Tottenham - Lucas Moura, quand la ginga s'impose chez les Spurs

Commentaires()
Getty Images
Arrivé à Tottenham en janvier 2018 en provenance du Paris Saint-Germain, le dribbleur brésilien de 26 ans s'est relancé chez les Spurs cette saison.

53 matches disputés, 19 buts inscrits et 10 passes décisives délivrées. Tel était le bilan de Lucas Moura sous les couleurs du Paris Saint-Germain au terme d'une saison 2016/2017 marquée par un échec de taille, le club de la capitale ayant laissé un titre qui lui semblait promis lui échapper au profit de l'AS Monaco d'un certain Kylian Mbappé. Une première saison manquée, donc, pour Unai Emery, aujourd'hui sur le banc d'Arsenal, qui avait contraint le club à recruter le jeune prodige du Rocher et le Brésilien Neymar pour éviter une nouvelle désillusion, si bien à l'échellon national que continental. La victime principale de ces deux arrivées de prestige ? Lucas Moura, passé d'élément le plus utilisé de l'effectif à indésirable. Paradoxe. 

Début de saison prometteur, carrière relancée 

"Je ne pouvais pas rester six mois, en ayant déjà passé ça. Je me sentais très mal. Après la saison précédente, je pensais qu’avec mon travail, mes efforts à l’entraînement, j’aurais la possibilité d’avoir une chance de jouer, de me montrer. Cela n’est pas arrivé. C’était impossible de rester. Un joueur doit jouer. Il a besoin d’être sur le terrain, de se sentir important. Je me suis bien entraîné, j’ai beaucoup travaillé, mais je ne jouais pas. Ca a été les six mois les plus difficiles de ma carrière", confiait l'ancien de Sao Paulo au moment de son arrivée à Tottenham, heureux de trouver un point de chute au projet ambitieux après un manque de considération pour sa personne qu'il ne s'expliquait pas. Arrivé chez les Spurs durant l'hiver 2018 et après cinq petites apparitions dans le championnat de France à la mi-saison, l'Auriverde découvrait alors une nouvelle culture, un nouvel environnement, mais avait l'espoir de relancer une carrière en perte de vitesse chez les pensionnaires du mythique stade de Wembley. Déterminé. 

Lucas Moura Tottenham 310118

Vendu en échange d’un chèque de 28 M€, soit douze unités de moins que la somme qu'avait déboursé le PSG en 2012 pour l'enrôler, l’ancien Paulista avait toutefois dû patienter sept mois avant de retrouver son habituel sourire. Muet face aux buts et utilisé à seulement six reprises en Premier League lors de ses six premiers mois dans la capitale britannique, l'ancien camarade de Marquinhos s'est armé de patience pour inverser la tendance depuis le début de cet exercice 2018/2019, au point de devenir titulaire inamovible dans le onze de départ du technicien Mauricio Pochettino.

Il faut dire qu'avec trois buts inscrits lors des trois premières journées de championnat, dont un doublé retentissant à Old Trafford face à Manchester United (0-3), le natif de Sao Paulo ne pouvait rêver meilleur départ. Une saison débutée sous les meilleurs auspices, apportant la dose de confiance nécessaire à son épanouissement. "On a fait une très bonne présaison, on a travaillé très dur et c’est très important de démarrer comme ça. Ici en Angleterre, c’est très dynamique le foot, on court beaucoup. Parfois, ce n’est pas facile pour un Brésilien. Il faut enchaîner, il faut continuer comme ça. Ce n’est que le début", avait alors déclaré celui qui venait de marquer les esprits en signant un doublé dans un match de prestige, au sortir de la rencontre, dans des propos relayés par RMC Sport. Pourtant, c'est bel et bien sa façon de jouer à la brésilienne qui fait de lui un élément unique de l'effectif des Spurs, apportant des caractéristiques nouvelles à une équipe qui ne cesse de progresser ces dernières saisons. 

Après Old Trafford, place au Camp Nou ?

Plus mûr dans ses choix, mais ayant préservé son caractère imprévisible et insaisissable, demeurant l'un des meilleurs ambassadeurs de la fameuse "ginga" brésilienne, expression symbolisant la manière de danser avec le ballon propre aux joueurs auriverdes, Lucas, de nouveau buteur face à Southampton le 5 décembre dernier (3-1) a déjà inscrit cinq buts en Premier League cette saison. Un total voué à augmenter, le style de jeu de l'équipe entraînée par Mauricio Pochettino permettant à l'ensemble des joueurs offensifs d'endosser le costume de buteur, bien qu'Harry Kane en demeure la figure de proue. Un peu moins en vue depuis le retour d'Heung-min Son, contraint de disputer les Jeux Olympiques Asiatiques avec la Corée du Sud, Lucas demeure néanmoins une réelle valeur ajoutée pour Tottenham, lui qui n'avait rien apporté ou presque lors du dernier exercice. 

L'article continue ci-dessous

Harry Kane Lucas Moura Tottenham 2018

En témoignent ses statistiques personnelles. S'il a plus de déchet dans son jeu, réussissant 36% de ses dribbles cette saison contre 50% en 2017-2018, c'est en partie car Lucas se situe plus haut et dans une position plus axiale sur le terrain. Ainsi, en moyenne, l'ancien prodige de Sao Paulo touche 3,73 ballons par match dans la surface adverse, contre seulement 1,33 durant ses six premiers mois. Plus présent dans les zones clés, le joueur désormais âgé de 26 ans est donc plus souvent en position de frappe, tentant 1,4 frappe par rencontre. De nouveau, il est en progression, lui qui prenait sa chance moins d'une fois par match avant l'été. Une évolution dans les chiffres, qui lui permet de récolter certaines louanges. 

"Je veux remercier notre responsable du recrutement Steve Hitchen et toutes les personnes qui ont travaillé sur ce dossier, parce que ce sont eux qui nous ont conseillé de le recruter. Quand c’est bien, il faut le dire et ils sont aussi responsables de la prestation de Lucas. J’ai toujours dit que les personnes travaillant dans l’ombre font un travail fantastique. Et aujourd’hui, Lucas mérite tout ça", se félicitait son entraîneur Mauricio Pochettino en début de saison, heureux d'avoir pu attirer un international brésilien dans des rangs. En déplacement sur la pelouse d'un Barça fébrile en défense et assuré de terminer 1er de son groupe ce mardi soir (21h00), Lucas Moura sera à coup sûr l'un des nombreux atouts des Spurs pour espérer continuer leur aventure en Coupe d'Europe, eux qui contrairement aux Catalans, devront impérativement l'emporter pour se qualifier. 

Prochain article:
PORTRAIT - Evan Ndicka (Francfort), l'ascension avec un grand A
Prochain article:
Manchester United, Paul Pogba se livre sur son nouveau rôle
Prochain article:
Entraîneurs, dynamiques... Pourquoi Arsenal-Chelsea est le derby des promesses
Prochain article:
Leader de Chelsea, Hazard reste isolé au sein des Blues
Prochain article:
PSG-Guingamp : tout savoir sur la rencontre
Fermer