News Résultats en direct
France

France, Deschamps revient sur l'affaire Giroud-Mbappé

14:04 UTC+2 14/06/2021
Olivier Giroud Kylian Mbappe France GFX
Le sélectionneur des Bleus a minimisé les tensions entre les deux attaquants des Bleus après le match contre la Bulgarie.

Les propos d'Olivier Giroud après la victoire des Bleus face à la Bulgarie ont fait couler beaucoup d'encre. Sans le citer, l'attaquant des Bleus, auteur d'un doublé, a sous-entendu avoir été discret pendant la rencontre car il a été ignoré par certains coéquipiers, visant Kylian Mbappé. Une affaire inquiétante à quelques jours de l'Euro, mais la bombe a été désamorcée. Dans un entretien accordé à L'Equipe, Didier Deschamps est revenu sur cette affaire.

Mbappé "affecté" par les déclarations de Giroud

"Oui, j'ai parlé à Mbappé et Giroud comme j'ai parlé à d'autres joueurs aussi. Quand j'estime devoir le faire pour X raisons, des choses qui ne sortent pas forcément, des petits ajustements, je le fais. Le dialogue fait partie du management. Mais écouter aussi, c'est bien. Tout le monde s'est remis en selle dès jeudi ! Tous travaillent dans le même sens, avec le même objectif. Après, comme dans tout groupe, j'ai connu ça, il y a des affinités. C'est aussi une question de générations. Les centres d'intérêt sont différents. On est H24 ensemble. Ils ont des moments de liberté. Certains peuvent être entre potes. Mais sur le terrain, ils ont le même maillot et je sais qu'ils feront tous l'effort pour les autres", a admis Didier Deschamps.

Le sélectionneur des Bleus a démenti s'être opposé à la venue de Kylian Mbappé pour se défendre : "Alors pour être clair, je me suis pas opposé (ndlr à la venue de Mbappé en conférence de presse pour répondre à Giroud). Paul Pogba s'est proposé d'y aller et j'ai validé. C'est une nuance, mais c'est la réalité. Cela arrive aussi, dans une saison, que pour des raisons X ou Y un joueur n'ait pas trop envie d'y aller. Je fais en sorte de trouver la meilleure solution. Les médias, pendant plusieurs années, vous ne voyiez plus Paul en conférence de presse. Finalement, il est venu vous voir à la Coupe du monde 2018. Au bout de deux minutes, tout le négatif autour de lui n'existait plus. Ce n'était plus le même".

"Ce sont des compétiteurs"

"Par moments, c'est mieux que certains y aillent que d'autres. Sincèrement en interne, je ne peux pas parler de tensions parce que ce n'est pas le cas. Et par rapport à ce qui peut se dire à l'extérieur, je suis hermétique. Et c'est très bien comme ça. Les joueurs sont connectés. S'ils ne sont pas hermétiques, c'est plus problématique parce que des choses leur sont rapportées. Et tout ce qui est rapporté est modifié, amplifié. C'est factuel. Il faut faire en sorte de trouver le juste milieu. Le plus important est ce qui se passe ici, ce que je leur dis. Cela peut être individuellement ou collectivement. Ils savent", a ajouté Didier Deschamps.

Un ancien international allemand se demande si la France "a toujours autant faim"

L'ancien entraîneur de l'OM n'est pas inquiet concernant la gestion de son groupe : "Ces joueurs là, de très, très haut niveau, sont plus faciles à gérer que ceux de mes collègues à un niveau inférieur. Oui, ils ont de la fierté, mais de l'ego... Je ne sais même pas si c'est de l'ego. Ce sont des compétiteurs. Il y a des équilibres à trouver, il faut de la place pour tout le monde. Déjà, on est vingt-six et il y en aura trois qui seront en tribune à chaque match. C'est la plus grosse difficulté dans le management".

"Quand on était vingt-trois, il y en avait déjà qui jouaient peu ou pas. Là, il y en aura un peu plus. Mais je leur répète assez fréquemment : vous êtes là ! Il ne faut pas l'oublier. Après, ils veulent tous jouer. Or, ce n'est pas possible. Je ne veux perdre personne pour autant. L'équilibre est toujours fragile, mais j'ai une base, un socle solide avec des joueurs présents depuis un moment, les cadres qui veillent à l'équilibre. Et avec mon staff, nous sommes attentifs", a conclu le sélectionneur français.