Wahlqvist, Conti, Jankto... Les dix joueurs à suivre lors de l’Euro U21

Commentaires()
Déjà célèbres ou à l'inverse méconnus du grand public, ces espoirs du football européen vont pouvoir s’exprimer lors de la compétition en Pologne.

Sandro (Espagne/Malaga)

Délaissé par le Barça, comme Deulofeu ou Grimaldo, l’attaquant espagnol aurait sans doute dû avoir plus de considération en Catalogne vu la saison qu’il vient d’accomplir à Malaga. En 28 titularisation, il a marqué 14 réalisations dont la plupart en fin de saison. Gorgé de confiance, il sera chargé d’animer le secteur offensif en compagnie d’Inaki Williams et Mikel Oarzabal. S’il confirme lors de cet Euro U21, Sandro pourrait être l’une des attractions du mercato. Son faible prix (il possède une clause de six millions d’euros) plaide en sa faveur.

Mercato d'été 2017 : tous les transferts officialisés (montants, durée de contrat...)

Conti (Italie/Atalanta)

À l’image de la très belle saison de l’Atalanta Bergame, quatrième de Serie A, Andrea Conti a été une des révélations du dernier exercice. Ce latéral droit très porté vers l’attaque est suivi par les grosses écuries italiennes, dont l’AC Milan. Cette notoriété soudaine s’explique par ses belles qualités athlétiques mais aussi techniques qui en ont fait le défenseur le plus prolifique de Serie A, avec huit buts. Pur produit du centre de formation de l’Atalanta, Conti devrait voir sa cote de nouveau grimper en cas d’Euro U21 réussi.

Bruno Fernandes (Portugal/Sampdoria)

Après de belles promesses à l’Udinese, le milieu offensif portugais a vécu une saison mitigée à Gênes. Pas tout le temps titulaire (22 rencontres débutées en Serie A), Bruno Fernandes mérite indéniablement le coup d’oeil. Élégant et habile balle au pied, le natif de Maia est le maître à jouer de ces espoirs portugais. Appelé régulièrement en sélections de jeunes depuis ses 17 ans, Bruno Fernandes aura à coeur d’offrir au Portugal son premier titre dans cette compétition, un an après les A.

Bruno Fernandes Crotone Sampdoria

Djurdjevic (Partizan Belgrade/Serbie)

Fort de ses champions du monde espoirs en 2015, la Serbie dispose d’un collectif où les joueurs se connaissent très bien. Avec les Bordelais Gajic et Jovanovic, Grujic de Liverpool ou Zivkovic de Benfica, le groupe possède des individualités intéressantes. Pour mener l’attaque, les Serbes compteront sur Uros Djurjevic, le gâchette du Partizan Belgrade. 24 réalisations cette saison et un profil suivi en Europe, notamment en Italie et en Allemagne. Le joueur était déjà passé par Palerme mais sans réussir dans le passé.

Abraham (Angleterre/Bristol City)

Après le succès des U20 au mondial en Corée du Sud, les Three Lions se verraient bien faire coup-double en Pologne. Pour réaliser ce doublé, les jeunes Anglais disposent d’un effectif habitué à la Premier League : Pickford, Chambers, Ward-Prowse et Redmond notamment. Pour emmener l’attaque, ils compteront sur Tammy Abraham, révélé cette saison à Bristol City. Formé et prêté par Chelsea, le jeune buteur de 19 ans a impressionné les observateurs pour sa première année pleine : 23 buts en 41 apparitions. Un ratio qui pourrait l’amener à évoluer en Premier League que ce soit à Chelsea ou ailleurs.

Dragowski (Pologne/Fiorentina)

Arrivé de l’été dernier en provenance du Jagiellonia Bialystok, ce tout jeune portier de 19 ans n’a pas encore eu vraiment sa chance en Italie. Troisième dans la hiérarchie de la Fiorentina, derrière Tatarusanu et Sportiello, Bartlomiej Dragowski n’est apparu qu’à une seule reprise en Serie A, lors de l’ultime journée, face à Pescara. Arrivé de Pologne pour 2,5 millions d’euros, le gardien habitué aux sélections depuis l’âge de 15 ans, va devoir songer à un avenir hors de Florence car il est appelé à être le futur grand portier polonais en prenant la relève de Szczesny un jour.

Philipp (Allemagne/Fribourg)

Récemment recruté par le BVB, Maximilian Philipp voudra justifier son transfert et son prix (20 millions d’euros) lors de cette compétition. Découvert à Fribourg cette année, le buteur capable d’évoluer sur un côté ou en soutien d’un autre numéro 9, a convaincu Dortmund au bout de sa première saison en Bundesliga. Il devrait notamment alimenter Gnabry et Selke, les autres atouts offensifs de la jeune Mannschaft.

Maximilian Philipp Freiburg

Jankto (République tchèque/Udinese)

Avec Patrik Schick, le milieu de l’Udinese sera l’une des principales attractions de cette équipe tchèque. Dans une équipe moribonde (13e de Serie A), Jakob Jankto a pris du gallon cette saison jusqu’à en devenir un cadre. Le gaucher a inscrit cinq buts mais a surtout épaté par son volume de jeu et sa qualité de passe. Arrivé très tôt en Italie, à l’âge de 19 ans, Jankto possède déjà une culture tactique mature qui devrait lui ouvrir d’autres portes. L’Inter s’est notamment renseigné sur son profil.

Wahlqvist (Suède/Norrkoping)

Champion de Suède en 2015 avec l’IFK Norrkoping, Linus Wahlqvist a profité de cette exposition pour découvrir la sélection suédoise… chez les A ! Un homme a joué dans cette progression fulgurante, Janne Andersson, le coach qui l’a lancé en club mais également en équipe nationale. Cette confiance a permis à ce latéral droit de connaître le très haut niveau. À 20 ans, il sera ainsi l’un des joueurs cadres de cette Suède espoirs qui tentera de conserver son titre, décroché en 2015 face au Portugal.

Hjulsager (Danemark/Celta Vigo)

Un Danois au Celta Vigo. Si vous vous attendiez à Daniel Wass, vous allez être bien déçus. Derrière l’ancien joueur d’Évian Thonon-Gaillard, un autre scandinave se cache. Arrivé l’hiver dernier de Brondby pour un peu plus d’un million d’euros, ce milieu offensif de 22 ans a dû se contenter de quelques bouts de match en Liga. Recruté pour l’avenir, il compte sur cet Euro U21 pour montrer ses belles qualités d’organisateur afin que le club galicien lui fasse plus confiance à court terme.

Fermer