News Résultats en direct
Ligue 1

Prise de conscience, règle des 3T, soutien de Lacazette : Comment Houssem Aouar s'est imposé à l'OL

22:25 UTC+2 28/10/2017
Houssem Aouar
Grand talent de la formation lyonnaise, Houssem Aouar s'impose en équipe première. Patient et réfléchi, le jeune homme a écarté quelques embûches.

À l'OL, Houssem Aouar n'est pas un cas isolé. Alors qu'il partageait il y peu son temps entre l'équipe réserve, la Youth League et quelques tribunes ou bancs de touche chez les A, le milieu de 19 ans a récemment basculé de manière pérenne chez les professionnels. Ses premiers pas avec l'équipe fanion en font un héritier du savoir-faire rhodanien qui conduit certains jeunes du cru tout droit jusqu'au plus haut niveau. "On lui a répété que signer un contrat professionnel ne faisait pas de lui un joueur professionnel et qu’il ne le serait qu’à partir d’une quinzaine de matches de Ligue 1", explique un proche fier de son ascension. Un peu plus d'un an après la signature de son premier contrat*, Houssem Aouar s'approche de la barre des 10. S'il doit encore prouver qu'il peut définitivement s'installer, son parcours devient un bel exemple de tout ce qu'il faut réunir pour réussir. 

Le profil type du talent précoce

Il suffit d'observer ses prises de balles et leurs conduites pour comprendre que le talent d'Houssem Aouar est né avec lui. Depuis son plus jeune âge, le natif de Lyon est d'ailleurs habitué à l'exercer dans la catégorie du dessus. "Houssem a toujours eu les qualités qu’on lui reconnaît aujourd’hui avec une perception de l’information supérieure à la moyenne associée à une grande qualité technique, se souvient l'un de ses anciens éducateurs dans les catégories jeunes. Il a été surclassé en U17 dès sa première année en U16. L’OL a toujours mis les plus doués sur la catégorie au-dessus. Dans sa deuxième année U16, il était capitaine de l’équipe U17". 

Dans le jeu, Houssem Aouar s'est toujours distingué par des qualités techniques au-dessus de la moyenne et une facilité parfois confondue avec de la légèreté. "Il a une capacité à passer les joueurs mais pas dans des situations de 1 contre 1 traditionnelles, en passant facilement les épaules comme s’il faisait de la danse. C’est ce qui donne parfois cette impression de nonchalance", reprend son ancien entraîneur. Réclamé par une frange de supporters au fait de ses performances avec l'équipe réserve, Houssem Aouar s'est heurté à des limites qu'il pouvait compenser jusqu'alors. "Il fallait qu’il progresse dans l’impact parce qu’il a toujours été un joueur d’évitement. On lui demandait d’être plus agressif, de répondre plus présent sur le plan athlétique". Exactement ce que Bruno Génésio réclamait pour lui donner une chance. 

La règle des 3T et les coups de fil de Lacazette

La saison passée, Houssem Aouar faisait souvent partie du groupe professionnel en qualité de 19e. Alors qu'il gravitait autour de l'équipe première, il n'avait finalement pris part qu'à 2 matches de Ligue 1 et 2 matches d'Europa League sans aucune titularisation. "Il ne le vivait pas mal mais il y avait de la frustration, se souvient un proche. Même si c’était un peu difficile, il a toujours accepté la règle des trois T : talent, travail, temps". Pour s'imposer, les deux derniers points ont été décisifs. Conscient de ses manques, le jeune homme a compris qu'il devrait, pour la première fois de sa carrière, en faire plus. "Houssem a toujours été surclassé et son talent faisait la différence chez les jeunes, il n'était pas bousculé, analyse un membre de son entourage. Il n’avait pas forcément bien appréhendé les exigences du très haut niveau. On lui a répété qu’à son âge il n’avait pas le droit de se gérer, qu’il devait être à fond tout le temps. Il s’est programmé des séances supplémentaires, il a appris à devenir plus dur dans sa façon d'aborder les choses et dans son jeu".

Après une présaison faite d'efforts redoublés, Houssem Aouar avait eu la désagréable surprise de constater que sa situation n'avait pas vraiment évolué. Hors du groupe à plusieurs reprises et relégué en CFA, le jeune milieu avait eu un moment de doute estompé par des relais de choix au sein du vestiaire et même en dehors. "Houssem a toujours beaucoup parlé avec Alexandre Lacazette. Même en début de saison lorsqu’il n’était pas dans le groupe et qu’il commençait à avoir un peu peur, il lui est arrivé d’avoir Alex au téléphone qui le rassurait, glisse en privé un membre de son entourage. Claudio Caçapa lui a aussi beaucoup apporté tout comme Mapou Yanga-Mbiwa qui ne le lâche pas. Bruno Génésio a également toujours été dans le dialogue, ça on ne peut pas lui enlever".

Titularisé pour la première fois face à Dijon fin septembre, Houssem Aouar a depuis débuté à 4 reprises en 5 rencontres toutes compétitions confondues. Une récompense méritée sur le terrain après l'avoir attendue sans jamais rien revendiquer. "Il a identifié ses manques mais je crois surtout qu’Houssem a su être patient. Il a pris ce qu’il avait à prendre à chaque étape. C’est un garçon bien entouré, réfléchi, lucide sur le football et ses à-côtés. Aujourd’hui il récolte les fruits de sa patience et de son travail", résume son ancien entraîneur chez les U16 lyonnais. La suite ? L'étape de la confirmation. "Il me répète que tant qu’il n’aura pas fait deux saisons complètes en Ligue 1, il sera sur un siège éjectable, explique un proche qui suit pas à pas son évolution. Il a la volonté de démontrer match après match et trouver de la constance". Tout ce dont l'OL a besoin.