Zlatan Ibrahimovic révèle ses motivations : "J'ai besoin d'être énervé et d'avoir plus de haters"

Commentaires()
Zlatan Ibrahimovic continue de faire taire les critiques. Mais il admet que la négativité lui permet de se motiver pour continuer de marquer.

Zlatan Ibrahimovic a un franc-parler à toute épreuve et un ego qui lui ont à la fois servi et desservi durant sa carrière. L'ancien international suédois a toujours eu le don de tirer le meilleur des critiques de la presse et des supporters pour se sublimer sur le terrain et prouver à ses détracteurs qu'ils ont tord. Si l'ancien attaquant du PSG a gagné de nombreux fans partout où il est passé, il préfère retenir ceux qui ne l'aiment pas afin de nourrir sa motivation.

Dans une interview accordée à ESPN Body Issue, Zlatan Ibrahimovic a révélé qu'il a besoin d'avoir encore plus de haters pour continuer de se motiver à marquer : "J'ai besoin d'être en colère. Je dois être très en colère. Ensuite, je fais ressortir mes mouvements que vous ne vous attendez pas ... dans le bon sens, et je vois des choses qui sont difficiles à décrire, je peux voir des espaces dans le jeu que je peux utiliser. La vision, la deuxième et la troisième étape, ce qui va se passer, et je prédis ces choses".

Zlatan Ibrahimovic LA Galaxy FC Dallas MLS 2018

"Mes ennemis deviennent mes fans"

"Je trouve des haters, des ennemis pour rester motivé. J'utilise ça pour me donner de l'énergie. C'est ce que j'ai eu toute ma carrière - j'avais des gens qui ne croyaient pas en moi. J'avais des gens qui disaient que je ne le ferais jamais. Ils m'ont jugé avant même que j'aie eu une chance. Mais je retourne la situation et j'en ai fait un moteur pour moi-même. J'ai été conduit à faire tout mieux, ne jamais être satisfait. C'est ainsi que j'ai continué, et je trouve toujours ces trous où j'ai cette énergie. Mais le problème est que mes ennemis deviennent fans. Donc j'ai besoin d'avoir plus de haters, d'ennemis", a poursuivi l'attaquant des Los Angeles Galaxy.

Le Suédois est persuadé d'être le Benjamin Button du football : "Mon corps est parfait. Je suis comme le vin: je suis meilleur avec le temps. L'âge n'est qu'un chiffre, tout est dans ta tête, comme tu es fort, comme tu es jeune et comment tu te prépares. Je fais beaucoup d'entraînements. Je me prépare très bien et j'aime ça parce que ça me motive. Ça ne me satisfait jamais parce que quand je me sens bien, je veux me sentir mieux. Je suis un bourreau de travail".

Il est revenu sur sa grave blessure avec Manchester United : "La blessure était très étrange parce que je n'ai jamais eu de blessure majeure. Quand c'est arrivé, je me suis même dit: «Je ne suis pas blessé», et j'ai essayé de marcher tout de suite après. Il y a un autre joueur qui s'est blessé en première mi-temps - il a été sorti. Je sortais parce que je disais que je ne suis pas blessé. Et quand je suis entré, je me suis toujours dit: «Je ne suis pas blessé, c'est juste une petite ecchymose ou quelque chose comme ça".
 

Prochain article:
Saint-Maximin, Mandanda et les réactions après Nice-OM (0-1)
Prochain article:
Nice-Marseille 0-1, un OM réaliste surprend Nice et revient au pied du podium
Prochain article:
Blessé lors du derby, Nainggolan risque de manquer le voyage à Barcelone
Prochain article:
Encore une mauvaise nouvelle pour le Real Madrid, Vinicius est suspendu pour le Clasico
Prochain article:
Les joueurs du Real Madrid "à mort" derrière Lopetegui
Fermer