Take The Ball, Pass The Ball ancre l'impact du Barça de Guardiola dans les mémoires

Commentaires()
Getty Images
Le documentaire au sujet du Barça de Guardiola, si il est très orienté, rappelle à quel point cette équipe a su marquer l'histoire de son sport.

L'ouverture du documentaire "Take the Ball, Pass the Ball" donne le ton d'entrée : à la parole, Thierry Henry et une phrase marquante : "Peu m'importe d'où vous venez, peu importe. Si vous me dites que vous aimez le football et que vous n'aimez pas Barcelone, vous avez un problème", prononcée avec l'assurance caractéristique du désormais nouvel entraîneur de l'AS Monaco

Thierry Henry sait de quoi il parle, il a évolué durant 3 saisons du côté du Camp Nou (2007-2010) avec une équipe qui a remporté 14 titres entre 2008 et 20012. Au-delà du simple chiffre, c'est la manière par laquelle cela a été produit dans un laps de temps si long qui a engendré de nombreux débats autour du rang de ce Barça : est-ce la meilleure équipe de l'histoire ? Sondé dans le documentaire, Fabio Capello a dressé la liste de trois ères révolutionnaires : celle de l'Ajax Amsterdam de Johan Cruyff, de l'AC Milan d'Arrigo Sacchi, et donc celle du Barça de Pep Guardiola. 

Au niveau structurel, le documentaire s'attache à retraçer les moments marquants vécus par ce Barça en commençant par une performance qui est restée dans de nombreuses mémoires : la finale de la Ligue des champions, le 28 mai 2011 à Wembley contre Manchester United, remportée 3-1. Une prestation collective qui fera avouer à Michael Carrick : "C'est la meilleure équipe contre laquelle j'aie joué, et de beaucoup" et à Sir Alex Ferguson : "On ne nous a jamais battus comme ça." 

L'histoire du club catalan est narée sur une plongue période, en passant de l'époque Cruyff à celle de Guardiola sur le banc. Les intervenants sont nombreux et qualitafis : Xavi, Henry, Iniesta, Victor Valdes, Dani Alves, Eric Abidal ou encore Gerard Piqué. Les protagonistes majeurs sont au nombre de trois, Johan Cruyff, Pep Guardiola et Lionel Messi.

L'article continue ci-dessous
2011 Lionel Messi Barcelona Manchester United Le premier qui, de 1973  à 1988, a eu un impact inquantifiable auprès du club en inculquant les principes de l'Ajax Amsterdam. En modifiant à un point si large la culture globale au Camp Nou, il a par la suite pu assister à l'avènement de Guardiola en tant que coach et celle de Lionel Messi comme joueur fondamental. Au sujet de Guardiola, les témoignagnes dénotent d'un grand respect envers le technicien espagnol et un constat revient : il était capable de prévoir ce qui allait se passer lors des matches, surtout du fait de sa préparation minutieuse des rencontres. Si le plan n'était pas respecté lors du match, alors direction le banc de touche comme a dû le subir Dmytro Chygrynskiy, face à Osasuna.

En raison des difficultés de l'opposant dans une certaine zone, Guardiola avait dit aux joueurs de passer par Xavi, situé dans ladite zone. La suite, c'est Thierry Henry qui la raconte : "Où qu'on aille, Xavi restait dans cette zone, c'était donc la sortie. Mais ce jour-là, Chygrynskiy a fait deux longues passes à Zlatan. Et des bonnes ! Zlatan a failli se trouver seul face au gardien. Pep l'a sorti à la mi-temps. Parce qu'il n'avait pas respecté le plan." Autre élément majeur évoqué par le document, la présence de Lionel Messi. L'idée générale, au vu des propos tenus, est que le talent de l'Argentin n'est pas évalué, par le grand public du moins, à sa juste mesure. Selon Xavi, Messi est meilleur que tout le monde dans tous les aspects : "Il est meilleur que toi avec son pied droit, son pied gauche et sa tête. Il est meilleur en défense et en attaque. Il est plus rapide. Meilleur en dribble."


Le documentaire s'achève avec des propos de Pep Guardiola qui synthétise à sa façon son avis sur le Barça de l'époque : "On me demande souvent si c'était la plus grande équipe du monde. Cette question n'a pas de réponse. On saura la réponse dans 25 ans. On verra si les gens parlent encore de nous. Est-on meilleur que le Milan de Sacchi, le Brésil de Pelé ou l'Ajax de Johan ? Chacun aura son opinion. Si on se souvient de nous, c'est qu'on aura pris du plaisir à nous regarder. Mais c'est le grand mystère : se souviendra-t-on de nous ?"

Le documentaire Take the Ball, Pass the Ball, s'attache, lui, à faire ancrer dans les mémoires que cette équipe était bien singulière à travers sa façon de jouer, la manière dont elle a su obtenir des titres. De ce point de vue, l'objectif est atteint.  

 

Fermer