News Résultats en direct
PSG

PSG - Emery n'a toujours pas trouvé son équipe bis

08:15 UTC+1 30/11/2017
Angel Di Maria PSG Troyes Ligue 1 29112017
Le match face à Troyes (2-0) était l'occasion pour Emery de faire tourner son effectif. Mais il y a eu plus de déceptions que de satisfactions.

L'un des reproches récurrents fait à Unai Emery est son entêtement à ne s'appuyer que sur un noyau restreint de joueurs, en dépit du banc de qualité qu'il possède. Et le Basque, qui ne fait pas les choses à moitié, a remanié les trois quarts de son équipe type pour en faire une équipe bis, qui n'a pas totalement convaincu face à Troyes lors de la 15e journée de Ligue 1

CAVANI RATE UN PÉNALTY, L'ÉCHEC DE LA ROTATION...LES 3 CHOSES À RETENIR DE PSG-TROYES (2-0)

Les trois semaines qui arrivent vont être chargées pour le PSG. L'occasion, donc, pour le tacticien d'essayer une nouvelle formule avant l'entrée en Coupe de la Ligue (dès le 13 décembre) et en Coupe de France (en janvier prochain). Mais au lieu d'essayer un ou deux éléments à la fois, régulièrement, il a plutôt opté pour un remaniement de l'équipe. Ce mercredi, il a aligné six joueurs qui ont plus l'habitude d'être sur le banc que sur le terrain. Et cette équipe a eu du mal à trouver ses repères, à jouer ensemble. Celui qui a complètement grillé sa cartouche c'est Di Maria. Actif en début de match, l'Argentin a vite baissé les bras pour disparaitre peu à peu, comme si son esprit était ailleurs. Les rumeurs de départ cet hiver et son attitude boudeuse ces derniers temps lui portent préjudice. Son nombre total de tirs au but, seulement deux, égal celui de Lo Celso ou encore Verratti. Il n'a pas su profiter de son couloir droit en n'échangeant que 8 passes à l'Italien et 6 à Meunier. Une prestation qui pose la légitimité de sa titularisation à l'avenir. L'autre grand frustré cette saison, c'est Javier Pastore. Et cette rencontre face à Troyes était clairement l'occasion de gratter du temps de jeu, en dépit des excellentes prestations de Draxler. El Flaco a bien su trouver Neymar avec ses 19 passes à l'égard du Brésilien et l'on s'attendait à une étincelle entre ces deux grands créatifs. Malheureusement, cela n'a abouti qu'à très peu d'actions dangereuses. Il a néanmoins porté le jeu vers l'avant puisqu'il a été à l'initiative du plus grand nombre de dernières passes, 3 au total. Sa sortie, à la 88è, avait des parfums d'au revoir. 

Une équipe bis pas encore huilée 

Lo Celso, qui n'avait connu que des bouts de match a eu sa première titularisation pour la réception des Troyens. Remplaçant Rabiot dans son rôle de sentinelle, il a démontré qu'il n'était pas tout à fait à l'aise avec ce positionnement, mais l'on ne peut lui reprocher ses efforts. Offensivement il a tenté 2 tirs dont 1 cadré, ce qui prouve qu'il a tenté de porter le jeu vers l'avant. Défensivement, le jeune argentin comptabilise le plus grands nombres de tacles (6), et de ballons récupérés (9), devant Verratti et Pastore, ses deux coéquipiers au milieu. Une performance qui a quand même ravi son coach : "Giovani s’impose et a fait un bon match". Du côté des bonnes nouvelles, Trapp avec ses trois arrêts bien sentis, notamment ceux face à Grandsir (30è) et Suk (83è), a marqué des points comme l'a expliqué Unai Emery : "Kevin mérite de jouer des matches, il avait besoin de garder le rythme. Il travaille très bien tous les jours". Une déclaration de bon augure pour l'Allemand qui a connu sa première titularisation de la saison. Kimpembe, toujours efficace quand on fait appel à lui, n'a pas dérogé à la règle et a de nouveau prouvé qu'il méritait sa place de titulaire au même titre que les deux autres Brésiliens. 

Cependant la question qui est posée est : avec un tel banc, comment le PSG ne réussit pas à avoir une équipe bis plus solide ? Si Neymar se blesse, Di Maria ou Pastore semblent être de maigres consolations face à l'impact que le Brésilien a dans cette équipe. Comme il l'a démontré encore une fois au Parc, en ouvrant la marque (73è, 1-0). Au milieu, Draxler a les préférences de l'entraineur et il est difficile de juger de l'efficacité de Lo Celso en relayeur, tant il a peu joué. Ses entrées jusque-là étaient satisfaisantes mais pas en tant que 6. Derrière, Emery a plus de choix pour la rotation que ce soit dans le secteur défensif ou dans les cages. Mais faire jouer autant de joueurs non titulaires habituellement au même moment n'est pas la solution pour un PSG qui se doit d'être concentré sur tous les tableaux, à tous les matches pour atteindre les objectifs fixés. Comme l'a expliqué le coach : "C'était le bon moment pour donner des opportunités aux joueurs qui jouent peu, on a beaucoup de matches actuellement. Ils ont tous eu une bonne attitude, et c'est bien pour eux et pour ceux qui enchaînent les matches et qui ont besoin de souffler". Si le PSG réussit à huiler son équipe bis, il est fort à parier que le club fera des ravages.