News Résultats en direct
Olympique Marseille

Quels sont les vrais moyens de l'OM de McCourt ?

10:00 UTC+2 07/05/2017
Frank McCourt Marseille OM
Le propriétaire américain va investir plus que les 200 millions annoncés. Le budget n'est pas illimité mais l'OM ne s'interdit (presque) rien.

Voilà un sujet qui alimente beaucoup de discussions entre supporters mais aussi journalistes et même dans le milieu du football professionnel. Le montant de l'enveloppe dont dispose l'Olympique de Marseille de Frank McCourt pour le recrutement. Pour cet été évidemment puisque c'est de l'aveu même des dirigeants le vrai départ du projet mais également pour les années à venir. Difficile d'y voir clair entre les versions officielles et les chiffres qui circulent avec plus ou moins de crédibilité. Entre fantasme et réalité.

Insolite - Cristiano Ronaldo avec les maillots du Barça, Arsenal, Milan, OM...

Le seul montant qui a été clairement annoncé est celui de 200 millions d'euros sur les quatre prochaines saisons. C'est McCourt en personne qui a dévoilé ce chiffre et ce dès le 17 octobre à la sortie de l'ultime rendez-vous avec Margarita Louis-Dreyfus qui scellait la vente du club marseillais à l'homme d'affaires américain. Ces 200 millions jetés en pâture aux micros qui se tendaient sont devenus un fil à la patte de McCourt et Eyraud. Les plus optimistes se réjouissent des ambitions retrouvées en souvenir des années où l'OM de MLD et Labrune avançait nourri au pain sec. Les plus réticents estiment que dans le football du XXIe siècle, il est impossible de bâtir une équipe compétitive avec si peu. Surtout lorsqu'on a fixé comme objectif de concurrencer le PSG en Ligue 1 et de rivaliser avec les grands d'Europe en Ligue des champions.

Rapidement, ces 200 millions en quatre ans se sont transformés en 200 millions sans doute dans les deux prochaines années. Autant de formules qui ressemblent à des effets d'annonce pour donner du grain à moudre aux observateurs. En vérité, McCourt n'a pas fixé de plafond. Non pas qu'il se prépare à faire des folies sans limite mais plutôt parce qu'il se donne la liberté de bâtir un OM à la hauteur de ses rêves. L'homme est un entrepreneur, un businessman dans toute sa splendeur. Il sait prendre des risques. Le milliardaire américain, qui fut capable d'offrir 100 millions à son université ou de s'acheter un appartement à 50, n'a pas la puissance financière d'un État comme le Qatar, mais sa fortune dépasse largement le milliard de dollars. De quoi se faire plaisir sur le marché du ballon rond.

Le mercato de janvier durant lequel l'OM a dépensé plus de 40 millions d'euros a prouvé son appétit. Certains ont déjà sorti la calculette en retirant cette somme des fameux 200 millions. Oubliant que l'économie d'un club ne s'arrête pas au portefeuille du patron mais qu'il y a des ventes, de la billetterie, du marketing, des sponsors... Le projet McCourt va grandir et augmenter mécaniquement ses ressources pour alimenter l'enveloppe au fil des années. Dans une interview accordée au quotidien suisse "Le Temps", Eyraud a décrypté une partie de la stratégie : "Nous prévoyons deux saisons, deux saisons et demie de déficit, parce que ce sera le temps de l'investissement. Mais après, il faudra vite arriver à l'équilibre financier, dans une rigueur de gestion très importante. Lors des transferts, l'OM aura son prix de réserve, au-delà duquel il se retirera de la compétition pour un joueur." La réflexion est la même en ce qui concerne la masse salariale : "On sait que c'est un ratio important en terme de gestion, et qu'au delà de 65%, 70%, cela devient délicat. Nous allons dépasser ce ratio dans ces premières années parce qu'on ne percevra les fruits de notre repositionnement stratégique que dans deux ou trois ans."

Maxime Lopez en pleine croissance

En somme, l'OM ne s'interdit pas de réaliser un ou plusieurs gros chèques s'il estime que le joueur en vaut la chandelle. Dans peu de temps, l'OM va se lancer dans de grandes emplettes. Le journal L'Equipe révélait que Jacques-Henri Eyraud a lâché devant d'autres présidents de L1  : "Les 200 M€, ne vous inquiétez pas, je vais dépenser beaucoup plus." Une déclaration démentie sur Twitter par le principal intéressé mais sans qu'on puisse en déduire une clarification sur les moyens olympiens : "Tout ceci consiste à vous faire monter dans les tours. Big ficelle. Fiez vous à MES déclarations. Pour le reste, soyez patients. Nous ne sommes pas là pour surpayer des joueurs. Si certains présidents de Ligue 1 le pensent, c'est un problème... pour eux. Nous allons investir ce que nous avons prévu d'investir. Ni plus, ni moins." Sauf que le montant prévu n'a jamais filtré. Et le crier haut et fort risquerait de faire passer l'OM pour un pigeon à plumer dans un jeu de surenchère périlleux au moment de négocier.

Selon nos informations, lors du processus de mise en vente de l'été 2016, Margarita Louis-Dreyfus réclamait à ses interlocuteurs un investissement entre 100 et 150 millions d'euros par an sur 4 ans au moins pour accepter de céder le club. La Russe souhaitait assurer des lendemains qui chantent à l'OM. La tsarine a-t-elle obtenu ces garanties de la part de McCourt ou a-t-elle mis un mouchoir sur ses hautes ambitions pour l'OM ? Mystère. Mais si McCourt a emporté la mise au nez et à la barbe de Gérard Lopez ou d'un richissime indonésien qui fut très proche de finaliser le deal, c'est bien qu'il a assuré à l'ancienne propriétaire qu'il allait mettre tous les moyens pour redorer le blason marseillais.

Pour booster la campagne d'abonnements qui s'ouvrira en juin, l'OM a programmé l'arrivée de plusieurs recrues majeures. Eyraud l'a clairement affirmé devant des responsables de groupes de supporters qui ont encaissé cette promesse avec autant d'enthousiasme que de surprise. Le mercato s'ouvre officiellement le 9 juin. Le plan de Jacques-Henri Eyraud et d'Andoni Zubizarreta est de planter le décor dès la première quinzaine. Deux ou trois joueurs de renom sont espérés. Le grand buteur si convoité en fera-t-il partie ? Peut-être. L'OM est prêt à aligner 50 millions sur cette perle rare. Si les dirigeants parvenaient à le faire signer dès le mois de juin, ce serait une sacrée performance sachant que les gros transferts ne se réalisent traditionnellement qu'à partir de juillet voire août.

Mais l'OM de McCourt n'a pas de temps à perdre. Entre 10 et 12 recrues devraient débarquer. Et Rudi Garcia a besoin de connaître les grandes lignes de son effectif le plus tôt possible. Cela devrait être le cas car alors que le saison se termine, les réunions de travail se multiplient et des contacts sont très bien avancés. À deux semaines du terme, si les joueurs et le staff assurent les affaires courantes avec une qualification pour l'Europe en vue, la direction est tournée exclusivement sur le prochain exercice et ce mercato primordial. Durant l'été, l'OM pourrait dépenser 150 millions d'euros. Une somme colossale. Mais c'est probablement sur le long terme qu'on jugera si l'Olympique de Marseille est véritablement devenu un nouveau riche.