PSG-Nice (1-1) - Après trois mois d'absence, Edinson Cavani signe un tout petit retour

Commentaires()
Getty
Maladroit face à Nice (1-1), Edinson Cavani n'a pas brillé pour son retour. En cette fin de saison, son cas sera sans doute une question majeure.

Il n'avait plus débuté un match sous le maillot du PSG depuis le 9 février dernier et forcément son retour dans le onze parisien était attendu. Après trois mois sans jouer, Edinson Cavani reprenait donc dans un contexte particulier avec une équipe fraîchement auréolée d'un titre de champion de France... largement entâché par la finale de la Coupe de France perdue face à Rennes puis la nouvelle défaite en Ligue 1 face à Montpellier. Même s'il a semblé avoir retrouvé la plénitude de ses moyens physiques, le Matador n'a pas été celui capable de redonner du souffle aux Parisiens. Un énorme raté en première période (39e), un but hors-jeu (64e) et quelques faits d'armes sans relief qui ont surtout rappelé les difficultés qu'il a à combiner avec ses coéquipiers de l'attaque. 

Il a touché moins de ballons qu'Alphonse Aréola

Il ne fallait certainement pas s'attendre à ce que Edinson Cavani change la face du jeu parisien. Depuis l'arrivée du duo Neymar-Mbappé, sa marge de manoeuvre dans le déploiement des mouvements est réduite et ses manques en la matière ressortent même encore un peu plus. Là où les combinaisons des uns et des autres appellent souvent à la déviation en une touche, ses carences techniques l'excluent des circuits préférentiels de ses coéquipiers. À plusieurs reprises, l'international uruguayen s'est plaint ouvertement auprès de Verratti ou de Di Maria, bien plus prompts à servir Neymar qu'à capitaliser sur ses courses. En 90 minutes, Edinson Cavani n'a ainsi touché que 20 ballons soit un de moins que son gardien Alphonse Areola ou seulement un de plus que Moussa Diaby, entré à la 66e minute de jeu. La position moyenne du numéro 9 durant la rencontre - bien plus basse que celles de neymar et Di Maria, tout juste à hauteur de celle de Marco Verratti - est une illustration du manque de cohésion qui existe entre lui et ses supposés pourvoyeurs de ballons. 

positions moyennes PSG-Nice

L'article continue ci-dessous

Malgré le peu de situations exploitables dans la surface adverse, le meilleur buteur de l'histoire du club a aussi manqué les rares occasions qui se sont présentées à lui. Peu avant la mi-temps, il avait manqué l'ouverture du score, seul face au but de Benitez, pour une erreur de surface de pied utilisée au moment de se jeter pour conclure sur un centre parfait de Di Maria (39e). En toute fin de match, alors qu'il avait dans les pieds la balle de match suite à une faute de Dante sur Neymar dans la surface, le Matador a manqué son penalty d'un tir mal assuré dans un exercice où il n'a d'ordinaire pas beaucoup de déchet. 

Dans les arrêts de jeu, son agacement disproportionné suite à une faute de Christophe Hérelle indiquait une frustration qu'il ne laisse pas souvent paraître. Celle d'un joueur qui aurait aimé signer son retour d'un but pour réveiller un stade qui l'adule et prouver l'importance qu'il peut avoir au sein du collectif. Car à un an de la fin de son contrat, Edinson Cavani représente un enjeu majeur pour les dirigeants parisiens, plus enclins à le voir partir qu'à le voir honorer son engagement jusqu'au bout. À trois matches de la fin de la saison, le retour d'Edinson Cavani sera au centre des attentions. 

 

Fermer