Suisse, Xherdan Shaqiri justifie sa célébration controversée : "C'était l'émotion"

Commentaires()
Getty
Xherdan Shaqiri, originaire du Kosovo, a donné la victoire à la Suisse contre la Serbie. Il a fait le signe de l'aigle de l'Albanie comme célébration.

Le match entre la Suisse et la Serbie avait un parfum de géopolitique ce vendredi. Parmi les joueurs de la Nati de nombreux joueurs sont originaires de pays d'ex Yougoslavie et notamment de l'Albanie et du Kosovo comme Valon Behrami, Granit Xhaka et Xherdan Shaqiri, les deux derniers étant originaires du Kosovo. La tension est vive entre la Serbie et le Kosovo, depuis que ce dernier a officiellement déclaré son indépendance en 2008.

Granit Xhaka, né en Suisse d'une famille kosovare, et Xherdan Shaqiri, né au Kosovo, ont inscrit les buts de la Suisse et ont permis à la Nati de l'emporter. Pour célébrer leurs buts, les deux joueurs ont fait le signe de l'aigle albanais (car le Kosovo est majoritairement albanais), répondant ainsi aux provocations des supporters serbes qui ont sifflé les deux joueurs à chaque fois, ou presque, qu'ils ont touché le ballon. Bien évidemment, cette célébration a créé la controverse, mais Xherdan Shaqiri s'est justifié après le match.

L'article continue ci-dessous

Granit Xhaka & Xherdan Shaqiri

Petkovic regrette que la politique se mêle au football

"Je ne veux pas parler de cela. Dans le foot, vous avez toujours des émotions et vous pouvez voir que ce que j'ai fait n'est que de l'émotion. J'étais juste très heureux de marquer un but, c'est tout. Je pense qu'on ne devrait pas parler de ça maintenant", a confié Xherdan Shaqiri.

Vladimir Petkovic, sélectionneur suisse, natif de Sarajevo, a déploré que la politique vienne se mêler au football : "On ne devrait pas mélanger la politique et le football. Il est important de rester à l'écart de la politique. Nous sommes là pour vivre différentes émotions et prendre du plaisir dans l'ambiance dans laquelle nous nous trouvons. Il est bien clair que les émotions ressortent, et c'est ce qui s'est produit. Mais nous tous sur le terrain, et en dehors, nous devons nous éloigner de la politique dans le football et se concentrer sur ce beau sport qui regroupe les gens".

Ces célébrations font écho à un précédent fâcheux. Pour rappel, le dernier match entre la Serbie et l'Albanie, le 14 octobre 2014, avait été interrompu en raison d'un envahissement de terrain et de coups échangés entre joueurs et supporters à cause d'un drone qui avait survolé la pelouse avec le drapeau de la Grande Albanie, un projet nationaliste visant à regrouper au sein d'un même pays tous les Albanais des Balkans.

Prochain article:
Higuain non retenu dans le groupe du Milan pour le Genoa
Prochain article:
Mercato - Julian Weigl au PSG, c'est "non" pour le directeur sportif de Dortmund
Prochain article:
Equipe de France - Guy Stéphan : "Il n'y a pas de problème" avec Aymeric Laporte
Prochain article:
PSG, Thiago Silva : "Ma relation avec Emery n'était pas la même, la patte Tuchel peut faire la différence"
Prochain article:
Entorse de la cheville gauche sans lésion pour Verratti
Fermer