Firmino, Salah, Coutinho, Mané, le Fab Four de Liverpool

Commentaires()
​Les Fab Four de Liverpool : quatre garçons dans le vent qui enrhument les défenses anglaise dans la ville qui a donné naissance aux Beatles.

BBC, MSN, MCN... Le football est accro aux acronymes et autres abbréviations. "The Fab Four", ou "les quatre fabuleux" en Français, est un surnom donné aux Beatles, le mythique groupe anglais originaire de Liverpool et composé de quatre membres. Et avec Firmino, Salah, Coutinho et Mané, le club de Liverpool fait aussi danser les défenses adverses cette saison et a relégué Daniel Sturridge au rang de remplaçant.

Un surnom donné par la presse anglaise que Jürgen Klopp, le manager des Reds, ne valide pas. Car pour lui, il dénigre les autres joueurs de l'effectif. Pourtant, il faut bien reconnaître que ce quatuor brille d'un éclat singulier cette saison. Mohamed Salah est à 20 buts et 4 passes décisives cette saison toutes compétitions confondues. Un total atteint lors de la large victoire face à Bournemouth et surtout un record pour l'ancien joueur de la Roma, premier joueur de l'histoire de Liverpool à marquer autant avant Noël depuis les exploits de Ian Rush en 1986. Salah, 25 ans, c'est aussi 14 buts en 18 matches de Premier League. Pour mettre cet exploit en perspective, le dernier joueur à avoir marqué 20 buts sur une saison pour les Reds est un certain Luis Suarez, qui fait désormais les beaux jours de Barcelone.

Bournemouth vs. Liverpool

Mais si Salah est exceptionnel cette saison, les autres membres du Fab Four ne sont pas en reste. L'attaquant brésilien Roberto Firmino culmine lui à 13 buts et 7 passes décisives. Philippe Coutinho, bien remis de sa blessure au dos du début de saison et de son transfert raté au Barça diffusé sur une saga morcelée en plusieurs épisodes (et sans doute pas encore terminée) en est à 10 buts et 7 offrandes. Le supersonique Sadio Mané n'est pas mal non plus avec 7 buts et 4 caviars pour ses coéquipiers. 

Les Fab Four, aussi un problème d'équilibre

Le retour d'Adam Lallana, l'énergique milieu anglais des Reds, pourrait encore renforcer l'attaque de Liverpool, ce dernier étant capable de jouer derrière les attaquants avec son volume habituel. Blessé à la cuisse en pré-saison, Lallana a un peu été le Pete Best des Fab Four jusqu'ici, le 5e membre des Beatles, oublié par l'histoire. Avec Lallana inclus dans le onze en compagnie des Fab Four, Liverpool est un peu beaucoup déséquilibré avec une prédilection marquée pour l'attaque. Mais Klopp, s'il n'a pas beaucoup fait tourner cette saison, peut aussi faire parler sa science tactique et adapter son onze au besoin. Contre West Ham, les Reds avaient ainsi joué en 4-4-2 et l'avait emporté confortablement (4-1) en étant bien solides derrière. 

Salah avait eu un rôle d'attaquant central et Alex Oxlade-Chamberlain et Mané étaient sur les flancs avec des milieux défensifs plus reculés qu'à l'accoutumée. Le système dépendra aussi de l'adversaire et du fait de jouer à domicile ou loin d'Anfield, où Liverpool a pris pas moins de 16 buts sur les 6 derniers matches cette saison, malgré la présence du trio laborieux Henderson, Can et Georginio Wijnaldum, censé équilibrer les tendances offensives des Reds.

L'article continue ci-dessous

Mo Salah Sadio Mane

Mais tout n'est pas rose chez les Fab Four. Sadio Mané étant en manque d'inspiration depuis quelques semaines. La fusée sénégalaise a signé quelques performances discutables récemment, avec plusieurs blessures ou supensions qui ont morcelé sa saison. Le récent derby contre Everton était le premier match où il avait complété 90 minutes depuis août en championnat. Et c'était  seulement son cinquième match complet toutes compétitions confondues cette saison. Un match où il s'était fait remarquer par une occasion manquée de porter le score à 2-0 juste avant la pause, où il aurait pu passer à des coéquipiers bien mieux placés que lui. Un manque de lucidité certainement garant d'un manque de rythme.

Sa prise de décision déficiente n'est pas dans sa nature et si on peut considérer son match contre Everton comme son pire depuis son arrivée chez les Reds, sa prestation contre Manchester City n'était pas non plus de premier ordre. Loin s'en faut. Son but contre Arsenal, sa prestation contre West Ham ou son doublé contre le Spartak en C1 démontrent néanmoins qu'il s'agit surtout d'un problème de régularité. Du rythme, du tempo, une cadence, c'est ce qui manque au soliste dans l'orchestre du Fab Four. Car une fois que tous les instruments sont ajustés, le fabuleux quatuor des Reds risque de donner le tournis à beaucoup d'advseraire, en Angleterre comme en Europe.

Fermer