News Résultats en direct
Monaco

Thierry Henry : "Je peux encore réussir comme coach"

19:11 UTC+2 21/08/2019
thierry henry Lyon Monaco 16122018
L'ancien international français reconnait qu'il a échoué à Monaco, mais il est certain de pouvoir encore percer dans le métier de coach.

Thierry Henry pense toujours qu'il peut être un entraîneur à succès malgré un cuisant échec Monaco. L'ancien joueur d'Arsenal attend même avec impatience une nouvelle opportunité de faire ses preuves en tant que manager.

La légende française a pris ses fonctions dans son ancien club en octobre 2018 après le limogeage de Leonardo Jardim, rejoignant une équipe monégasque en pleine bataille contre la relégation. Cette situation ne s’est pas améliorée sous Henry, qui a été limogé trois mois plus tard et remplacé par...Jardim après quatre victoires et cinq nuls en 20 matches joués.

Malgré ce très mauvais bilan, Henry affirme qu'il se voit toujours être entraîneur dans un club de haut niveau si on lui accorde de nouveau sa chance.

"Je ne pense pas de manière négative, mais positive. C’est pourquoi je suis allé à Monaco et pourquoi je veux toujours être entraîneur. Il faut penser à avoir un impact positif", a-t-il déclaré au Telegraph. “Dites que je suis fou si vous voulez, mais j'aime le football et je crois que je peux être un entraîneur prospère. Je ne pense pas à souffrir, je ne pense pas à l’échec. Je n’aime pas la facilité. J'aime entrainer et c’est à moi de réussir. Même chose quand je suis entré chez Arsenal en tant que joueur, même quand je suis allé en Belgique avec Roberto (Martinez). C’est une évolution", a-t-il poursuivi.

En sept mois, Henry a eu le temps nécessaire pour méditer sur son passage manqué en Principauté et constater ce qui n'a pas fonctionné. "La communication et l'honnêteté dès le départ sont la clé. C'est quoi la mission? La mission est de se maintenir, ou est-ce que la mission est de gagner le championnat ou être en Ligue des champions?" Des propos qui s'apparentent à des reproches à son ancienne direction monégasque.

"Et c'est quoi le succès en fin de compte ? Est-ce d'améliorer les joueurs? Les résultats sont la chose la plus importante, mais je veux aussi améliorer les joueurs", a tonné le champion du monde 1998.

S'il assume ses responsabilités, Henry estime aussi qu'il s'est engagé dans une tâche assez difficile à l'ASM. Le Français a pris en main une équipe qui a fini 17ème à la fin de la saison sous Jardim.

Henry a également déclaré qu'il espérait disposer de plus de temps pour préparer l'équipe et l'adapter à sa vision, mais il n'a jamais eu cette opportunité-là vu que Monaco l'a intronisé deux mois après la reprise et avec l'objectif d'assurer le maintien.

«Il y a quelque chose que je dis toujours», a lancé Henry. "Vous gagnez ou vous apprenez et, comme vous pouvez l'imaginer, j'ai beaucoup appris. J'ai toujours Monaco dans mon cœur, c'est le club qui m'a donné ma première opportunité en tant que joueur et ma première occasion en tant qu'entraîneur, je serai toujours reconnaissant envers ceux qui m'ont donné ça, les gens qui sont là, certains sont partis".

Le meilleur buteur de l'histoire des Gunners conclut en affirmant qu'il n'a aucun regret par rapport à son choix : «Mon cœur a parlé à l'époque. Je voulais retourner là où j'ai tout commencé. Je n'ai aucun regret sur ce qui s'est passé. C’était une tâche très difficile et j’ai senti que si j’avais eu plus de temps, j’aurais pu en faire plus. Mais si vous n’obtenez pas de résultats, peu importe les circonstances, vous devez partir (...) Tout ce que je dirais, c'est que si vous ne franchissez pas cette ligne et ne vous asseyez pas sur le banc, vous ne savez pas tout. J'ai entendu beaucoup de gens donner leur avis sur ce qui s'est passé à Monaco et, bien, ils ont eu tort, mais je n'entrerai jamais dans les détails.