PSG-Monaco (7-1) - Unai Emery : "Je crois en ce projet, avec ou sans moi"

Commentaires()
Getty
En conférence de presse après la validation du titre de champion de France, Unai Emery a succinctement évoqué l'avenir du club ainsi que le sien.

Quelle est votre première réaction après ce succès et la validation du titre ?

C'était un bon moment pour prendre le titre, chez nous, face à l'équipe qui a montré qu'elle était la plus forte de notre championnat derrière nous. Il ne fallait donc pas louper cette opportunité. L'équipe a maintenu un très haut niveau et nous sommes très contents pour la saison que nous avons réalisée.

En quoi ce titre est-il une progression pour le club ? 

Quand j'analyse la situation, je pense que pour grandir en Europe il faut d'abord le faire dans le championnat de France. Quand on regarde en France, il y a Sainté qui a gagné 10 titres, l'OM 9, Monaco et Nantes 8... Aujourd'hui nous avons gagné le 7e. Pas à Pas, cela ouvrira les opportunités dans les autres compétitions. Il y a 20 ans, si le PSG gagnait le championnat c'était quelque chose de très grand. Aujourd'hui c'est important, mais il faut faire une place pour la Ligue des champions. C'est sûr que le PSG gagnera la C1, avec de la patience et l'expérience. Le premier objectif est de grandir en France pour ensuite grandir en Europe. 

De quoi êtes vous particulièrement satisfait ce soir ? 

Je suis content parce qu'après la défaite face au Real Madrid, l'équipe aurait pu tomber. Mais elle a réagi avec implication. Nous sommes restés tous ensemble. Aujourd'hui nous avons démontré que nous voulions grandir et progresser. 

Vous parlez du club mais très peu de vous...

Non parce que cela concerne tout le monde. C'est un club très solide avec l'idée de grandir. Je suis très content ici avec mon projet individuel. 

Justement, quelle sera la suite pour vous ? 

L'ambition pour moi est claire, le club doit rester le plus fort en France et continuer de grandir à l'extérieur. Je crois en ce projet et en la progression de cette équipe, avec ou sans moi. 

Julien Quelen, au Parc des Princes. 

Fermer