Real-PSG : état des lieux des deux clubs avant la Ligue des Champions

Commentaires()
Getty Images
Le 14 février, l'ambitieux PSG va affronter le double tenant du titre de la Ligue des champions. L'occasion de faire un état des lieux.

A l'approche de la confrontation, il est logique de vouloir comparer les deux équipes. En décembre dernier, à l’annonce du tirage, le Real traversait déjà quelques turbulences. Mais "la réalité de décembre n’est pas celle de février", aimait-on rappeler. Quelle est-elle à sept jours du huitième de finale aller de Ligue des champions à Madrid ?

Mbappé, Martial et les adolescents les plus chers


LE PSG


L’affrontement imminent aborde son lot d'excitation, à l’image de Neymar qui clamait qu’il avait "vraiment hâte" à Lille, ou Mbappé qui rappelait que les joueurs "n’attendaient que ça", à Sochaux. Et les hommes d’Unai Emery préparent cet affrontement de la meilleure des manières. Hormis l’accroc à Lyon qui a débouché sur une défaite (2-1), ils ont remporté tous leurs matches (9/10) depuis début 2018. Si l’enchainement de victoires n’est pas une nouveauté cette saison, il a néanmoins mis en lumière la force du banc à travers un turnover qui n’était pas d’actualité plus tôt dans la saison.

Les latéraux remplaçants, Meunier et Berchiche, sont tout aussi efficaces (voire supérieurs parfois) que les titulaires. En l’absence de Motta, Lo Celso s’est montré performant, alors que la nouvelle recrue, Lassana Diarra, s’est montré impliqué et décisif malgré le peu de temps de jeu à disposition. Devant, Di Maria brille, à tel point qu'on se demande s’il peut réellement rester sur le banc à Madrid. En plus d’avoir un groupe entier concerné, qui donne le meilleur de lui-même à chaque prestation à cause d’une concurrence féroce, le PSG joue avec un collectif beaucoup plus huilé qu’à l’entame du championnat, et ce, malgré le fait que les compositions diffèrent à quasiment chaque match. Le fait de devoir jouer plus de rencontres que son adversaire devait être un handicap sportivement, il s’avère que c’est tout le contraire.

Malgré les petites polémiques octroyées aux Parisiens ces dernières semaines (Neymar qui n’a pas laissé Cavani tirer le penalty pour dépasser le record d’Ibra en est un exemple probant), c’est avec un collectif soudé qu’ils se rendront à Madrid. L’anniversaire du Brésilien, fêté en grandes pompes dans un établissement privé à Paris est arrivé à point nommé. Tous les joueurs, le staff ainsi que le Président ont été conviés. Le message envoyé est fort : le PSG est armé à tous les niveaux pour livrer l’un de ses plus grands combats.


LE REAL MADRID


Le Real Madrid est en train de vivre son pire moment de la saison. Et il est difficile de le dire, tant la saison actuelle est mauvaise pour les hommes de Zidane. La défaite difficile lors du Clásico a ouvert la boite de Pandore, prouvant que les suspicions des quatre derniers mois étaient réelles : ce Real Madrid est bien loin du niveau de la saison passée. En février, ils sont à 19 points du leader en Liga et ils ont été éliminés de la Coupe du Roi par le très humble club de Leganés. Une sortie que le Real n’a pas encore digérée complètement. Elle l’avait été en partie après la victoire face à Valence à Mestella (1-4), mais un nul face à Levante (2-2) a ramené les fantômes du passé.  

L'article continue ci-dessous

Par conséquent, indépendamment du match face à la Real Sociedad, la vérité est que le Real est bien loin de la forme actuelle du PSG. Le seul domaine dans lequel ils sont encore supérieurs est le poids de l’histoire écrite par les Merengue. Rien d’autre. Mais assez pour certains fans de la Maison Blanche qui brandissent le palmarès à tout bout de champs, espérant que mercredi prochain, ils fassent un bon match au milieu de toutes ces mauvaises performances. Comme face à Seville, Gremio ou Valence. Mais sans espoir de revoir les prestations de Cardiff ou de la Supercoupe d'Espagne l’été dernier. C’était il y a tout juste six mois mais cela semble être un siècle étant donné les performances actuelles des hommes de Zidane.

Au milieu de toutes ces difficultés, l’absence de Dani Carvajal au match aller est une mauvaise nouvelle. L’UEFA a annoncé ce mardi qu’elle ne lèverait pas sa suspension de deux matches après avoir forcé pour récolter un carton jaune. Nacho Fernández sera sa doublure en tant que latéral droit. Une double mauvaise nouvelle. Parce que cela veut dire que Nacho ne sera pas dans la charnière centrale de la défense. Et jusqu’à présent, c’est le défenseur du Real le plus en forme. C'est dire.

Par Alberto Pinero, correspondant Real Madrid et Sabrina Belalmi, correspondante PSG 

Prochain article:
Caen-Toulouse 2-1 - Caen sort de la zone rouge
Prochain article:
Ballon d'Or, Modric est déçu : " il n'y a plus qu'à donner tous les trophées à Messi et Ronaldo..."
Prochain article:
Marcelo : "Ce n'est pas à moi de dire si José Mourinho doit revenir au Real Madrid"
Prochain article:
Au tour de Klopp de soutenir José Mourinho, limogé par Manchester United
Prochain article:
Ibrahimovic signe un nouveau contrat au LA Galaxy pour 2019
Fermer