuelle absence ou une blessure d'Alban. Dans ma tête, je me suis toujours préparé à jouer comme si j'étais le gardien n°1. Son absence ne m'a pas perturbé plus que cela. J'étais prêt à cette éventualité.

Avez-vous eu le temps d'échanger ensemble avant que son absence ne soit confirmée ?

On a parlé un peu juste avant qu'il parte à la Fiorentina. Mais même à ce moment-là, on n'a pas parlé de son transfert. Tout s'est vraiment passé très vite.

Bernard Diomède et son staff vous ont-ils annoncé de suite que c'était vous le n°1 désormais ?

Ils ne me l'ont pas dit directement, mais ils me l'ont fait comprendre. À la base, j'étais le n°2, donc ils n'ont pas eu besoin de me le dire. J'ai tout de suite compris que c'était à moi de prendre ce rôle. Mais encore une fois, j'étais prêt à l'assumer.


"La Turquie et l'Angleterre : deux matches à gagner"


L'année a été riche pour vous avec ce titre en Gambardella et maintenant l'Euro. Comment vivez-vous cela ?

On va dire que c'est une belle année même si j'ai eu une blessure (épaule) qui m'a un peu frustré parce qu'elle m'a tenu longtemps éloigné des terrains. Sans cette blessure, j'aurais peut-être pu faire plus, mais pour moi c'est une bonne année malgré tout.

Malheureusement, l'Euro n'a pas très bien démarré avec cette défaite contre l'Ukraine (1-2). Comment expliquez-vous ce faux-pas ?

On était moins bon que d'habitude dans certains domaines, que ce soit devant ou derrière. Pourtant, j'ai trouvé qu'on avait abordé le match sérieusement. On sait qu'à ce stade de la compétition, il n'y a pas de petites équipes. L'Ukraine a aussi de très bons joueurs. On a surtout payé nos erreurs défensives, mais dans l'état d'esprit, on y était. On a essayé de jouer notre jeu et il faut féliciter l'Ukraine qui a réalisé une belle partie.

L'article continue ci-dessous

Yehvann Diouf France U19

À titre personnel, vous avez été mis à contribution. Comment vous êtes-vous senti sur ce match ?

Mon objectif était d'être le plus rassurant possible, d'être le plus efficace. Il fallait être costaud mentalement et physiquement. J'ai essayé de faire le maximum pour l'équipe. Malheureusement, on a encaissé ce but à la 86e.

Aujourd'hui, vous n'avez plus le droit à l'erreur et il faudra absolument faire un résultat contre la Turquie puis l'Angleterre...

Il nous reste deux matches et si on veut passer il va falloir gagner ces deux matches. Mais il ne faut pas sous-estimer nos adversaires pour autant. La Turquie est une belle équipe et on va faire tout notre possible pour essayer de se qualifier.


"Être éliminé maintenant serait un échec"


Comment se trouve le groupe après cette première défaite ? Pas trop abattu ?

Forcément, un petit peu parce qu'on ne se voyait pas perdre de cette façon. En prenant un rouge (Malang Sarr) et un but en fin de match. Mais je pense que l'équipe a les ressources mentales pour rebondir et faire un résultat lors du prochain match.

Malang Sarr manquera à l'appel contre la Turquie. Son absence est un autre coup dur pour l'équipe...

On peut parler de coup dur parce qu'en plus d'être notre capitaine, c'est un très bon joueur. Il va manquer, c'est certain. Mais je pense qu'on peut surmonter ça, car on a suffisamment de bons joueurs qui sont prêts à pallier son absence.

En 2016, vos aînés avaient débuté par une défaite sur le même score, et ça ne les avait pas empêchés d'être champions d'Europe. Pensez-vous que l'histoire puisse se répéter ?

J'espère ! Parce qu'être éliminé maintenant serait un échec. Il y aura de belles équipes en face, mais nous aussi on est sûrs de notre force. Si on joue comme on sait le faire, en faisant peu d'erreurs et en étant concentrés, je pense qu'on peut réaliser de très belles choses.

Que devez-vous faire alors pour inverser la tendance ?

Il va falloir être plus efficace défensivement et plus efficace offensivement, ça passera par là !

Propos recueillis par Benjamin Quarez

Fermer