Real Madrid, Solari tacle (encore) Isco : "Il n'a pas le niveau physique pour jouer"

Commentaires()
Getty Images
Isco, qui n'a débuté que 5 matches sous Lopetegui (aucun sous Solari) cette saison, n'a pas le niveau physique pour jouer selon le coach argentin.

"Ils ne partiront pas en vacances ensemble", aurait plaisanté le regretté Thierry Rolland. Santiago Solari et Isco Alarcon ne s'apprécient guère. Le joueur aurait insulté l'entraîneur à cause du manque de temps dont il a été affublé et depuis, c'est la guerre. Larvée, froide, mais la guerre quand même. La température vient nanmoins d'augmenter de quelques degrés.

Isco, un cas disciplinaire

Ancien dribbleur émérite appréciant les petits espaces, Solari n'a pourtant pas tenté d'éluder les sempiternelles questions sur Isco en conférence de presse avant le déplacement à Valladolid, qui pourrait pourtant signer la fin de son mandat et permettre l'appointement d'un nouvel entraîneur.

Isco Real Madrid 2018-2019

Mais alors même que son avenir s'inscrit en pointillés et que son siège éjectable défectueux menace d'exploser à tout moment, Solari n'oublie pas de tacler Isco : "Les cas disciplinaires sont traités en interne", a d'abord lancé, en préambule, le coach du Real, alors qu'Isco, 26 ans, aurait refusé de monter dans le bus de l'équipe avant de jouer contre l'Ajax Amsterdam en 8es de finale de C1.

"Mais pour jouer, il faut d'abord être dans une bonne condition physique et ensuite, il faut maintenir cette condition physique", a tancé Solari. Le Real Madrid traverse une période trouble. Solari avait ajouté en conférence de presse qu'il avait parlé avec les joueurs dont il avait considéré l'apport insuffisant. De son côté, le président Florentino Perez s'est accroché avec le capitaine de l'équipe, Sergio Ramos.

Isco, qui n'a débuté que 5 matches sous Lopetegui (aucun sous Solari) cette saison, aurait pourtant pu aider le Real cette saison, notamment avec les récentes blessures de l'ailier Lucas Vazquez ou du jeune ataquant brésilien Vinicius Jr.

L'article continue ci-dessous

Triple champion d'Europe en titre l'été dernier, le Real et ses dirigeants ont enchaîné les mauvaises décisions, notamment au mercato et en termes de planification, pour se retrouver à l'orée d'une saison blanche indigente pour un club d'une telle envergure.

 

 

Fermer