News Résultats en direct
Ligue 1

Saint-Etienne, Lille, Bordeaux : les clubs historiques sont en danger !

12:38 UTC+1 19/12/2017
Saint-Etienne Lyon Ligue 1 05112017
Saint-Etienne, Lille, Bordeaux et Toulouse traversent de graves turbulences. Chacune à leur niveau, ces institutions sont en grand danger.

On ne débute pas une saison pour sauver sa peau, mais on s'y conditionne. C'est une mission précise, éprouvante, qui requiert une bonne dose d'anticipation à tous les niveaux. Dans les profondeurs de son classement, la Ligue 1 ne fait pas de cadeaux à ses clubs historiques. C'est comme ça, les belles histoires prennent de la place. Un peu trop, parfois, et il n'y en a pas pour tout le monde.

Entre émergences ou simples progressions, certaines écuries que l'on n'attendait pas - Dijon, Troyes, Amiens ou Strasbourg par exemple - ont mathématiquement poussé des clubs d'envergure supérieure dans des zones dangereuses. On pense à Saint-Etienne, Lille et Bordeaux, forcément. Trois grands noms qui nourrissaient de légitimes ambitions au démarrage avant de glisser. Pour ces trois clubs, et pour Toulouse aussi, la situation est urgente.

Saint-Etienne, une trêve pour stopper l'hémorragie

Geoffroy-Guichard est une arène aussi belle que cruelle. Vendredi, après une nouvelle humiliation, une partie du public stéphanois a craqué. Un peu plus tôt dans la journée, la direction du club avait déclaré l'état d'urgence. Projeté en première ligne il y a quelques semaines, Julien Sablé voit son avenir sur le banc s'écrire en pointillés. Son manque d'expérience est en cause, comme sa communication, mais il serait facile de réduire la situation à ses débuts laborieux dans sa nouvelle carrière d'entraîneur.  

Les chiffres sont clairs. Cela fait dix matches que Saint-Etienne n'a plus gagné. Et plus que les résultats bruts, c'est l'impression laissée par les Verts depuis deux mois qui exige une prise de conscience à court terme. L'AS Saint-Etienne va devoir stopper l'hémorragie avec un mercato d'appoint et un plan de jeu clair, avant d'envisager, peut-être, une modification plus profonde de son fonctionnement comme sa direction l'a laissé entendre. Roland Romeyer et Bernard Caïazzo le savent : ils devront donner des réponses en termes d'organisation et de recrutement. Cette période donne un peu de relief au travail réalisé par Christophe Galtier. 

Lille, le spectre de la DNCG

La présence d'un personnage fascinant, Marcelo Bielsa, cumulée à celle d'un dirigeant influent, Luis Campos, a suscité la passion l'été dernier. Quatre mois après, le technicien argentin a fait ses valises et le cocktail a explosé. Le LOSC occupe une inquiétante place de barragiste à une journée de la trêve hivernale. Et cette période charnière ne va pas forcément permettre au club de redresser la barre puisque Lille s'est vu infliger une interdiction de recrutement après son passage devant la DNCG. La situation financière critique réduit la marge, déjà, mais elle pourrait même inciter la direction à céder d'autres joueurs cotés sur le marche des transferts.

Affaibli sportivement, fiché financièrement, Lille va devoir trouver des solutions dans un contexte terrible. Fernando Da Cruz, aux commandes d'une cellule technique provisoire après le départ de Bielsa, va laisser sa place à un nouveau technicien. "Aujourd'hui, notre mission est prévue jusqu'au 20 décembre, les choses sont claires depuis le départ", a-t-il répété au début du mois. L'identité de son remplaçant sera peut-être la seule bouée de sauvetage.

Bordeaux, la belle endormie

L'An II est une étape ardue dans un projet. Après une première campagne encourageante, Jocelyn Gourvennec a vu son équipe plonger. Le démarrage des Girondins s'est fait dans le prolongement de la dernière saison, mais Bordeaux a rapidement souffert de son hyper-dépendance à Malcom et de son manque de personnalité. La rupture s'est produite au Parc des Princes, contre une équipe parsienne déchaînée (6-2), alors que Bordeaux n'avait pas subi le moindre revers jusqu'alors.

La défense, beaucoup trop perméable, est aussi montrée du doigt. Cette équipe va devoir retrouver un équilibre et apprendre à se faire mal pour enrayer sa chute. Sa marge de progression se situe là. Car les maux de Bordeaux concernent le sportif, exclusivement, contrairement à Saint-Etienne ou Lille. C'est un mal pour un bien. L'environnement est trompeur en revanche. C'est un peu toujours l'histoire de la belle endormie... Dans un passé récent, Nantes, Auxerre ou même Monaco n'avaient pas vu venir le danger d'une relégation.

Toulouse, un nouveau levier à activer

Personne n'a oublié la fantastique remontada du Téfécé pour assurer son maintien sur le fil après l'arrivée de Pascal Dupraz. Le discours fédérateur de l'ancien entraîneur de l'ETG a fait ses preuves, mais son équipe doit trouver un second souffle. La lente chute des Violets a rafraîchi la relation avec les supporters. Pascal Dupraz va donc devoir activer d'autres leviers pour relancer la machine. La qualité du secteur offensif de cette équipe peut lui permettre d'envisager des jours meilleurs.