PSG - Battre Monaco et prendre sa revanche : la meilleure manière d'être sacré champion de Ligue 1

PSG v Monaco
PSG
Le PSG va avoir l'occasion de devenir champion de France, sur sa pelouse, face à Monaco, son poursuivant. Une issue rêvée et pleine de symboles.

Ce dimanche soir, le PSG a l'opportunité de devenir champion de France. Même si le statut final n'est pas du domaine du suspense, le club francilien peut le faire chez lui, devant son public, et face à son poursuivant, celui qui aurait pu venir le titiller dans sa domination cette saison et qui l'a privé de ce même titre la saison passée.

Les hommes d'Unai Emery auraient pu fêter leur titre à Saint-Etienne, lors de la 32è journée de Ligue 1 vendredi dernier. Finalement, ils ont produit " la pire première période de la saison ", dixit le coach basque, avant d'arracher un nul (1-1). Mais même avec une victoire, les Parisiens auraient dû fêter leur titre devant leur TV, en attendant l'issue entre Monaco et Nantes (2-1). Ils ont donc là l'occasion de se voir couronner, avec la manière.

Ce PSG-Monaco est une rencontre pleine de symboles

Le technicien espagnol ne prend pas cette confrontation à la légère, malgré la copie parfaite rendue par les siens face aux Monégasques lors de la finale de Coupe de la Ligue à Bordeaux, le 31 mars dernier (3-0) : " Nous voulons gagner et faire un match complet. Nous voulons faire 90 minutes avec un esprit de compétiteur et de l’intensité. Monaco, qui n’a pas perdu depuis 17 matchs en Ligue 1 est dans une bonne période. Les deux meilleures équipes du championnat vont s’affronter, avec le titre en jeu pour nous ". Avant d'insister : " Notre objectif, c’est de gagner dimanche, de faire un bon match, profiter, que tous les supporters qui sont au Parc ou devant la télé voient une équipe avec un esprit très compétitif et une idée de jeu, de l’intensité, de l’agressivité. Une équipe qui veut marquer plus de buts, avoir plus d’occasions (...) Ce qu’on doit réaliser contre Monaco, c’est une bonne chose, mais une chose difficile, parce que l’ASM veut aller en Ligue des champions et que Marseille et Lyon ne sont pas loin".  

Unai Emery PSG Paris Saint-Germain

Et s'il a raison de se méfier de cette équipe monégasque, c'est parce qu'effectivement, le PSG ne les a plus battus au Parc des Princes depuis le 10 février 2007 (2-1). Mais tous les indicateurs semblent être au vert pour l'équipe francilienne qui reste la meilleure équipe du championnat à domicile, se payant même le luxe d'être invaincu lors de ses 39 dernières réceptions en Ligue 1 (33 victoires et 6 nuls).

L'article continue ci-dessous

Il s'agit là d'une rencontre pleine de symboles puisque l'an passé, Monaco, avait raflé l'Hexagoal, laissant le PSG à la deuxième place. Une confrontation qui permettra également à Kylian Mbappé de soulever de nouveau le trophée, le deuxième d'affilée, mais cette fois-ci avec le maillot du club de la capitale. Une belle réponse pour le Français qui a eu le droit à des chants contre lui à Bordeaux de la part des supporters du club du Rocher. Une situation qui lui a donné une motivation supplémentaire tant il a été monstrueux face à son ancienne équipe. Seul bémol, la commission de discipline de la LFP a santionné le Collectif Ultras Paris (CUP) après les craquages de fumigènes le 25 février dernier face à l'OM (3-0) et a décidé d'un huis clos partiel. Le Parc devrait donc moins résonner qu'à l'accoutumé. 

Enfin, pour Unai Emery, ce titre, même s'il est déjà quasiment acquis, est d'une importance capitale. Celle de rappeler que la saison dernière, les siens n'avaient réussi qu'à soulever deux trophées, contre trois en 2018. Un titre qui a une signification particulière : " Nous sommes ici pour gagner tous les titres. Le titre de champion est très important pour moi aussi. C’est la compétition qui jauge la régularité de l’équipe. Nous sommes dans un club qui veut s’améliorer, progresser. Dans l’histoire du championnat, Saint-Etienne a 10 titres, Marseille 9 et Monaco 8. Nous avons 6 titres, nous voulons gagner pour petit à petit être l’équipe qui a le plus de titres dans l’histoire du championnat". Le Basque a l'occasion et l'envie d'écrire un petit bout de l'histoire de ce PSG version QSI avant de sûrement devoir céder sa place cet été. 

 

Fermer