PSG : l’AS Roma, vraie option pour Wijnaldum

Wijnaldum (C)Getty Images



Au cours du mois de juin, Luis Campos et Antero Henrique ont passé quelques jours en Italie. Évidemment pour avancer sur le recrutement de Gianluca Scamacca et de Milan Skriniar mais aussi pour proposer quelques indésirables aux formations qui jouent les premiers rôles en Serie A. 



Si plusieurs d’entre elles ont été refroidie par les montants demandés par les dirigeants parisiens, il semble tout de même que cette visite n’ait pas été veine. Et que le nom de Georginio Wijnaldum a retenu l’attention de l’AS Roma, comme révélé par le quotidien italien Il Messagero.



Pour le Néerlandais, le message envoyé par Luis Campos et Christophe Galtier est clair et il a été compris par le joueur. Non retenu pour la tournée au Japon, l’ancien milieu de Liverpool est prié de faire ses bagages. 



Cela tombe bien, Georginio Wijnaldum est près à aller voir ailleurs. A quatre mois de la Coupe du monde, celui qui a été capitaine de sa sélection néerlandaise souhaite se relancer après une saison catastrophique et la Roma l’intéresse. Il espère aussi retrouver le maillot de l’équipe nationale, dont il était absent lors du dernier rassemblement de juin.



Mais comment trouver un point de chute alors que son salaire (entre 8 et 9 millions d’euros par an) est un frein ? Et que l’indemnité demandé par le PSG est tout de même assez conséquente ? C’est l’équation que tente de résoudre l’AS Roma ces derniers jours qui a ouvert les discussions avec le club de la capitale. 



Pour l’instant tous les scénarios sont sur la table. Un transfert sec n’est pas à exclure puisque l’AS Roma, qui disputera la Ligue Europa, devrait récupérer de l’argent avec le départ annoncé de Jordan Veretout. Mais cela semble compliqué. Un prêt avec option d’achat et une prise en charge du salaire par les deux clubs est aussi à l’étude. 



Côté salaire, deux points rendent l’hypothèse d’une arrivée possible mais loin d’être simple. La Roma a montré avec la signature de Dybala qu’elle était en capacité de fournir des salaires intéressants. L’Argentin, qui va certes réduire ses émoluments, devrait toucher prêt de 6 millions d’euros par an. Sans oublier le coup de pouce fiscal apporté aux clubs transalpins par le « décret croissance ».



Il faudra aussi regarder du côté de l’Angleterre, où deux clubs de première partie de tableau, dont le nom n’a pas filtré, sont aussi intéressés.