Trophée des champions - PSG-Monaco (4-0) - Verratti et Nkunku orchestrent, Di Maria régale : les notes parisiennes

Commentaires()
Gettyimages
Portés par un Di Maria mobile et efficace puis par un duo Verratti-Nkunku à l'origine de la maîtrise du jeu, le PSG a largement surclassé Monaco .

Gianluigi Buffon : 5

Il n'a vraiment pas eu grand chose à montrer aux milliers de supporters chinois qui lui avaient réservé une ovation juste avant le coup d'envoi. Un arrêt sur une frappe lointaine de Jovetic (47e) avant de fermer la boutique.

Thiago Silva : 6

Un peu à l'image de toute sa défense, le capitaine parisien n'a pas été poussé dans ses retranchements. Il s'est même baladé la plupart du temps avec des mètres d'avance sur ses vis à vis et une supériorité dans les airs sur les coups de pied arrêtés.

Kévin Rimane : 6

Lui non plus n'a pas subi la pression adverse même si Rony Lopes lui a peut-être donné un peu plus de fil à retordre. Il s'est tout de même bien comporté dans la gestion de la profondeur et a assuré de belles relances en s'offrant parfois le luxe de casser la ligne du milieu. 

Lassana Diarra : 5

Un match sérieux où il s'est d'abord appliqué à mettre de la densité physique. Il n'a pas eu à trop forcer face à un milieu de terrain monégasque qui ne s'est pas vraiment projeté. Après quelques imprécisions techniques, il s'est réglé sur le mode croisière pour assurer les premières relances.

Colin Dagba : 6

Il n'a pas hésité à prendre des initiatives et n'a pas semblé inhibé par sa grande première chez le professionnels. Il s'est souvent porté vers l'avant avec réussite en dominant Serrano au duel (25e, 44e). Il a cependant manqué un peu de justesse dans la surface. 

Stanley N'Soki : 7

Il s'est signalé par plusieurs appels et incursions qui ont directement amené des occasions de but pour son équipe. Sur un premier centre pour Di Maria qui a manqué le cadre (15e), avant de parfaitement servir Nkunku pour le second but parisien (39e). Il est resté solide défensivement et a complètement etouffé Grandsir en première période. Il a achevé sa partition par une seconde passe décisive pour Timothy Weah sur un nouveau centre bien ajusté en retrait.

Marco Verratti : 7

De bonnes premières prises de balles et de l'activité au milieu. Le petit milieu italien a été précieux en début de rencontre dans la conservation de balle. Il a ensuite orchestré le jeu en se rendant disponible et précis dans les orientations. 

Angel Di Maria : 8

Ses tentatives de dribbles réussis et ses premiers appuis très dynamiques ont tout de suite montré qu'il avait les jambes. Après avoir manqué le cadre (6e) puis avoir buté sur Benaglio (15e), il a ouvert le score sur un superbe coup franc légèrement excentré côté droit aux 25 mètres (33e). Ses accélérations ont fait mal aux Monégasques toute la rencontre. Dans les arrêts de jeu, il a une deuxième fois ajusté Benaglio d'une frappe croisée limpide signant ainsi un premier doublé cette saison.

Christopher Nkunku : 7

Très juste dans un positionnement relativement libre dans le milieu de terrain. Il a intelligemment relayé les ballons lorsqu'il était cerné et s'est projeté pour faire mal dans le dos des défenseurs adverses. Récompensé par un but sur un appel plongeant devant le but (39e). Il aurait pu créditer sa performance d'un second but si sa frappe puissante n'avait pas heurté la transversale après un service de Verratti. 

Adrien Rabiot : 6

Il a commencé plus fort qu'il n'a fini le match avec deux services dans la profondeur pour Di Maria (6e) et Nsoki (15e). Il a porté le ballon avec efficacité sans toutefois faire tous les bons choix. Il a fait moins de différences que ses partenaires de l'entrejeu. Il termine tout de même la rencontre avec une action qui met en valeur ses qualités : une percée puissante conclue par une passe décisive pour Di Maria (90e).

L'article continue ci-dessous

Timothy Weah : 5

Son but agit un peu en trompe-l'oeil bien que le jeune titi parisien a donc signé une vraie performance de buteur. Il s'est à plusieurs reprises montré maladroit devant le but ou lorsqu'il partait de plus loin. Mais il ne s'est pas résigné et a bien repris le centre parfait de Nsoki pour inscrire le troisième but parisien. Son activité a aussi pesé sur la défense monégasque, inquiétée sur chaque accélération.

Julien Quelen, à Shenzhen. 

Fermer