Avant le choc, Lille ne laisse pas un centimètre à Lyon

Commentaires()
getty
En conservant 6 points d'avance sur l'OL avant le choc pour la 2e place dimanche prochain, le LOSC a de nouveau confirmé son statut de solide dauphin.

Tout comme la semaine passée, le LOSC entamait son match du week end avec la pression mise par la victoire préalable de l'Olympique lyonnais. Mais après avoir laissé les Rhodaniens reprendre un peu de terrain en concédant le match nul à Toulouse, les Lillois ont remis les pendules à l'heure. Larges vainqueurs de Nîmes dimanche (5-0) sur la pelouse du stade Pierre Mauroy, les hommes de Christophe Galtier on fait d'une pierre deux coups : en prenant trois points qui leur offfent un joker face à l'OL, d'abord, puis en confortant une dynamique qui semble tout droit les conduire vers la deuxième place. 

Sûrs et certains de leurs forces 

Avec 10 buts inscrits et un seul encaissé sur les trois dernières rencontres de Ligue 1, le LOSC marche sur l'eau. Contrairement à son prochain adversaire qui oscille entre éclairs et attermoiements collectifs, les coéquipiers de Nicolas Pépé s'appuient à la fois sur une ossature très robuste, parfaitement articulée pour mettre sur orbite les grands talents offensifs qui la composent. Dimanche, face à Nîmes - pourtant réputée  pour être une équipe difficile à manipuler - les Dogues en ont une nouvelle fois fait l'imparable démonstration. Même si la première mi-temps a pu paraître un peu poussive par séquences, la ligne directrice souvent synonyme de succès cette saison n'a jamais varié. Au coup d'envoi, Lille apparaît d'abord comme une équipe très bien organisée et rompue à l'exercice défensif. Avec 28 buts encaissés depuis le début de la saison, les Nordistes possèdent la meilleure défense du championnat derrière le PSG qui n'a concédé qu'un but de moins. 

L'article continue ci-dessous

Lille

Mais le LOSC ne serait pas où il est s'il ne se reposait que sur son assise défensive. Dans la transition offensive, les Dogues affichent une maîtrise qui conduit quasiment chaque action dans la surface de réparation adverse. Par le biais de Thiago Mendes, un des grands dépositaires du jeu, les fusées Pépé et Bamba investissent les ailes pour servir les axiaux dans une chorégraphie qui semble répétée à la perfection. C'est au terme d'une de ces phases supersoniques que Loïc Rémy, avant l'heure de jeu a ouvert le score avant que la massue ne s'abatte complètement sur les têtes nîmoises. Par Jonathan Bamba de la tête, par Celik d'un remarquable lob puis par l'incontournable Pépé et enfin par Fonte venu parachever un travail bien fait jusqu'au bout. 

Après avoir épuisé physiquement leur adversaire en contrôlant tous ses mouvements, les Lillois ont mis en route une machine qui ne s'enraye pas souvent et qui arrivera à Lyon en pleine puissance. Sous les yeux de José Mourinho, qui décidément apprécie l'air du Nord, les Lillois ont envoyé un message limpide. S'ils l'ont bien reçu, les hommes de Bruno Genesio, capables par intermittence d'évoluer à un très haut niveau, devront se hisser à la hauteur de ce qu'ils avaient su faire face à Manchester City ou au Paris Saint-Germain. Car sans l'ombre d'un doute, ce LOSC version 2019 est bien une équipe de Ligue des champions

Fermer