PSG : Le carnet de notes des joueurs après la première partie de saison

Commentaires()
Getty
La première partie de saison de Ligue 1 est terminée et c'est l'heure pour les joueurs du PSG de découvrir leurs appréciations.

Ils ont répondu à nos attentes : 

La MCN : La plus grande satisfaction de cette équipe du PSG. Les transferts faramineux de Neymar et Mbappé ont fait couler beaucoup d'encre, mais l'investissement en valait la peine. À eux trois ils ont marqué 54 buts sur les 85 marqués toutes compétitions confondues (Trophée des Champions, Ligue 1, Ligue des Champions et Coupe de la Ligue). En championnat, sur les 54 réalisations, 38 viennent de la MCN, et cela sans compter les assists. En effet, sur les 19 journées écoulées, le trio a été impliqué dans quasiment tous les matches. Seules les rencontres face à Lyon (2-0, résultant de 2 csc), Montpellier qui n'a vu aucun but (0-0) et Dijon (1-2, doublé de Meunier) n'ont pas été l'oeuvre de la MCN. En Coupe d'Europe, le PSG a battu le record de buts marqués en phase de poule (25), dont 16 venant tout droit du trident offensif. 

Rabiot : Le patron de ce milieu. Le jeune Français a jonglé entre très bonnes prestations et performances brillantes, comme lors des deux rencontres face au Celtic (0-5 à l'aller et 7-1 au retour). Plutôt relayeur, il a été installé dans un rôle de  sentinelle à chaque fois que Thiago Motta a été absent, c'est-à-dire sans discontinuer quand ce dernier s'est blessé à Marseille le 22 octobre dernier (2-2). Elément le plus utilisé par Unai Emery avec Alphonse Areola, il l'a logiquement payé physiquement et a été touché derrière la cuisse face à Lille (3-1), le privant des trois dernières rencontres de son club avant la trève hivernale. 

Les titulaires de la défense centrale : Les 1er et 3è capitaine du PSG ont rempli leur rôle à merveille. Sur le terrain, l'ancien joueur de l'AC Milan fait ressentir son absence comme lorsqu'il a raté les rencontres face à Strasbourg (2-1, 2-4), Lille (3-1) et Rennes (1-4). Blessé lors du 6è match de poule de Ligue des Champions à Munich (3-1), il a quand même eu le temps de porter juste avant pour la 200è fois le brassard au Parc face à Troyes (2-0). Tout un symbole. Son compatriote, lui, a bénéficié de ce prestige durant les absences des deux Thiago. Et le moins que l'on puisse dire c'est qu'il a démontré qu'il en était digne. Solide la plupart du temps, il est autant influent sur le terrain qu'en dehors. Un cadre dont les prestations ne font plus de doutes. 

Bonne dynamique, on attend la confirmation en 2018 : 

Verratti : Un début de saison poussif, sauf pendant les matches de Ligue des Champions pendant lesquels "Super Marco" faisait son apparition, à l'image de son premier but de la saison marqué face à Anderlecht (5-0). Dès l'élimination de l'Italie pour la prochaine Coupe du Monde, les performances de "Petit Hibou" sont allées crescendo, jusqu'à atteindre l'apogée, encore en Coupe d'Europe, contre le Celtic (7-1) où le natif de Pescara a non seulement inscrit un but mais également délivré une passe décisive. On le sent aussi plus libéré devant les buts comme l'avait confirmé son coach en conférence de presse.  Marco Verratti PSG Celtic

Lo Celso : Des petits bouts de matches n'avaient pas permis de juger sur pièce ce petit talent, malgré de bonnes rentrées. Avec la blessure de Motta et Rabiot, le jeune Argentin a été titularisé (pour la 2è fois de la saison) en Coupe de la Ligue à Strasbourg (2-4), puis a enchainé deux autres matches. À Rennes (1-4) dans le rôle de sentinelle en l'absence du jeune Français où il a été convaincant et à domicile et face à Caen (3-1) où il a livré une performance de grande qualité, sa meilleure depuis le début de saison. 

Kimpembe : Le Titi parisien a un peu déchanté. Unai Emery avait affirmé en début de saison que la défense centrale tournerait entre les deux Brésiliens et lui, que tous trois méritaient d'être titularisés. Mais ce dernier a démarré 14 rencontres sur les 27 jouées par son équipe, soit un tout petit peu plus que la moitié. Cette fin d'année a été l'occasion pour lui d'accumuler du temps de jeu et de démontrer ses qualités. La paire Kimpembe-Marquinhos a tout de même besoin de se rôder afin de devenir plus efficace. 

Areola : Le portier a commencé tranquillement sa saison avant de commettre LA boulette à Metz (1-5). Dès lors, il s'est complétement transformé et a atteint son apogée en Ligue des Champions. Efficace et solide, il pouvait même se vanter d'être le seul gardien à n'avoir encaissé aucun but en Coupe d'Europe....jusqu'à la réception du Celtic (7-1). La fin d'année a été difficile pour lui puisqu'il a laissé entrer 7 ballons dans ses cages en 4 matches (dont les 3 buts du Bayern, à Munich). L'alternance avec Trapp doit se faire plus régulière car la 2ème partie de saison sera plus intense. 

Draxler : Dans un milieu initalement immuable avec Verratti-Motta-Rabiot, l'Allemand a su faire sa place et passer devant dans la hiérarchie, passant devant Pastore par exemple. Profitant de a longue blessure de Motta, il s'est installé à la place de Rabiot qui a été relégué au rôle de sentinelle. Bon techniquement, intelligent dans son jeu, porté vers l'avant, il a autant d'atouts qu'il peut provoquer de la frustration lorsqu'il passe à côté de son match. Ses 2 buts et ses 3 assists en 1237 minutes sur le terrain sont de bon augure pour la seconde partie de saison. 

Irréguliers, on attend plus d'eux : 

Dani Alves : Le joueur de 34 ans est un véritable atout dans cette équipe aux ambitions affichées. Son palmarès, son expérience et son état d'esprit de winner ont déjà apporté un changement dans le vestiaire. Recruté notamment pour son parcours en Ligue des Champions, il a été très attendu et n'a pas donné satisfaction lors de deux matches de Coupe d'Europe. Contre Anderlecht d'abord (0-4), puis à Munich (3-1) où il a été fautif sur deux buts sur trois. Même s'il aime joué au maximum pour "garder le rythme", Unai Emery l'utilise beaucoup trop souvent (1614 minutes jouées toutes compétitions confondues) ce qui amène une irrégularité.  Neymar Dani Alves PSG

Di Maria : L'Argentin qui souffre véritablement de ne pas assez jouer traine un mal-être qui lui est impossible de cacher. Boudeur, il réclame plus de temps de jeu mais ne donne pas entièrement satisfaction lorsqu'il en a l'opportunité. Auteur de 4 buts et 5 passes décisives en 1019 minutes jouées, toutes compétitions confondues, l'ancien mancunien est capable de donner plus, si seulement il se décidait à ne pas gâcher les occasions qu'Emery lui donne, et s'il fait toujours partie de l'équipe en 2018.  

Bonne attitude, ils ont les capacités pour mieux faire : 

Pastore : El Flaco a vécu une montagne russe d'émotions. Son début de saison, où il a enchainé 5 rencontres d'affilée en tant que titulaire et remplaçant a été stoppé net par une blessure survenue en sélection début septembre, qui l'a éloigné des terrains jusqu'à 11è journée, fin octobre. Dès lors, il a tout tenté pour revenir au sommet de la hiérarchie alors qu'il avait vu Draxler lui passer devant. Grâce aux blessures des uns et des autres, il a pu être titularisé 4 matches d'affilée, à des postes différents (en 10, relayeur à la place de Rabiot....). De bonne volonté sur le terrain et toujours aussi bon techniquement, s'il quittait Paris cet hiver, ce serait tout de même une grosse perte pour une équipe qui joue sur plusieurs tableaux et qui a besoin d'autant de bons éléments. Il comptabilise 4 buts et 1 passe décisive. 

Meunier : Le Belge prend son mal en patience. L'arrivée de Dani Alves ne lui a pas fait de bien en terme de temps de jeu et il a dû se contenter de 10 titularisations en 27 matches joués par le PSG, toutes compétitions confondues. Pourtant il n'a pas à rougir de ses performances, en tout cas pas sur le plan comptable. On se souvient de ses 2 buts qui sauveront les siens à Dijon (1-2) mais surtout ses deux passes décisives à Strasbourg lors des 1/8è de finale de Coupe de la Ligue (2-4), notamment à son concurrent direct Dani Alves dans un dispositif intéressant qui a vu le Belge à droite et le Brésilien à gauche en l'absence de Kurzawa et Berchiche. 

Des lacunes à combler : 

Kurzawa : L'international Français vit des moments difficiles. Malgré le fait qu'il ait l'entière confiance de son entraineur, il dénote au milieu de cette équipe. Son jeu trop offensif met très souvent en danger les siens notamment quand les équipes adverses connaissent la faille et tentent de passer par son couloir. Son hat-trick en Ligue des Champions face à Anderlecht (5-0) n'a pas arrangé les choses avec son public puisqu'il a eu la mauvaise attitude en marquant. Une réponse aux supporters qui l'ont sifflé lors de sa sortie au Parc face à l'OL (2-0), mais une réponse maladroite. 

Berchiche : Le remplaçant direct de Kurzawa donne un petit peu plus de satisfaction mais ne convainc pas entièrement non plus. Pas assez offensif, contrairement à son homologue, le Basque (qui n'a jamais été présenté par ailleurs) a terminé cette fin d'année en beauté tout de même en marquant son tout premier but sous ses nouvelles couleurs face à Caen (3-1). 

L'article continue ci-dessous

Trapp, Lucas, Ben Arfa, Nkunku. Autant de joueurs qui ne peuvent être appréciés au vu de leur faible (voire inexistant) temps de jeu. Thiago Motta lui a refait sa réapparition le 16 décembre dernier, après quasiment 2 mois d'absence. 

 

 

Prochain article:
Ligue 1 : Bordeaux-Dijon décalé de samedi à dimanche ?
Prochain article:
FC Barcelone, Jordi Alba très ambitieux : "Nous visons le triplé"
Prochain article:
AC Milan, Gennaro Gattuso : "Gonzalo Higuain ne m'a jamais demandé à partir"
Prochain article:
Monaco-Nice - Le brassard, Fabregas, l'équilibre : les leviers d'Henry pour (re)lancer Tielemans
Prochain article:
Atletico Madrid, Diego Simeone concentré sur les matches : "Le Mercato ? Quoi qu'il arrive, ça se passera que je le veuille ou non"
Fermer