News Résultats en direct
Brésil

Brésil, Thiago Silva ne se mouille pas pour France-Argentine

12:32 UTC+2 29/06/2018
Thiago Silva Brasil I 27 06 18 I Copa do Mundo
Thiago Silva est revenu sur le parcours du Brésil pendant la Coupe du monde 2018 et n'a pas donné de préférence entre la France et l'Argentine.

Toutes les affiches des huitièmes de finale de la Coupe du monde 2018 sont désormais connues. De grandes nations vont s'affronter comme la France et l'Argentine tandis que certaines ont eu un tirage plus clément sur le papier, mais les surprises ont été nombreuses dans ce mondial et devront tout de même se méfier. Bien évidemment, la rencontre entre l'Argentine de Lionel Messi et la France risque d'intéresser énormément de monde.

Dans une interview accordée à Le Parisien, Thiago Silva a été invité à donner son avis sur le choc entre la France et l'Argentine : "Pour moi c’est difficile. Le Brésil a une vieille rivalité avec l’Argentine, et la France, c’est le pays dans lequel je joue en club. Mais c’est dur parce que j’ai des amis dans les deux sélections. Pour moi, un match nul serait parfait et ensuite la décision aux pénaltys".

"Ce que j'ai enduré, je l'ai mérité"

Le joueur du PSG est revenu sur le dernier match du Brésil contre la Serbie"On a fait un grand match face à la Serbie (2-0) et on mérite notre qualification. Bien sûr, on a beaucoup souffert en seconde période, mais on a su ne pas encaisser de buts. On peut voir que nous sommes une équipe très équilibrée. Quand on attaque, on pense aussi à défendre pour ne pas subir de contre-attaques".

Le défenseur du Brésil se méfie du Mexique son adversaire en huitième de finale et ne considère pas la victoire comme acquise : "Attention, car le Mexique est une très bonne équipe. On doit être conscients de ça. Contre l’Allemagne, les Mexicains ont vraiment mérité leur victoire (1-0). Il faudra commettre le moins d’erreurs possible. Car si ça s’arrête en huitièmes, tout cela n’aura servi à rien".

Thiago Silva a évoqué sa longue absence en sélection : "Comme tout le reste du groupe, je suis très tranquille. Je me suis beaucoup préparé pour ce moment après tout ce que j’ai enduré après le Mondial au Brésil. Il n’y a que moi qui sais ce que j’ai vécu. Mais personne n’a besoin de me plaindre. Je ne veux pas entendre « oh le pauvre ». Ce que j’ai enduré, je l’ai mérité. Difficilement. Ça me faisait mal de devoir dire à mon fils pourquoi je n’étais plus dans la sélection. Je devais le dribbler, changer de conversation parce que lui il ne savait pas ce qui s’était passé. Mais ce sont des choses du passé".