PORTRAIT - Le nouveau départ d'El-Hadji Ba (Sochaux), ancien espoir de la génération Pogba

PartagerFermer Commentaires
Au Havre comme en sélection, El-Hadji Ba était prédit à un bel avenir. À Sochaux (Ligue 2), il parle d'une nouvelle course abordée avec ambition.

"J'ai tout vécu. La cave, la grosse blessure, la saison en demi-teinte, les coaches qui se succèdent." Avant de s'engager à Sochaux l'été dernier, El-Hadji Ba a enchaîné les péripéties. "J'ai joué de malchance", résume pour Goal le milieu de terrain de 25 ans. Pour autant, il n'a rien lâché. "Je n'ai jamais pensé à tout envoyer en l'air parce que j'ai la foi, je crois en moi et je pense qu'aucun chemin n'est droit". Le sien a même été courbé, semé de virages à 360°. "Mais j'ai pu compter sur ma famille et j'ai toujours eu un mental de gagnant", explique-t-il. Une facette de sa personnalité décelée par l'attaquant toulousain Yaya Sanogo, ami et ancien partenaire du natif d'Aulnay-sous-Bois, d'abord en équipes de France jeunes, puis à Charlton (2016) : "Son mental de guerrier, il l'a toujours eu. C'est en lui ! Il veut être le meilleur, partout, tout le temps. Aujourd'hui, il a mûri, avec des hauts et des bas. Et c'est grâce à son mental, en partie, qu'il réussit un bon retour en Ligue 2."

À la découverte de Maxence Prévot (Sochaux)

Titulaire lors des cinq dernières sorties de son équipe, El-Hadji Ba se sent à 100% physiquement. "Il fallait que j'enchaîne les matches, pour avoir 90 minutes dans les jambes. Maintenant, je peux montrer ce que je sais faire", dit-il, déterminé à aller de l'avant après un début de carrière en deça des attentes. "Je voulais faire de grandes choses, jouer dans de grands clubs. Je voulais aller vite", reconnaît celui qui, comme Paul Pogba, a quitté Le Havre pour l'Angleterre avant même de signer son premier contrat professionnel en Normandie. Mais que ce soit à Sunderland, Bastia ou Charlton, les choses n'ont pas tourné comme il le souhaitait. Il a fallu relativiser, se dire qu'il y avait pire dans la vie et prendre une décision radicale en signant quatre mois à Stabaek, en mars 2017, après avoir été un mois sans club.

"La MLS, pour moi, ça voulait dire abandonner"

"À ce moment-là, je n'avais que la Norvège ou la MLS, et la MLS, pour moi, ça voulait dire abandonner le football, explique El-Hadji Ba. Je me suis blessé à Bastia, à Charlton ça n'a pas marché. Et à partir du moment où je me suis retrouvé sans club, c'était un nouveau départ. Je suis allé à Stabaek en soldat, en repartant de tout en bas. C'était à moi d'y aller pas à pas, sans brûler les étapes. Tout en me disant que j'avais grillé mes jokers et qu'il fallait que j'avance." Une nouvelle course, comme il le dit lui-même, en accord avec ses ambitions, intactes aujourd'hui.

El-Hadji Ba Charlton

L'article continue ci-dessous

"El-Hadji, c'est quelqu'un qui ne lâche rien, répète Yaya Sanogo. S'il dit que c'est une nouvelle course pour lui, c'est qu'il reprend du plaisir sur le terrain, qu'il reprend goût au football. Le niveau qu'il avait quand on jouait ensemble, il va montrer qu'il ne l'a pas perdu", annonce-t-il, avec en tête les souvenirs de son association avec Paul Pogba et Geoffrey Kondogbia en sélection. "Quand on les avait tous les trois au milieu, c'était la folie. Techniquement, ils faisaient des choses incroyables."

Gouano : "Lui comme moi, on a toujours visé haut"

Prince-Désir Gouano, le capitaine d'Amiens, avec qui El-Hadji Ba a fait ses classes au Havre, décrit lui aussi un joueur pétri de qualités : "Dès que j'avais la balle, c'était contrôle-passe direct pour El-Hadji. Techniquement, c'était au-dessus." Au centre de formation, les deux hommes partageaient non seulement la même chambre, mais aussi les mêmes rêves. Et l'Amiénois, parti un peu plus tôt à l'étranger (17 ans, à la Juventus), révèle qu'ils n'auraient "pas été totalement heureux" s'ils n'avaient pas tenté leur chance à l'étranger alors que l'occasion se présentait à eux.

"Lui comme moi, on a toujours visé haut, ça ne s'est pas forcément passé comme on le voulait mais on est restés dans le circuit parce qu'on s'est accrochés." Une rage de vaincre ancrée en eux qu'El-Hadji Ba tentera de mettre à profit, une nouvelle fois, ce week-end face au Paris FC. Un match auquel assisteront plusieurs de ses proches. Cela tombe bien, le Lionceau ne marche jamais seul : "Depuis le début, c'est comme ça. Je ne me bats pas seulement pour moi. Il y a beaucoup de gens derrière moi, qui ont le sourire quand tout va bien et qui souffrent quand ça ne va pas pour moi." Un soutien de chaque instant, dans les bons ou les mauvais moments, qu'il accueille avec joie à quelques heures d'effectuer son retour en région parisienne, ce samedi (15h).

Prochain article:
Arsenal compte dégraisser avant de se renforcer de nouveau
Prochain article:
Dijon : Olivier Dall'Oglio confirme un intérêt pour Yoann Gourcuff
Prochain article:
Manchester United, Mourinho : "J'espère que Pogba a compris"
Prochain article:
Équipe de France - Les critiques des Belges tournées en dérision sur Twitter
Prochain article:
Et maintenant, quelle est la suite pour les Bleus ?
Fermer

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience possible en ligne. En utilisant notre site, vous acceptez d'utiliser ces cookies conformément à notre politique de confidentialité.

Voir plus Accepter