PSG : Dans quel état va se retrouver le vestiaire ?

Commentaires()
Getty
Maintenant que la défaite à Madrid est (presque) digérée, la question est de savoir dans quel état Unai Emery va retrouver son vestiaire.

Unai Emery a fait des choix très forts à Madrid pour les 8è de finales de Ligue des Champions (3-1). Peut-être trop forts. L'équipe s'est retrouvée ce vendredi pour leur premier entrainement depuis la défaite mais il est très difficile de prédire les choix que fera le technicien dès ce samedi face à Strasbourg, à 17 heures. 

PSG - Unai Emery : "Je suis convaincu que nous pouvons gagner contre le Real et nous qualifier"

Si, comme pour le match aller, "chaque match est une préparation" avant la revanche le 6 mars prochain, la composition officielle de cette réception de Strasbourg est attendue avec beaucoup d'impatience. Car depuis Madrid, la question est de savoir comment le Basque va gérer son vestiaire et surtout, comment il compte préparer le match retour face au Real Madrid. Au total, c'est pas moins de quatre joueurs qui ont sûrement la dent dure envers leur entraineur, sauf si ce dernier réussit à désarmorcer la bombe. Le match face aux hommes de Thierry Laurey ne pèse pas bien lourd dans la balance comparé à la double réception de l'OM ou bien encore au nouveau choc en Coupe d'Europe mais il aura pour mission d'aiguiller les observateurs sur la gestion humaine du vestiaire. 

Thiago Silva, joueur qui a le plus pâti de ses "choix tactiques", comme l'a expliqué le coach, est la première inconnue. Laissé sur le banc au profit de Kimpembe, le capitaine n'a apparemment pas toujours digéré de ne pas avoir été un membre actif sur la pelouse du Bernabeu. L'état d'esprit du Brésilien est crucial dans un contexte très tendu, même si, du côté du staff, il conserve son brassard : "Pour moi Thiago Silva est le capitaine, il est un grand capitaine pour l’équipe", rappelait Emery en conférence de presse ce vendredi. Très proche de ses compatriotes, il peut faire basculer à lui tout seul une partie de l'équipe. A l'heure actuelle, il semble difficile de penser à un apaisement dans l'immédiat. De mauvais augure pour les matches à venir. 

Une situation à régler d'urgence

L'autre Thiago, lui, a ses propres raisons d'en vouloir à son supérieur hiérarchique. Trop juste pour son retour de blessure, l'Italien a tout simplement été mis à l'écart du groupe qui voyageait à Madrid. Si la plupart trouve cette décision logique, ses déclarations après Sochaux (1-4) démontraient une réelle envie d'affronter les Madrilènes. Sentinelle aguerrie au milieu d'options tangentes, il se voyait sûrement titulaire d'office à sa reprise. Finalement, c'est le jeune Lo Celso qui lui a été préféré et l'ancien joueur de l'Inter a dû rire jaune au vu de la prestation de l'Argentin. Le vice-capitaine, très franc, n'a sûrement pas dû ménager ses sentiments. 

L'article continue ci-dessous

Angel Di Maria Sochaux PSG Coupe de France 06022018

Celui qui a dû ronger son frein s'appelle Angel Di Maria. Brillant depuis le début de l'année 2018, celui qui est impliqué dans 15 buts en 2018 (9 buts et 6 passes décisives) a dû s'asseoir sur le banc pour le match aller face au Real Madrid. L'ancien coéquipier de CR7, dont c'était l'anniversaire, n'a pas joué une seule petite minute. Si son sort était scellé en amont au profit de la MCN, il a tout de même sûrement eu une lueur d'espoir lorsque Cavani est sorti...pour Meunier. Alors qu'il était prédisposé à vouloir partir depuis le début de saison, il était revenu avec une envie et une motivation qui lui a permis de marquer autant de buts (et de points) en si peu de temps. Celui qui a joué absolument tous les matches du PSG en 2018 (sauf à Madrid) va probablement repartir dans le même état d'esprit qu'avant la trève hivernale : ailleurs et sans entrain. 

La MCN, elle, était censée être immuable. Elle a bien été alignée, en effet mais, à la surprise générale (ou pas vraiment si l'on décortique son rendement), Cavani a été prié d'aller retrouver le banc. Une décision qu'Emery explique comme un choix tactique : "Quand Thomas Meunier est entré aux côtés de Dani Alves, nous avons mieux maîtrisé le couloir droit. Cela correspond aussi à notre meilleure période. C’est quelque chose que nous avons travaillé à l’entraînement comme tout ce que nous avons réalisé sur le terrain". Le meilleur buteur du Paris Saint-Germain n'aime pas se faire remplacer et le fait savoir en général. Mais de tous les joueurs lésés, c'est celui qui a le moins de probabilité de moins jouer à l'avenir, étant trop important pour l'équipe. Unai Emery a des problématiques qu'il doit régler en quatre matches maximum. La double réception de l'OM sera déjà un bon test pour jauger le mental. Mais une défaite avant le Real pourrait encore plus fragiliser une équipe qui n'en a pas besoin. 

Fermer