Real Madrid - Conserver le 4-4-2 losange ou revenir au 4-3-3 : le dilemme de Zidane

Commentaires()
Getty Images
Habitué à alterner les systèmes, Zinédine Zidane pourrait revenir au 4-3-3 pour favoriser la BBC. Son dernier schéma l’a pourtant mené très loin…

Les clichés sont tenaces. Tous les observateurs attendaient Zinédine Zidane sur son tact avec les joueurs, ce flegme et cette aura naturelle qui l'accompagnent, mais c’est dans son costume de tacticien que le Français donne des réponses. Sa capacité à alterner les systèmes est même devenue une arme majeure. À Madrid, l’influence énorme – technique et médiatique – de la BBC appelle naturellement un système taillé pour les trois stars. C’est pourtant avec une autre configuration, en 4-4-2, que le Real a rendu ses copies les plus convaincantes.

Le 4-4-2 losange offre de vraies garanties

Dans le marathon d’une saison, les grandes batailles du printemps sont un bon baromètre pour jauger une équipe, estimer ses forces et décréter ses failles. En ce sens, la dernière ligne droite de la saison passée est vraiment révélatrice. Elle a installé une dynamique, déjà. Elle a dégagé une autre manière de jouer, aussi, en donnant plus de confort à Cristiano Ronaldo dans ce qu’il tend à être (un attaquant axial) et en renforçant la maîtrise collective du Real au milieu de terrain, où l’équilibre est total.

Marco Asensio Carvajal Modric Real Madrid Barcelona Supercopa 16082017

Si les présences de Casemiro à la pointe basse du losange et d’Isco plus haut ont magnifié Toni Kroos et Luka Modric, c’est bien le petit meneur de jeu espagnol qui marque des points depuis plusieurs mois. Impliqué sur 15 buts depuis le début de l’année 2017 (10 pions, 5 passes décisives), Isco est même le joueur le plus décisif du club derrière la machine CR7 (31) cette année. Le prodige Marco Asensio peut aussi bousculer cet ordre établi. Avec deux latéraux (Marcelo, Carvajal) taillés pour les rôles de pistons que cette tactique impose, la Maison Blanche peut s’appuyer sur de vraies garanties dans cette configuration. Sa maîtrise y est plus prononcée. Son animation, plus imprévisible.

Reste que le retour de Gareth Bale pourrait inciter le Français à revenir à son schéma initial, un 4-3-3 - sur le papier - conçu pour la BBC (plus que pour Ronaldo, d’ailleurs). Cette option classique a toujours été l’évidence. Elle a aussi fait ses preuves il y a deux ans et Zidane ne cesse de démontrer qu’il n’aime pas rester figé dans ses idées. Considérant, aussi, que le 4-4-2 losange ne bénéficiera plus du même effet de surprise cette saison, il y a de grandes chances pour que le Français jongle entre les deux systèmes, selon les adversaires et les problématiques de match.

Il y a quelques mois, après une victoire à Séville, l’entraîneur du Real avait lâché une phrase qui résume bien son approche. Ce soir-là, il avait opté pour un 3-5-2 inédit et peu concluant. Mais l’enchaînement des rapports de force contre l’équipe andalouse l’avait invité à innover. "Quand on joue 3 fois contre la même équipe, il faut faire du changement, on a fait 3 matches avec des systèmes différents, Séville a fait pareil, parfois quand tu veux surprendre le rival c’est ce que tu dois faire". Barcelone et Ernesto Valverde sont déjà prévenus.

L'article continue ci-dessous

Cristiano Ronaldo a aussi son mot à dire

Les états de forme de chacun dicteront aussi les choix de Zidane. La puissance et la vitesse d’un Bale à son meilleur niveau sont de vrais atouts. Les déplacements entre les lignes, la finesse et la qualité de dribble d’Isco offrent une autre expression. C’est à cela que se résume ce problème de riche : la percussion ou la technicité. La verticalité ou la préparation. Et puis Cristiano Ronaldo, actuellement suspendu, pourrait avoir son mot à dire sur la durée. Aujourd’hui, tout porte à croire que la superstar portugaise est plus à son aise dans l’axe, en bout de chaîne, que dans sa position originelle d’ailier gauche où les situations de un-contre-un ne le valorisent plus…

Cristiano Ronaldo Karim Benzema Sevilla Real Madrid La Liga 15012017

Une solution intermédiaire existe, enfin, pour concilier les deux options. Le profil technique de Karim Benzema peut aussi permettre à Zidane d’aligner sa BBC en octroyant le rôle d’Isco au Français. Benzema est un facilitateur de jeu qui excelle pour se situer entre les lignes et fluidifier l’animation. Son évolution peut l’amener à reculer. Ce ne serait pas le meilleur signal envoyé à Isco, que Zidane affectionne, mais c’est une éventualité à prendre en compte. Dans les faits, le Real s’est même souvent exprimé de cette façon quand son 4-3-3 a été couché sur le papier. Preuve en est, s’il le faut, que l’animation primera toujours sur un système…

Fermer