Diego Simeone ferme la porte à Jan Oblak, courtisé par le PSG

Commentaires()
Getty
Diego Simeone, le coach de l'Atlético Madrid, a verrouillé son portier slovène Jan Oblak, courtisé notamment par le PSG .

Le Real Madrid recevait l'Atlético Madrid pour un derby tendu en Liga ce dimanche. Cristiano Ronaldo (d'une volée suite à un centre de Gareth Bale) et Antoine Griezmann (sur un service de Thomas Partey) ont tous deux marqué. Un match nul qui ne fait l'affaire d'aucun des deux voisins madrilènes comme l'a reconnu Diego Simeone, l'entraîneur des Rojiblancos, après le coup de sifflet final en conférence de presse.

El Cholo a également été questionné sur Jan Oblak, son portier suivi notamment par le PSG et sa réponse a été dénuée d'équivoque : "Il s’agit de faire tout ce qui est possible pour que tous ceux qui font grandir le club restent. Et nous travaillons pour améliorer l’effectif. Quand on améliore l’équipe, on améliore toujours le club", a dit Simeone en conférence de presse après le nul dans le derby en Liga ce dimanche (1-1).

L'article continue ci-dessous

Simeone en a profité pour évoquer la course au titre avec le FC Barcelone, une course qu'il n'estime pas encore totalement perdue, malgré ce nouveau nul à Santiago Bernabeu face au voisin du Real, où son Atlético ne perd plus depuis 2012.

"Je ne repars pas satisfait parce que nous voulions gagner. Pour continuer à nous rapprocher du FC Barcelone, nous avions besoin des trois points. En première période, l'adversaire a mieux débuté, nous avons eu du mal à combiner. Mais quand nos joueurs ont commencé à combiner, on a monté d'un cran sur le terrain. Nous aurions pu gagner ce match, mais aussi le perdre", a lucidement reconnu El Cholo devant les médias ibériques dans des propos relayés par l'AFP.

"Notre objectif est toujours de faire de notre mieux face à deux superpuissances comme le Real Madrid et le FC Barcelone. Il reste sept journées, le football est très changeant. Avec autant de points de retard, c'est sans doute impossible mais le football est merveilleux. On va voir si on peut aborder les trois dernières journées avec encore des chances", a encore ajouté Simeone, qui, comme son équipe, refuse de s'interdire de rêver.

Fermer