Casemiro laisse entendre que le Brésil pourrait boycotter la Copa America

Getty Images

Le capitaine du Brésil, Casemiro, a laissé entendre que son équipe est unie contre l'organisation de la Copa America. Le milieu de terrain, qui s'exprimait à l'issue de la victoire 2-0 sur l'Équateur dans le cadre des qualifications pour la Coupe du monde, a déclaré que l'on en saurait plus bientôt, mais a laissé entendre que "tout le monde, y compris Tite (le sélectionneur, ndlr)", a pris position.

Il a promis que des informations supplémentaires seraient fournies après le match de l'équipe contre le Paraguay le 8 juin, refusant pour l'instant de confirmer une raison spécifique à la colère des joueurs par respect pour la hiérarchie de la Confédération brésilienne de football.

De nombreuses personnes au Brésil sont mécontentes de voir le football venir dans le pays en ce moment, alors que le nombre de cas de Covid reste élevé. La compétition a été déplacée au Brésil par les organisateurs la semaine dernière, après que l'Argentine et la Colombie, co-organisateurs initiaux, aient été retirés de leurs fonctions. L'Argentine est confrontée à sa propre crise Covid, tandis que la Colombie a été secouée ces derniers mois par des troubles politiques.

"Tout le monde connaît notre position pour la Copa America au Brésil, a déclaré le capitaine après le match contre l'Équateur. Elle ne pourrait pas être plus claire. Nous voulons exprimer davantage notre opinion après le match contre le Paraguay [le 8 juin].

"Ce n'est pas seulement moi, ni seulement les joueurs qui jouent en Europe. C'est tout le monde, y compris Tite. Tous ensemble."

L'article continue ci-dessous

La veille du match contre l'Équateur, Casemiro avait refusé de parler aux journalistes, tandis que Tite avait donné le premier signe de mécontentement dans le camp brésilien.

Le tournoi est censé débuter le 13 juin. Si les joueurs brésiliens ne s'expriment pas à nouveau sur le sujet avant le match contre le Paraguay, comme Casemiro l'a laissé entendre, il ne restera que cinq jours à la CONMEBOL pour réagir à leur déclaration avant le coup d'envoi.

Malgré les rapports faisant état d'un boycott potentiel, il convient de noter que personne au sein de l'organisation n'a publiquement identifié cette option comme étant envisageable. Tout le monde est resté intentionnellement discret sur les conversations qui ont lieu dans les coulisses.