Top 10 - Les plus grands come-backs de l'histoire de la Ligue des champions

Commentaires()
Champions League comebacks
Getty/Goal
Liverpool, le Barça, Manchester United, la Roma... Ces équipes font partie de celles à avoir réalisé les plus grands come-backs dans la compétition.

Ces dernières années, la Ligue des champions à été le théâtre de nombreux retournements de situation aussi improbables qu'inattendus entre les matchs aller et retour.

Le plus grande compétiton de clubs en Europe a toujours été un tournoi où l'improbable devient réalité. De Liverpool au Barça en passant par Tottenham ou la Roma, florilège de ces plus beaux come-back de l'histoire.

  1. Monaco 3-1 Real Madrid (5-5 en cumulé, Monaco qualifié aux buts à l'extérieur)
    Getty

    #10 Monaco 3-1 Real Madrid (5-5 en cumulé, Monaco qualifié aux buts à l'extérieur)

    Le Real Madrid n'aura pas vu venir son élimination de l'édition 2003-04 face au futur finaliste de l'AS Monaco.

    Les joueurs du Rocher auront réussi le principal lors du match aller en inscrivant deux buts grâce à Sébastien Squillacci et Fernando Morientes, sans pour autant parvenir à contenir la force offensive des Merengue.

    Ivan Helguera, Zinedine Zidane, Luis Figo et Ronaldo marquaient au Bernabeu et la même chose était attendue à Louis II. Quand une magnifique frappe enroulée de Raul trouva la faille, cela faisait alors 5-2 Madrid.

    Mais rien n'était pour autant terminé. Une volée de Giuly juste avant le repos et un but du même Morientes - prêté par le Real - juste après relançaient tout.

    Madrid jouait comme une équipe qui ne pouvait être battue, mais il n'en était rien. L'excellent Giuly, futur joueur du Barça, inscrivait le but de la qualification pour les siens, avant deux entrants - Shabani Nonda et Emmanuel Adebayor - ne touchent les montants.

  2. PSG 1-3 Manchester United (3-3 en cumulé, Man Utd qualifié aux buts à l'exétrieur)
    Getty

    #9 PSG 1-3 Manchester United (3-3 en cumulé, Man Utd qualifié aux buts à l'exétrieur)

    Manchester United a été sévèrement battu par le Paris Saint-Germain à Old Trafford lors du match aller de son huitième de finale en 2018-19.

    Bien que Neymar soit blessé côté PSG, Kylian Mbappe a été bon et Manchester United a donc deux buts de retard, en plus du carton rouge de Paul Pogba en fin de match.

    Mais si Marcus Rashford et Romelu Lukaku n'ont pas toujours ébloui ensemble, ils ont parfois formé un duo redoutable.

    Le Belge donnait d'ailleurs l'espoir aux visiteurs au Parc des Princes en signant un doublé sur deux erreurs individuelles parisiennes.

    A la 89e minute de jeu, la frappe de Diogo Dalot, trouve le bras de Presnel Kimpembe. Après délibération, la VAR accorde un penalty aux Anglais.

    Rashford, qui n'a que 21 ans, s'impose face à un gardien de but hors pair qu'est Gianluigi Buffon. Neymar a regardé, horrifié. Les supporters de United peuvent exulter.

  3. Chelsea 4-1 Napoli (5-4 en cumulé)
    Getty

    #8 Chelsea 4-1 Napoli (5-4 en cumulé)

    C'était le chaos à Chelsea après la défaite 3-1 à Naples en 2012. Andre Villas-Boas, recruté comme l'un des meilleurs jeunes entraîneurs au monde, était en difficulté.

    Les Blues l'ont licencié et ont nommé le favori des supporters Roberto Di Matteo, dont la seule expérience antérieure en tant qu'entraîneur a été acquise à MK Dons et West Brom.

    Di Matteo a transformé Chelsea. Le trio magique des Blues, composé de Didier Drogba, John Terry et Frank Lampard, a marqué pour amener le match en prolongation suite au but de Gokhan Inler, avant que Branislav Ivanovic ne reprenne un centre de Drogba pour le gagner dans le temps additionnel.

    Chelsea a battu Benfica en quarts de finale avant de remporter sa fameuse victoire sur Barcelone en demi-finale, et a soulevé le titre contre le Bayern à Munich.

    Di Matteo a été limogé en novembre, mais peu d'entraîneurs peuvent prétendre avoir eu un tel impact en si peu de temps.

  4. Manchester United 2-1 Bayern Munich
    Getty

    #7 Manchester United 2-1 Bayern Munich

    Ole Gunnar Solskjaer aime parler de la finale de 1999, et pour cause.

    Devant une foule de 90 000 personnes au Camp Nou, le coup franc de de Mario Basler après six minutes semblait permettre au Bayern Munich de remporter son premier titre de l'ère de la Ligue des champions, depuis sa dernière victoire en 1976.

    Le Bayern a mené pendant 84 des 90 minutes du temps réglementaire, avant que United ne remporte l'une des plus grandes victoires finales de tous les temps.

    Le corner de David Beckham n'était pas dégagé et Teddy Sheringham égalisait après le tir de Ryan Giggs.

    Presque immédiatement, United obtenait un nouveau corner. Beckham pour le centre, tête de Sheringham, et c'est finalement Solskjaer qui marquait le but de la victoire, 101 secondes après le premier.

    Trois jours plus tôt, les Red Devils soulevaient la FA Cup pour un triplé qui reste encore inégalé à ce jour en Angleterre.

  5. Deportivo La Coruna 4-0 AC Milan (5-4 en cumulé)
    Getty

    #6 Deportivo La Coruna 4-0 AC Milan (5-4 en cumulé)

    Le Deportivo, qui affronte les champions d'Europe, avait déjà créé la surprise en 2004 en s'imposant 1-0 au match aller à Milan.

    Cette fois, le géant italien a rapidement remis les pendules à l'heure en s'imposant 4-1 et a commencé à se préparer pour les demi-finales. Après tout, aucune équipe n'avait jamais réussi à se qualifier pour un match à élimination directe de la Ligue des champions après trois buts de retard.

    De toute évidence, personne n'en avait parlé au Deportivo. Ils étaient revenus à égalité avant même la mi-temps.

    Walter Pandiani, Juan Carlos Valeron et Albert Luque ont marqué alors que les Espagnols sortaient l'AC Milan, Fran marquant à nouveau en seconde période sur un tir dévié de Cafu.

    Rui Costa était tout proche de ramener Milan grâce à une frappe puissante à bout portant en fin de match, mais José Molina réussissait un arrêt étonnant pour préserver l'avance de son équipe et sceller leur progression vers les demi-finales.

    L'entraîneur du Deportivo, Javier Irureta, avait prié pour un miracle et l'a obtenu. Pour honorer une promesse, il a ensuite fait un pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle en guise de remerciement.

  6. Roma 3-0 Barcelona (4-4 en cumulé, la Roma qualifiée aux buts à l'exétieur)
    Getty

    #5 Roma 3-0 Barcelona (4-4 en cumulé, la Roma qualifiée aux buts à l'exétieur)

    La Roma avait été démantelée 4-1 à Barcelone lors du quart de finale aller de la saison 2017-18, inscrivant deux buts contre son camp pour aider les Catalans dans leur progression, mais le but crucial inscrit à l'extérieur par Edin Dzeko leur avait donné une mince lueur d'espoir.

    Même s'il n'a pas marqué le but de la victoire, le grand Bosniaque a joué un rôle déterminant dans l'une des plus grandes soirées de Rome.

    Il a d'abord trompé Marc-Andre ter Stegen, avant d'obtenir un penalty pour Daniele de Rossi, qui doublait la mise après la pause.

    Le Stadio Olimpico s'enflamme et le Barca se replie. Kostas Manolas, auteur du deuxième but contre son camp au Camp Nou, reprend le corner de Cengiz Under au premier poteau et le glisse parfaitement pour donner l'avantage à la Roma grâce aux buts à l'extérieur.

    Une dernière occasion est à mettre au crédit de Lionel Messi. Il se faufile dans une surface de réparation bondée, mais ne parvient pas envoyer le ballon au fond, mais directement dans les bras du gardien de la Roma, Alisson, pour sa première Remontada face au Barça.

  7. Ajax 2-3 Tottenham (3-3 en cumulé, Tottenham qualifié aux buts à l'extérieur)
    Getty

    #4 Ajax 2-3 Tottenham (3-3 en cumulé, Tottenham qualifié aux buts à l'extérieur)

    Voilà une demi-finale retour qui semble sortie de nulle part, la saison dernière. Tottenham a été la moins bonne équipe à l'aller et la plus grande partie du retour, se retrouvant mené 3-0 à la mi-temps et le tout sans Harry Kane.

    L'Ajax avait déjà battu le Real Madrid et la Juventus et semblait promis à une finale alléchante contre Liverpool, mais l'entrée de Fernando Llorente à la mi-temps a changé la donne, car les autres attaquants des Spurs ont pivoté autour de lui.

    Dele Alli a libéré Lucas Moura pour qu'il puisse marquer du pied 10 minutes après la reprise. Le Brésilien a gardé son sang-froid pour trouver un espace dans une surface de réparation bondée, avant de réitérer quelques minutes plus tard.

    Hakim Ziyech tirait contre la base du poteau à 12 minutes de la fin du match, avant que Jan Vertonghen, formé à l'Ajax, ne rtrouve la barre de la tête à l'autre bout du terrain.

    La jeune et dynamique équipe d'Erik ten Hag ressentait la pression de la longue et fière histoire de l'Ajax en Europe, et elle a fini par céder.

    Cinq minutes et une seconde après le début des arrêts de jeu, Moussa Sissoko envoie le ballon vers l'avant, Llorente le met au sol, Alli relaie et Lucas trouve la lucarne.

    Mauricio Pochettino célébrait comme un homme qui avait guidé son club vers la plus grande nuit de leur histoire, et à juste titre.

  8. Liverpool 4-0 Barcelona (4-3 en cumulé)
    Getty

    #3 Liverpool 4-0 Barcelona (4-3 en cumulé)

    Lionel Messi savait que le travail n'était pas terminé. Alors que le Barca menait 3-0 à domicile dans les arrêts de jeu, il s'est effondré sur le gazon, consterné, lorsqu'Ousmane Dembele a manqué sa finition, seul devant Alisson.

    Cette équipe du FC Barcelone manquait parfois de confiance, et son meilleur joueur le savait. Même après une performance personnelle brillante et l'un des coups francs les plus emblématiques jamais marqués, Messi devait sûrement avoir un doute tenace dans son esprit lorsqu'il est allé sur le gazon d'Anfield pour le match retour de la demi-finale 2018-19.

    Divock Origi, l'homme énigmatique de Liverpool pour les plus grands moments, marquait tôt pour voir l'équipe de Jurgen Klopp mener à la pause, mais deux autres buts étaient encore nécessaires pour revenir à hauteur.

    "Nous marquons, Liverpool a besoin de CINQ buts - et nous allons en avoir au moins un... d'accord ?". Tel était le message publié sur le compte Twitter du Barça.

    Ils avaient tort. La vue de Georginio Wijnaldum trottinant hors du banc allait devenir une légende pour les fans de Liverpool, puisqu'il ramenait les siens à égalité avec deux buts en trois minutes.

    Le Barça s'effondrait, Messi était enchaîné, ses coéquipiers se flétrissaient autour de lui, puis Liverpool gagnait un corner. Trent Alexander-Arnold, avec un éclair de génie, le jouait rapidement, et Origi l'envoyait au fond des filets.

  9. Barcelone 6-1 PSG (6-5 en cumulé)
    Getty

    #2 Barcelone 6-1 PSG (6-5 en cumulé)

    En 2017, le FC Barcelone était sur le point de manquer les quarts de finale de la Ligue des champions pour la première fois en dix ans, après une humiliante défaite 4-0 à Paris.

    En 213 tentatives, le Camp Nou n'avait jamais réussi à revenir de 4-0, mais l'ouverture du score rapide de Luis Suarez a permis au Camp Nou d'y croire.

    Un contre son campe de Layvin Kurzawa et un penalty de Lionel Messi de part et d'autre de la pause ont permis au Barça de revenir dans le match, avant qu'Edinson Cavani n'inscrive un superbe but à l'extérieur, laissant les locaux dans l'obligation d'en inscrire trois autres.

    Cavani et Angel Di Maria manquaient des occasions en or de mettre fin au suspens, et ont dû en payer le prix. Suarez et Messi avaient déjà pris le relais, mais c'était vraiment la nuit de Neymar.

    Un superbe coup franc à la 88e minute, un penalty à la 91e et une superbe passe flottante en profondeur pour Sergi Roberto à la 95e.

  10. AC Milan 3-3 Liverpool (Liverpool l'emporte 3-2 aux tab)
    Getty

    #1 AC Milan 3-3 Liverpool (Liverpool l'emporte 3-2 aux tab)

    Certains contestent la place de numéro un du Miracle d'Istanbul. Il y a eu des retours avec des déficits plus importants. Mais ce match est le come-backpar rapport auquel tous les autres retours sont mesurés.

    La ville turque a été fondée il y a environ 2 600 ans et compte aujourd'hui plus de 15 millions d'habitants. Mais si vous dites "Istanbul" à un fan de football, les premières choses qui vous viennent à l'esprit sont un Xabi Alonso au sommet de son art et les jambes tremblantes de Jerzy Dudek en finale de la Ligue des champions 2005.

    Ce jour-là, l'équipe de l'AC Milan ressemble à un assemblage de légendes du milieu des années 2000, et le but de Paolo Maldini à la première minute a donné le ton. Un doublé exquis d'Hernan Crespo a tué le match avant la mi-temps.

    Vous connaissez déjà la suite. Gerrard, Smicer, Alonso, jusqu'à Shevchenko et Dudek.

    Un résultat qui a relancé l'histoire d'amour des Reds avec l'Europe et qui a fait en sorte qu'aucun supporter de Liverpool n'accepterait jamais qu'un match soit perdu avant d'être terminé.