ENTRETIEN - David Guion (Reims) : "Aujourd'hui, je suis en éveil permanent"

PartagerFermer Commentaires
David Guion attend de ses joueurs qu'ils abordent la reprise de la Ligue 1 "avec appétit" avant un premier déplacement à l'Allianz Riviera de Nice.

EXCLU GOAL - Ce samedi, le promu rémois va retrouver la Ligue 1 sur le terrain de l'OGC Nice (20h). Un rendez-vous attendu par tout un club emmené par son entraîneur, David Guion, qui s'apprête à diriger sa première saison pleine dans l'élite après un exercice réussi en Ligue 2. Pour Goal, l'ancien directeur du centre de formation du Stade de Reims est revenu sur son évolution de carrière avant d'évoquer le mercato et ses ambitions pour la saison à venir.

Pour votre première et courte expérience en Ligue 1, vous n'aviez pu empêcher la relégation du Stade de Reims. Cette fois-ci, la donne est différente. Comment abordez-vous cette saison ?

David Guion : C'est complètement différent. Quand j'ai pris l'équipe en 2016, on était sur une opération commando, pour 3 matches en 21 jours. On était dans la précipitation, dans l'urgence, c'était trop court pour mettre des choses en place. Là, je peux travailler avec un groupe que j'ai depuis la saison dernière. On est dans une certaine continuité avec quelques garçons qui sont venus nous rejoindre. L'effectif connaît la manière dont je travaille, mon staff aussi. Il y a moins d'inconnus.

Votre première saison pleine à la tête de l'équipe a été une réussite. Pensez-vous avoir évolué dans votre coaching ou votre management ?

Bien sûr. On évolue toujours. Dans tous les domaines. Mais quand les présidents m'ont sollicité pour l'équipe première, c'était aussi mon ambition. Après cinq ans passés au centre de formation, je me sentais prêt à prendre une équipe pro. Les circonstances ont rendu ça possible et c'est tant mieux que ça se passe au Stade de Reims.

Certaines choses propres à la formation vous manquent-elles ?

J'adore la formation, mais c'est un autre métier qui ne demande pas les mêmes ressources. Je suis autant passionné par ce que je fais, mais je n'ai pas du tout le même mode de fonctionnement avec les pros qu'à la formation. Je peux même vous assurer qu'un directeur de centre de formation travaille plus qu'un entraîneur professionnel. C'est du sept jours sur sept. En plus, je m'occupais de la réserve. Quand je n'avais pas de match, il fallait suivre les U19 et les U17. Et le lundi, c'était reparti...

Votre rythme de vie a donc bien évolué depuis...

C'est certain. Aujourd'hui, je suis en éveil permanent. On est attentif à tout, aux moindres détails. Il faut être clair, complètement tourné vers les garçons. Il faut être précis, avoir le sens du détail. Mon mode de management a changé, et c'est logique. Il a fallu que je m'adapte à ce nouvel environnement qui change complètement par rapport à la direction d'un centre de formation ou le coaching d'une équipe réserve.


"Il faut encore renforcer le groupe"


Ce n'est plus en Ligue 2, mais en Ligue 1 que vous allez coacher. Cela change-t-il quelque chose dans votre approche ?

On me pose souvent cette question et pour moi, le cœur du métier ne change pas. Ce qui change, c'est l'environnement. On doit toujours chercher l'épanouissement, la progression et la compétitivité de son équipe. Avec mon staff, on doit mettre les joueurs dans les meilleures conditions, en leur amenant beaucoup de confiance. Je dois trouver la faille chez l'adversaire, mettre le bon système. Mais c'était exactement pareil en Ligue 2. Je vais préparer les matches contre Nice et Lyon comme j'ai préparé Nîmes et Orléans la saison dernière, avec la même rigueur et la même exigence.

Comment sentez-vous vos joueurs à l'approche de la reprise ?

Les garçons ont adhéré à ce qu'on s'était fixé. Ils se sont investis pleinement durant la préparation. D'abord sur le plan athlétique, puis sur certains principes que je voulais travailler, notamment sur le plan offensif. On a travaillé pratiquement tout ce que l'on souhaitait, mais l'équipe n'est pas au complet et ça pourrait encore bouger.

PS David Guion

Certains cadres comme Julian Jeanvier, Diego Rigonato ou Jordan Siebatcheu ont quitté le club cet été. Le fait que tous ces départs n'aient pas encore été compensés vous inquiète-t-il ?

Il nous reste un mois pour les compenser. J'ai donné un cahier des charges très précis, avec des postes à renforcer. Aujourd'hui, la direction travaille pour essayer de me satisfaire. Eux aussi sont conscients qu'il faut encore renforcer le groupe.

Que manque-t-il aujourd'hui (après l'arrivée de Suk, ndlr) ?

Un défenseur central et un ailier gauche. 

On imagine que vous cherchez des profils plutôt expérimentés ?

Oui, parce que j'ai pas mal de jeunes. Je préférerais avoir des garçons qui ont un peu de bouteille.

En attendant de nouvelles arrivées, des joueurs vous ont-ils surpris durant la préparation ?

Je ne dirais pas qu'ils m'ont surpris, mais certains garçons sentent qu'ils ont une carte à jouer. Ils font ce qu'il faut pour être dans les meilleures dispositions le jour où je ferai appel à eux. Comme je l'ai déjà dit, mes joueurs ont vraiment bien bossé. Il y a beaucoup de satisfactions individuelles, mais le seul révélateur sera la compétition.


"J'ai beaucoup insisté pour garder Marvin Martin"


À l'image de Rémi Oudin, des jeunes joueurs se sont révélés la saison dernière et vont devoir franchir un nouveau palier. Comment jugez-vous leur évolution ?

Tout sera une question d'exigence et d'adaptation à la Ligue 1. Il faudra se mettre dans les meilleures conditions pour performer. Au niveau des entraînements, Rémi et les autres n'ont pas baissé leur niveau d'exigence. J'espère que tous ces jeunes vont continuer à progresser. Pour l'instant, les signaux sont positifs et on va voir à travers les matches, comment ces garçons vont s'adapter. On pourra ensuite les évaluer, mais aujourd'hui c'est très difficile.

La réussite du mercato passera par cet alliage entre expérience et jeunesse...

C'est ça. Ces gamins ont de la qualité. J'attends d'eux qu'ils confirment en Ligue 1, mais je sais aussi qu'on a besoin d'expérience. C'est pour ça que des garçons comme Alaixys Romao nous ont rejoint. J'ai aussi beaucoup insisté pour garder Marvin Martin. Un garçon comme Pablo Chavarria est aussi en capacité de guider les jeunes. Leur présence sur le terrain peut rassurer et il va maintenant falloir trouver une bonne alchimie.

L'article continue ci-dessous

Vous allez débuter par Nice et Lyon, qui sont deux gros calibres du championnat. N'est-ce pas le meilleur moyen de se jauger finalement ?

C'est vrai qu'on commence par deux tops clubs, mais ça fait un an qu'on en rêve et j'espère surtout que les garçons vont croquer dans ces matches avec beaucoup d'appétit. C'est ce qu'on voulait, on y est. Il va falloir rapidement être à la hauteur des événements.

Le maintien est l'objectif du club. Mais n'avez-vous pas un rêve enfoui, un objectif encore plus élevé en tête ?

Ce n'est pas trop mon genre... Ces dernières années, on a pu voir que les promus ont beaucoup de difficultés à se maintenir en Ligue 1. Donc le premier objectif va forcément être le maintien. Pour ça, il va falloir vite s'adapter et prendre des points pour s'en approcher. On va aborder le championnat avec beaucoup d'humilité, mais aussi beaucoup d'ambition. Ça me paraît incontournable, surtout dans un club comme le Stade de Reims qui doit rester en Ligue 1 et avoir un vécu à ce niveau.

Propos recueillis par Benjamin Quarez

Prochain article:
Lionel Messi, un break avec la sélection argentine ?
Prochain article:
Manchester City - Kevin De Bruyne absent des terrains pendant plusieurs mois ?
Prochain article:
Matteo Guendouzi : "Arsenal peut remporter la Premier League cette saison"
Prochain article:
Premier League - Selon Kevin De Bruyne, Liverpool sera le principal danger pour City
Prochain article:
Atletico Madrid, Enrique Cerezo optimiste : "Tous les jours sont bons pour battre le Real Madrid"
Fermer