Equipe de France, Antoine Griezmann : "Ma décision est prise, mais ce n'est pas le moment pour l'annoncer"

Commentaires
Antoine Griezmann n'a pas souhaité annoncer sa décision pour son avenir malgré les nombreux journalistes présents ce mardi en conférence de presse.

Devant une assemblée qui attendait avec hâte l'annonce de son avenir en club, Antoine Griezmann a finalement entretenu le mystère ce mardi en conférence de presse. L'attaquant de l'Atlético Madrid n'a pas souhaité annoncer son choix et a simplement fait le tour de l'actualité de l'équipe de France.

La décision pour votre avenir a-t-elle été prise ?

Antoine Griezmann : Oui, la décision a été prise, mais ce n'est pas le moment ni l'endroit pour l'annoncer.

Cela fait quatre ans que vous êtes en Bleu, avez-vous le sentiment d'avoir plus de poids et de responsabilité ?

J'ai plus d'expérience. Moi-même je me sens mieux pour donner des instructions et corriger certaines choses. Kylian (Mbappé) et Ousmane (Dembélé) sont à l'écoute, ils ont envie d'apprendre et c'est plus facile pour moi de les aider.

Le premier match contre l'Australie sera-t-il vraiment un match crucial ?

Je pense que oui, c'est le plus important. Surtout collectivement. Pendant l'Euro, c'était l'inverse. Plus on avancait, plus je me sentais confiant. Mais pour moi, le premier match, c'est quelque chose de très important.

Dans quel système vous sentez-vous le plus à l'aise ?

Tactiquement, c'est le coach qui met ses systèmes. Je pense être meilleur dans l'axe, mais je peux jouer à gauche ou à droite. L'important, c'est de tout donner sur le terrain. Peu importe l'endroit où je suis, j'essaye de redescendre quand je ne touche pas trop de ballons. Je n'ai pas d'inquiétudes sur mon positionnement.

Antoine Griezmann

Estimez-vous avoir les clés de cette équipe de France ?

Je ne sais pas si j'ai les clés, mais je sais que beaucoup de monde m'attend. J'ai la confiance de mes coéquipiers et du coach. Ils attendent que j'amène l'équipe le plus loin possible. Mais je suis tranquille, focalisé sur l'objectif.

Pouvez-vous nous expliquer votre rôle par rapport aux autres membres de trio offensif ?

On doit essayer de ne pas se marcher sur les pieds. Je dois trouver ma place entre Kylian (Mbappé) et Olive (Giroud), les trouver et les mettre dans les meilleures dispositions. On va travailler ça cette semaine et je suis sûr qu'on va encore s'améliorer.

Sentez-vous que les Français ont un oeil particulier sur vos prestations ?

Je sais que je suis très attendu sur et en dehors du terrain, mais ce n'est pas pour autant que je vais changer. Je vais garder cette joie de vivre et tout faire pour aller le plus loin possible, gagner cette Coupe du monde qui est un rêve pour tout le monde.

Antoine Griezmann France Italy

Êtes-vous surpris des performances en Bleu de votre coéquipier à l'Atlético, Lucas Hernandez ?

En France, on ne le connaît pas trop, mais en Espagne il est connu. La sélection espagnole le voulait. Je l'appelle "mon soldat" parce qu'il répond toujours présent. Il monte, il descend. Il sait défendre, il a encore des choses à améliorer offensivement, mais il fait partie des joueurs importants.

N'en avez-vous pas marre de changer régulièrement de postes ?

Tant que je suis sur le terrain, que je n'ai pas de pépins physiques, je suis heureux. C'est très bien pour moi. Je suis au service du coach.

L'article continue ci-dessous

Que connaissez-vous de l'Australie ?

Je connais deux ou trois joueurs. Dès demain (mercredi), on va rentrer dans le vif du sujet en visionnant les vidéos de l'Australie. Je pense que le Pérou et le Danemark vont aussi être compliqués à jouer. Ils vont certainement être bons tactiquement et costauds derrière.

Qu'est-ce que votre équipe a de plus qu'en 2014 pour remporter la Coupe du Monde ?

C'est un autre groupe. On est très forts offensivement. La base va être défensive parce qu'on peut faire mal à n'importe qui devant. Le match qui m'a le plus plu ces quatre dernières années reste la demi-finale de l'Euro contre l'Allemagne. On était onze mecs à défendre ensemble, et c'est la mentalité qu'il faudra avoir je pense.

Seriez-vous vous vexé si le jeu tournait plus autour de Mbappé que de vous durant ce Mondial? 

Pas du tout. Je veux juste gagner cette Coupe du monde. Le jeu peut tourner autour de Kylian (Mbappé), Olive (Giroud) ou Paul (Pogba). Peu importe le style de jeu, qui va marquer le plus de buts, toucher le plus de ballons. Je veux juste soulever cette coupe.

Prochain article:
Un scandale de corruption massive dans le football algérien révélé par la BBC
Prochain article:
Gabon - Daniel Cousin et le père d'Aubameyang nommés à la tête de la sélection
Prochain article:
Europa League - Le calendrier complet des trois clubs français pour la phase de groupes (Marseille, Rennes et Bordeaux)
Prochain article:
Juventus : quelle sanction risque Ronaldo et quand sera-t-elle connue ?
Prochain article:
Mercato - Barcelone se penche sur le cas de Pedrinho (Corinthians)
Fermer