BROUGHT TO YOU BY
PSG Bayern Munich Kylian MbappéGetty Images

Bayern Munich - PSG : Kylian Mbappé, le guide c'est lui !

Antero Henrique avait vu juste. Avant son départ en 2019, l’ancien directeur sportif du PSG avait envisagé la suite pour Kylian Mbappé : une prolongation dont les discussions étaient lancées assortie d’une place centrale dans le projet du club pour en faire le futur capitaine. 



Quatre ans plus tard, le tableau imaginé par le Portugais ressemble à peu de chose près à celui qui se dessine sous nos yeux : l’attaquant français est le leader sportif de Paris et porte chaque jour un peu plus son équipe sur et désormais en dehors du terrain. 



La promesse de ce statut, Mbappé a fini par l’arracher au printemps dernier lors de très longues négociations autour de sa prolongation. Avant cela, l’international français regrettait régulièrement en privé de ne pas avoir la place qu’il méritait alors qu’il tenait Paris à bout de bras dans des périodes où Neymar se faisait remarquer par ses absences pour blessure. 

L'article continue ci-dessous



La seconde partie de saison 2020-2021, où il avait tenu la baraque à lui seul, avec des performances mémorables contre le FC Barcelone et à Munich cristallisait déjà ce ressentiment. Ce statut obtenu dans les bureaux parisiens et à Doha s’est traduit de plusieurs manières dès l’été dernier. 


Entre incompréhension et crispation

D’abord avec la restructuration du secteur sportif autour de personnes dont son entourage et lui sont proches, ainsi qu’une influence sur certaines décisions du club. Il s’est même impliqué afin de convaincre l’un des éléments les plus prometteurs du centre de formation de signer son premier contrat professionnel cette saison.



Sa prise de pouvoir a également apporté son lot d’atermoiements dans le vestiaire. En effet, cette place centrale accordée au prodige de Bondy dans le projet a pu « susciter de l’incompréhension ou de la surprise », témoigne un proche d’un joueur, quand d’autres parlent carrément de réelles crispations. Avec comme point culminant, l’après-match tendu face à Montpellier entre Neymar et lui au sujet des penalties dont il est désormais le tireur numéro 1. 



Les états d'âme des uns et des autres, Mbappé s’en moque et entend bien montrer qu’il est le patron. Après un début de saison boudeur, il a rapidement décidé de passer dans un mode plus positif. D’abord pour bien préparer la Coupe du monde mais aussi pour se donner les moyens de gagner avec le PSG. 



Trois jours après la finale perdue face à l’Argentine (le 18 décembre), son retour avait évidemment pour but d’aider son équipe à repartir du bon pied mais également de montrer qu’il assumait son leadership et « d’être le plus exemplaire possible », avoue un proche du groupe qui ajoute : « sa sortie sur le ‘’bien manger et bien dormir’’, il ne se la serait pas permise s’il n’était pas exemplaire ».


Des prises de paroles après les rencontres contre le Bayern et Lille

A 24 ans, la star tricolore jouit évidemment de son aura et de son palmarès : une finale de Ligue des champions et deux finales en deux participations à un mondial, dont une remportée lui donnent forcément un crédit à part. Un palmarès qui compte et en impose lorsqu’il s’agit de se faire entendre. C’est surtout par son état d’esprit gagneur, sa haine de la défaite que le meilleur buteur de l’histoire du PSG entend contaminer ses partenaires et y est parvenu au fil du temps. Dans ce registre, il a trouvé quelques alliés comme Sergio Ramos - qui a un rôle plus fédérateur - ou Keylor Navas avant son départ vers Nottingham Forrest lors du dernier mercato d’hiver.



Le mois de février a définitivement fait basculer son influence. Bien évidemment sur le terrain où son absence contre Marseille (1-2, le 8 février), Monaco (1-3, le 11) et durant la première période face à Munich (0-1, le 14) ont montré qu’il laissait un vide abyssal mais aussi en dehors. 



Après le match aller contre les Bavarois, Mbappé a pris les choses en main en faisant le tour des médias pour sonner la charge et rappeler que la qualification était toujours possible. Ce discours, le Français l’a aussi tenu devant ses partenaires dans l’intimité du vestiaire pour remobiliser. Pas optimistes mais loin d’être abattus, tous ont bien remarqué que son entrée avait changé la donne, que le Bayern s’était mis à reculer, à trembler. Après la victoire obtenue sur le fil contre Lille (4-3, 19 février), il est de nouveau intervenu devant ses partenaires pour leur dire qu’il était fier d’eux, de la manière dont ils s’étaient battus et les a appelé à maintenir cet état d’esprit.



Devant ses coéquipiers ou envers l’extérieur, ses prises de parole ne sont pas nouvelles. L’an passé, Mbappé, comme Kimpembe et Marquinhos, faisait déjà partie de ceux qui encourageaient et transmettaient sa motivation. Au cours d’une fin de saison morose, il était d’ailleurs l’un des seuls à se présenter face à la presse alors que le service communication avait beaucoup de mal à trouver des candidats. Une manière pour lui de montrer qu’un leader se reconnaît dans les moments difficiles.

Publicité