Arsenal, Eboué revient sur sa descente aux enfers

Commentaires()
AA
L'ancien latéral des Gunners est revenu sur sa dépression, ses problèmes d'argent et une situation familiale chaotique lors de sa fin de carrière.

Latéral droit de grand talent ayant fait les beaux jours d'Arsenal et ayant pris part à la fabuleuse épopée européenne des Gunners jusqu'en finale de la Ligue des champions, Emmanuel Eboué a récemment fait parler de lui dans une histoire beaucoup moins positive. Après avoir signé à Sunderland pour une pige en mars 2016, il se retrouve suspendu par la Fifa pour ne pas avoir payé son ancien agent. Le début de la descente aux enfers pour l'Ivoirien.

À cette suspension, s'est ajouté un divorce très difficile, l'ayant laissé dans une situation financière chaotique. Il a ensuite sombré dans la dépression et a beaucoup galéré avant de se voir offrir un poste par son ancien club, Galatasaray. Emmanuel Eboué est revenu sur sa lente descente aux enfers et sa dépression sur le plateau de l'émission Le Vestiaire sur RMC : "La Fédération (FIFA) m'a suspendu de toute activité, je n'avais pas le droit de m'entraîner avec un club".

"Je prends encore des antidépresseurs"

Emmanuel Eboue Arsenal

L'article continue ci-dessous

"Un an loin des terrains. Je me serais entraîné avec un club, j'aurais pu un peu oublier les problèmes. Mais je n'avais pas accès à un club. Je m'entraînais tout seul et j'avais honte, parce que les gens me regardaient autrement. Certains disaient 'c'est Eboué, le deuxième défenseur d'Europe en 2006'... Moi, d'habitude je m'entraînais le matin. Mais il y avait des gens qui s'entraînaient à ce moment-là, ils venaient prendre une photo et la balançaient... donc je partais m'entraîner le soir. Il n'y avait pas la lumière mais je ne pouvais pas rester à la maison", a ajouté l'Ivoirien.

Emamnuel Eboué a également évoqué sa situation financière et familiale chaotique l'ayant encore plus enfoncé dans la dépression : "Quand je voyais mes enfants, ils me demandaient quand j'allais revenir sur le terrain. Donc quand je sortais le matin, je faisais semblant d'aller m'entraîner. Je restais dehors et je rentrais à la maison quand mes enfants étaient déjà au lit. Je ne voulais pas qu'ils me demandent pourquoi ils ne me voyaient pas jouer".

"Souvent, il m'arrivait de m'enfermer dans ma chambre pendant trois ou quatre jours. Encore aujourd'hui, je prends des antidépresseurs. [...] Les gens me disent que j'aurais dû avoir de l'argent quelque part. Mais quand j'étais avec mon ex-femme, j'étais à fond. Pourquoi cacher mon argent ? Je voulais faire ma vie avec elle, je ne pouvais pas penser qu'elle allait me faire ça", a conclu l'ancien latéral droit d'Arsenal.

Fermer