Trophée des champions - Avec ses recrues loin du compte, Monaco a du boulot

Commentaires()
Pelé (Monaco)
Getty
Déclassés par un PSG largement au dessus, Monaco et ses recrues ont affiché des carences importantes à quelques jours de la reprise en Ligue 1.

Il serait un peu trop simple de penser qu’après la lourde défaite face au PSG lors du Trophée des champions (4-0), les joueurs de Monaco ont sorti l’habituelle boite à excuses du début de saison. Dans le cas précis du club de la Principauté, difficile de penser qu’elles ne sont pas valables. Avec un effectif complètement chamboulé et orphelin de ses meilleurs joueurs de la saison passée, les Monégasques sont passés à côté de leur sujet. Les trois recrues alignées au coup d’envoi ont déçu et à 6 jours de la reprise du championnat, le secteur de l’entrejeu pose question.

En attendant Golovin…

Pour cette reprise officielle de la saison, l’équipe concoctée par Leonardo Jardim sentait le bricolage à plein nez. Une base centrale expérimentée, un milieu expérimental. Et un système en 3-5-2 qui cachait certainement un complexe d’infériorité que les joueurs n’ont pas vraiment réussi à évacuer. Dans une position de latéral droit testée en préparation mais très inhabituelle pour lui, Samuel Grandsir a peiné à toucher le ballon et à se mettre en évidence. Mais le principal échec était ailleurs, dans l’animation du jeu inexistante, dans le manque de repères et la défaillance des milieux de terrains incarnée par les prestations d’Aholou et Pelé très en dessous du niveau requis. Le premier, averti au bout de 5 minutes, a donné la réplique au second, fantomatique dans tous les secteurs de jeu du pressing aux duels en passant par l’utilisation d’un ballon qu’il n’a pu toucher qu’à 8 reprises avant d’être remplacé à la mi-temps.

L'article continue ci-dessous

Touches Pelé

* Ce graphique représente les 8 ballons touchés par Pelé lors du Trophée des Champions face au PSG.

«Je pense qu’après leur premier but on n’était plus du tout dans le match et on a laissé de trop grands espaces », expliquait Youri Tielemans en zone mixte. Un manque de complémentarité et d’équilibre collectif qui n’est pas à imputer qu’aux deux recrues précédemment citées. L’international belge - revenu après seulement 12 jours de vacances - est apparu à court de forme alors que son explosion sur le Rocher est attendue cette saison. En attendant Aleksandr Golovin, qui devra lui aussi s’adapter à son nouvel environnement, le milieu monégasque semble bien fragile. « C’est toujours la même chose on est habitués à recevoir les critiques en début de championnat, rétorquait Andrea Raggi en zone mixte. On dit que nous n’avons pas une bonne équipe mais à la fin Monaco est toujours au moins deuxième ». Face à la concurrence qui s’accroît en Ligue 1, Monaco a tout de même intérêt à se régler au plus vite.

Julien Quelen, à Shenzhen.

Fermer