PSG-Nîmes (3-0) - Toutes les réactions en zone mixte

Getty
Après un nouveau succès venant conclure une belle semaine, les Parisiens n'ont pas caché leur satisfaction.

Kylian Mbappé (attaquant du Paris Saint-Germain, Canal +) : "On était sur un faux rythme et l'équipe de Nîmes a bien abordé cette rencontre (…) Je pense que Thomas Tuchel a su avoir les mots justes avec les joueurs pour que les joueurs courent pour lui. Comme je le dis, on est sur un long chemin, il faut continuer comme ça. Le travail tous les jours pour essayer d'aider mon équipe au maximum, essayer de se faire plaisir aussi - parce que le foot ça reste du plaisir - et marquer des buts, battre des records, c'est ce qui m'anime. Je pars toujours du principe qu'un jour il y a quelqu'un qui viendra et qui essayera de faire mieux donc il faut toujours dépasser ses limites. Le 51e ? Oui je voulais mais je voulais aussi le 52e pour avoir le ballon (sourire)".

Thomas Tuchel (entraineur du Paris Saint-Germain sur Canal +) : "C'est normal. En première période, Nimes a essayé de fermer les espaces. Mais en 2e période, on a joué très bien, avec beaucoup de qualités. On aurait dû marquer plus, car on a eu beaucoup d'occasions. Mais c'est bien de s'en créer. Il y a eu des actions offensives. C'est un très bon match, même s'il était possible de faire mieux. Je ne sais pas si j'ai révolutionné le PSG, mais j'aime que mon équipe se bat jusqu'au bout. Il faut utiliser notre talent. Et quand on joue avec ce maillot, il faut se donner à fond. J'aime cette mentalité et cette énergie. Mbappé 51 buts en Ligue 1 ? Aujourd'hui, il doit en mettre 4 ou 5. Oui, c'est un phénomène. Il a des qualités extraordinaires, il joue dans une bonne équipe. Nous nous créons beaucoup d'occasions, et c'est à lui, à Edi et à Angel de finir les occasions".

Jordan Ferri (milieu de Nimes, Canal +) : "On a fait beaucoup d'efforts en première période, on l'a payé en deuxième. On avait un bloc compact, mais avec leurs qualités ils ont trouvé les espaces. On a essayé de se créer des opportunités, mais on ne les a pas converties".

L'article continue ci-dessous

Paul Bernardoni (gardien de Nimes) : "Cette semaine on a pas mal travaillé, on avait vu qu'il rentrait pas mal et qu'il avait une très bonne frappe croisée donc mon entraîneur des gardiens m'avait dit de ne pas lâcher le duel. Sur le troisième je lâche une petite seconde et il croise donc... Certes, j'en ai gagné quelques un mais il m'en met quand-même deux au final. Cela veut dire qu'il aurait pu en mettre 6 (rires). Je suis super heureux de l'avoir cotoyé (chez les jeunes) et je pense qu'il va encore soulever beaucoup de montagnes. C'est tout le mal que je lui souhaite".

Marco Verratti (milieu du Paris Saint-Germain) : "C'est un match qu'on méritait de gagner. Nimes est une équipe qui joue bien au ballon, qui ne change pas sa façon de jouer selon l'adversaire (...) On aurait aussi pu marquer plus de buts mais c'est bien. On garde toujours la même mentalité, on a toujorus envie de travailler, de gagner et ça c'est le plus important. La cheville, ce n'est pas comme une blessure musculaire, une fois que t'es bien, t'es bien. Je me sens bien. C'est bien de continuer à jouer. Mbappé ? Kylian, ce qui est important c'est qu'il se procure des occasions. En ce moment on arrive à le trouver, quand le coach le met avant-centre il est encore plus décisif, ça nous fait du bien. Je suis vraiment très content qu'il ait atteint les 50 buts".

Eric-Maxim Choupo-Moting (attaquant du Paris Saint-Germain) : "Même si je n'ai pas marqué, je donne tout sur le terrain et je veux juste aider l'équipe. Ici au Parc, on a toujours besoin des supporters. Ils nous soutiennent beaucoup et on les entend. Après si ils chantent mon nom, c'est un peu spécial, je les remercie pour ça.. Le plus important pour moi, c'est toujours la victoire et le collectif".

Bernard Blaquart (entraîneur de Nîmes) : "Tout ce que Mbappé fait, c'est dangereux, tranchant, décisif. A l'arrivée, il se crée pas mal d'occasions et il en met encore deux. C'est de l'huile sur le feu en permanence. C'est impressionnant. Il va à une telle vitesse... C'est le phénomène du foot français et ça va durer longtemps".

Benjamin Quarez, au Parc des Princes.

Fermer