Sélection - Un an après sa piteuse élimination par la Suède en barrage de la Coupe du monde, où en est l'Italie ?

Commentaires()
Getty Images
365 jours après l'échec de sa qualification au Mondial, la Squadra Azzurra se reconstruit lentement avec un Roberto Mancini en quête de certitudes.

Il y a un an jour pour jour, le 13 novembre 2017, la sélection italienne était un champ de ruines ou presque. Incapables de marquer un but en 180 minutes à la Suède, Marco Verratti et les siens disaient adieu sans gloire à la Coupe du monde en Russie. Un échec en barrage qui résumait bien le mandat de Giampiero Ventura, qui n'a pas su capitaliser durant un an et demi sur l'Euro 2016 convaincant réussi par Antonio Conte. Depuis, la situation n'est guère réjouissante avec seulement deux victoires en neuf rencontres disputées en 2018. 

Le flou pendant six mois

Suite à cette rencontre vécue comme une honte nationale de l'autre côté des Alpes, la transition a été bien délicate. Pendant trois mois, la Squadra Azzurra s'est retrouvée sans sélectionneur, dans le flou le plus total en lien avec de nouvelles élections à la Fédération, avec l'éviction de Carlo Tavecchio. Ainsi, l'entraîneur des Espoirs Luigi Di Biagio s'est retrouvé propulsé à la tête de cette équipe en perdition pour assurer un court intérim à partir de février. Quelques semaines plus tard, il laissait sa place à Roberto Mancini, qui malgré plusieurs réticences en Italie a fini par avoir le poste tant convoité. 

Zaniolo Bernardeschi Mancini Italy training

L'ancien entraîneur de l'Inter Milan, qui a rompu son contrat avec le Zenit Saint-Pétersbourg spécialement pour diriger la Nazionale, faisait face d'entrée à plusieurs problématiques. De la nécessité de trouver un équilibre à la fin de la génération des Buffon-De Rossi-Barzagli en passant pas la quête d'un avant-centre fiable, le technicien de 53 ans a longtemps tâtonné à la tête de son équipe. Jusqu'au rendez-vous international d'octobre, l'Italie n'avait remporté qu'un seul match, en amical, contre l'Arabie Saoudite. 

Le déclic contre la Pologne

Preuve de ce brouillard ambiant du côté de la sélection italienne, Roberto Mancini a aligné durant ses six premiers matches six compositions d'équipe différentes, jusqu'à trouver la bonne formule en octobre dernier. Avec un 4-3-3 renforcé au milieu de terrain et Lorenzo Insigne en faux numéro 9, la Squadra Azzurra a affiché son meilleur visage depuis un an même si la marge de progression reste conséquente. Néanmoins, les motifs d'espoirs sont enfin là avec un duo Jorginho-Verratti très mobile et technique dans l'entrejeu. Souvent décevant avec son pays, le joueur du Paris Saint-Germain a livré des prestations à la hauteur de son talent le mois dernier.

L'article continue ci-dessous

Contre la Pologne en Ligue des Nations, l'Italie a su faire le dos rond et sortir au bon moment pour l'emporter à Varsovie. Cristiano Biraghi, latéral gauche de la Fiorentina, a marqué le but de la victoire dans le temps additionnel, comme un immense soulagement pour le staff technique et son sélectionneur. L'envie et la détermination sont de retour, la maîtrise du ballon aussi (68% de possession face à la Pologne) mais le réalisme offensif manque encore : 13 tirs et la difficulté constante pour les avant-centres de s'imposer. Tour à tour, Balotelli, Zaza, Belotti, Immobile ont été testés, sans succès. 

Tous les feux ne sont pas au vert pour cette Italie, encore traumatisée un an après cette non-qualification au Mondial russe. Néanmoins, le travail discret de Roberto Mancini finit par avoir enfin des résultats positifs. Motivé à poursuivre cette dynamique, le sélectionneur continue de convoquer de nouveaux éléments, parfois méconnus à l'image de Vincenzo Grifo (Hoffenheim, Bundesliga) et de Sandro Tonali (Brescia, Serie B), grand espoir du football italien et dans le viseur de la Juventus. Opposée au Portugal (Ligue des Nations) et aux États-Unis (Amical), la Nazionale veut terminer de la meilleure des manières une année 2018 délicate mais où certaines fondations essentielles ont été posées. 

Prochain article:
Barça-Levante 3-0, avec un Dembelé de gala, le Barça renverse Levante
Prochain article:
Les regrets de Cassano : "J'aurais pu avoir le niveau de Messi"
Prochain article:
RUMEUR, le Barça vise Carlos Vela cet hiver
Prochain article:
Le Mondial 2022 avec 48 équipes ?
Prochain article:
Manchester United, Pogba : "Les choses sont plus faciles pour tout le monde"
Fermer